Sections

Amishk Aventures Amérindiennes, un mode de vie à découvrir

Première activité au parc régional de la MRC de Montcalm


Publié le 12 juillet 2017

L'équipe d'Amischk Aventures Amérindiennes vous invite à vivre de vraies aventures au cœur des collines de Saint-Calixte.

©(Photo gracieuseté Aventures Amérindiennes)

TOURISME. Environ trois ans après l'acquisition d'un territoire de plus de 13 km² situé en montagne à Saint-Calixte et payé 3 M$, la MRC de Montcalm voit finalement son projet d'activités récréotouristiques se concrétiser.  

Amishk Aventures Amérindiennes est une entreprise proposant des expériences humaines menant à la découverte d'un mode de vie différent.   Pour se mettre dans le bain, Amishk Aventures Amérindiennes (amishk signifiant castor en langue Innnue)  propose des expériences de tipi ou en tentes de prospecteurs en préambule de la découverte des cultures amérindiennes nomades (artisanat, pratiques traditionnelles en forêt, etc.).  « Nous voulions créer un lieu de rencontre authentique entre les nations, un lieu de partage véritable avec nos invités dans un environnement exceptionnel », raconte Luc Collin, l'un des co-propriétaire de l'entreprise.

Accueil

Amishk Aventures Amérindiennes peut accueillir jusqu'à 16 personnes pour des séjours de 5 heures ou de trois jours, et ce, trois saisons par année.  Pour la MRC de Montcalm, cet ajout à l'offre touristique est important.  « Pour l'ensemble de la région, cette offre touristique vient bonifier tout ce secteur en donnant une visibilité internationale à saint-Calixte et à la MRC étant donné le grand intérêt des Européens face au tourisme autochtone, un créneau en pleine croissance à travers le monde », ont rappelé les promoteurs.  Plus ?  www.aventuresamérindiennes.ca

Retour en arrière    

En septembre 2012, les maires de la MRC de Montcalm discutaient sur le partage des coûts dans l'éventualité que la MRC achète le terrain.  Après plusieurs échanges et un huis clos, les maires des municipalités de la MRC s'entendent pour aller de l’avant et entamer les procédures pour faire l’acquisition d’un terrain (montagne) à Saint-Calixte au coût de 3 M$. Seul le maire de Saint-Jacques de l'époque, Pierre Beaulieu, n’a pas adopté cette ligne de conduite.  (JJ)