Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

15 juin 2023

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@medialo.ca

Frapper le mur : le rappel à l’essentiel de Patrick Massé

La force de la famille

Patrick Massé

©Photo gracieuseté

Patrick Massé avec sa petite-fille Lyana.

Pour le préfet de la MRC de Montcalm, Patrick Massé, il n’y avait point de véhicule assez rapide pour parvenir à ses fins. C’est constamment plein gaz qu’il faisait défiler sa vie, à un tel point qu’il a fini par ne plus rien y voir. La performance, le dévouement à la tâche; il y avait toujours matière à faire plus, à faire mieux. Mais à force de prendre de la vitesse, l’équilibre fragile n’eut plus rien à quoi se rattacher. C’est le mur. Ce mur qui laisse à la fois s’échapper un profond cri de douleur et qui éveille tout un pan de la vie qu’on s’était efforcé de laisser jouer en arrière-plan en sourdine. Celui-là même qui renferme pourtant tant de beauté.  

Revenu de loin, Patrick Massé parle aujourd’hui avec résilience et transparence de la noirceur qui l’a habité dans les dernières années. « Il y a eu ma séparation et ma décision de ne pas revenir comme maire de Saint-Lin-Laurentides », se rappelle-t-il avec émotion. Il décrit cette période sombre comme étant le pire moment de sa vie. Après avoir ignoré les signes, la fatigue, l’éloignement des siens, il venait de frapper de plein fouet le mur : « J’avais l’impression que tout s’écroulait. » Sur le coup, le mur l’a englouti, le poussant à planifier jusqu’à sa propre mort. Puis, la sonnerie de son téléphone retentit… C’est ce à quoi il doit sa vie aujourd’hui. « Ce coup de téléphone a fait toute la distinction », exprime avec une reconnaissance infinie.

Retour aux sources

Cette histoire qui aurait pu connaitre une fin tragique prend alors un tournant tout autre. Patrick Massé entame un long cheminement vers la guérison où il reconnecte entre autres avec ses valeurs profondes. « Pendant longtemps, ma vraie famille est passée en deuxième, derrière les Saint-Linois et les Saint-Linoises », concède-t-il.

Patrick Massé

©Photo gracieuseté

L’été dernier, la famille s’est retrouvé à l’occasion d’une balade en bateau. On le retrouve entouré de son fils Nathan et de ses filles Krystel et Audrey.

« Aujourd’hui, tout a changé, poursuit-il. Je priorise la qualité à la quantité avec mes enfants et mes petits-enfants. Je mets mon téléphone de côté et je suis présent à 100% avec eux. Nos rencontres sont maintenant de vraies rencontres. » Alors qu’auparavant il n’était présent que de corps, la tête rivée à l’écran de son téléphone à régler mille et un dossiers, le préfet est fier d’affirmer être maintenant revenu à la source. « La source, c’est quoi? Ce sont nos enfants, nos petits-enfants, notre famille, nos proches », est-il désormais convaincu.

S’il regrette de ne pas avoir été conscient de l’importance de nombreux moments partagés avec ses enfants, et encore plus d’avoir songé abandonner ceux qu’il aime et chéri plus que tout sur Terre, il s’évertue aujourd’hui de rattraper le temps perdu en prenant le temps de vivre le moment présent.

Prendre soin de soi et des siens

Ainsi, il ne culpabilise plus de mettre le travail de côté lorsque vient le temps d’un déjeuner au restaurant avec ses petites filles Abeilia et Lyana, d’une longue conversation avec ses filles Audrey et Krystel ou d’une balade à motoneige avec son fils Nathan.

« Cet incident de parcours m’a aidé à être en paix avec moi et avec la vie. Je sais maintenant qu’en tant que papa, il ne faut pas oublier son monde. C’est avec eux qu’on se ressource. Il faut fermer la « switch »; nos enfants c’est la priorité. Il faut prendre des vacances et éviter de tout mélanger… On prend de grosses décisions en tant qu’homme politique, mais on ne fait pas d’opération à cœur ouvert. On n’a pas besoin de ramener la lourdeur à la maison », décrit-il avec le recul.

S’il avait préféré éviter de « frapper le mur », Patrick Massé sait aujourd’hui qu’il ne serait pas l’homme qu’il est devenu sans cette expérience. Plutôt que de soupeser les pourquoi et les comment de cet épisode malheureux, il préfère remercier ses enfants et sa famille de lui avoir donné une deuxième chance; de lui avoir permis de reprendre le temps gaspillé aux mauvaises priorités.

Patrick Massé

©Photo gracieuseté

Il pose ici en pleine séance de jeu au parc avec sa petite-fille Abeilia.

Il se fait aussi un devoir d’être le papa bienveillant qui s’assure du bien de ses pairs du conseil des maires et mairesses de la MRC de Montcalm. Il sait reconnaître les signes et ramener ses précieux collègues à l’essentiel lorsque la pression et l’épuisement les emportent. « N’attendez pas de frapper le mur », se targue-t-il de rappeler.  

« Je suis fier de mon cheminement en tant que papa. C’est mon plus grand défi à vie et je sais aujourd’hui que mes enfants et mes petits-enfants sont ma vraie priorité. J’étais un train sans gare, mais maintenant à chaque action il y a une gare, une analyse, un retour aux sources, à mes valeurs. » Près de deux ans après le gouffre, Patrick Massé est fier d’affirmer qu’il est un homme changé… et heureux.

Patrick Massé

©Photo gracieuseté

Patrick Massé est fier de dire qu'aujourd'hui sa famille est devenue sa vraie priorité.

Commentaires

18 juin 2023

Lynda

Wow quelle belle histoire malgré tout ce malheur. Bravo d'avoir traversé cette noirceur et d'en être sorti ainsi, chanceux cette famille de vous avoir.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média