Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

13 janvier 2023

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@lexismedia.ca

Trois personnes manquent toujours à l’appel

La météo rend les recherches ardues

Incendie Saint-Roch-de-l'Achigan

©Pierre Laurent - L'Express Montcalm

Les recherches pourraient se poursuivre durant plusieurs jours pour retrouver les dépouilles des trois personnes disparues depuis l’accident.

Vendredi midi, trois personnes qui devaient se trouver sur le site de l’entreprise Propane Lafortune à Saint-Roch-de-l’Achigan au moment de l’explosion demeuraient toujours introuvables. Les autorités ont fait le point sur l’état de la situation en présence du ministre de la Sécurité publique, François Bonnardel, de la ministre responsable de la région de Lanaudière, Caroline Proulx, ainsi que du député local, Louis-Charles Thouin, venus offrir leur soutien à la communauté.

« Une des priorités pour nous a été d’entrer en contact avec les familles de ces gens-là et de les informer des étapes qui étaient à venir. Toutes nos pensées sont dirigées vers eux », a affirmé la porte-parole à la Sûreté du Québec (SQ), Éloïse Cossette.

L’importante superficie de la scène, les conditions météorologiques difficiles et la présence de produits dangereux présentant un risque pour les intervenants qui fouillent les décombres complexifient les recherches pour retrouver les victimes potentielles, deux employés de l’entreprise et un sous-traitant. Plusieurs jours seront d’ailleurs nécessaires pour compléter l’analyse de la scène.

Des chapiteaux pourraient être installés sur les décombres dans le but de protéger le plus possible l’intégrité de la scène afin de retrouver les personnes manquantes et d’identifier le plus d’éléments permettant d’établir la cause et les circonstances de ce malheureux événement. « À ce stade-ci, il n’y a pas d’élément criminel ou suspect », a toutefois assuré Mme Cossette. La thèse de l’accident est privilégiée.

Entre tristesse et angoisse

Un peu plus de 24 heures après la déflagration ressentie à des kilomètres, la communauté achiganoise est ébranlée devant l’ampleur du drame. L’onde de choc qui a déferlé sur la municipalité hier a laissé place à la tristesse et à l’angoisse, a décrit le maire, Sébastien Marcil, en entrevue avec L’Express Montcalm. Présent sur le terrain depuis l’événement, le maire a constaté le trou béant laissé par le démantèlement de cette entreprise emblématique pour la communauté.

« C’est une entreprise familiale présente à Saint-Roch-de-l’Achigan depuis plus de 60 ans qui est partie en fumée. Tout le monde qui a résidé à Saint-Roch au fil du temps a fini par connaître l’une ou l’autre de ces personnes », a témoigné M. Marcil. L’attente et les questionnements pèsent lourd sur les épaules des citoyens de la petite communauté tissée serrée. « Maintenant, on doit attendre, on laisse toute la place à l’enquête menée par la SQ », concède néanmoins le premier magistrat. Il invite par ailleurs toutes les personnes qui ressentiraient de la détresse en regard de ces événements à faire appel à la ligne info-social 811 pour obtenir du soutien psychologique.

La famille Lafortune réagit

Aujourd’hui copropriétaire, la petite-fille du fondateur Gaston R. Lafortune, Isabelle Lafortune, a réagi pour la première fois vendredi après-midi au drame sans nom qui secoue l’entreprise familiale de distribution de gaz propane. C’est une femme visiblement ébranlée qui s’est adressée aux médias en offrant d’abord ses sincères sympathies aux familles et aux proches des disparus. En affaires depuis 67 ans, il s’agit du premier accident majeur auquel est confronté Pétrole Lafortune. Dans les circonstances, la famille Lafortune n’a pas tardé à mettre en place un service de soutien psychologique pour ses employés affectés par le drame.

Par ailleurs, le périmètre d’évacuation a pu être levé en fin de journée jeudi et tous les résidents du secteur ont pu regagner leur domicile. Bien que des analyses soient en cours pour établir la présence ou non de contaminants dans l’environnement à la suite de l’incendie impliquant de nombreux produits chimiques, le maire Sébastien Marcil a assuré que la scène avait été sécurisée et ne représentait plus de danger pour la population environnante.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média