Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

20 décembre 2022

Caroline Bédard - cbedard@lexismedia.ca

Un bilan inquiétant et un gouvernement sous haute surveillance !

Fin de la session parlementaire d’autonome

Luc Thériault - Député de Montcalm

©gracieuseté

Luc Thériault, député de Montcalm

Dans le cadre de la fin de session parlementaire, Luc Thériault, député de Montcalm, en dresse le traditionnel bilan et tien à dénoncer les positionnements actuels du gouvernement fédéral, plus motivé par ses ingérences dans les compétences du Québec et des provinces que par ses propres responsabilités et ses propres échecs. Malheureusement, le domaine où ce positionnement a les conséquences les plus graves est celui de la santé.

Luc Thériault explique : « Les libéraux agissent avec une arrogance renouvelée envers le Québec et les provinces. Les troupes de Justin Trudeau ne se cachent plus pour affirmer qu’Ottawa est meilleur et doit accaparer les juridictions du Québec et des provinces, et il les affame là où ça fait le plus mal : la santé. Au Québec, c'est près d'un million de Québécois qui ont besoin de soins de santé mais qui ne les obtiennent pas par manque de ressources. Et Justin Trudeau se fait un malin plaisir de faire son gérant d’estrade et de retenir l’argent des transferts en santé! C’est honteux! Soyez sans craintes, je ne lâcherai pas le morceau et je vais continuer, avec le Bloc, à exiger des transferts haussés à 35%, sans conditions! » s’exclame Luc Thériault.

Selon M. Thériault, le Bloc Québécois devra tenir le gouvernement Trudeau sous haute surveillance cet hiver afin de contrer ce comportement méprisant. « On en est là! Ottawa se fout de l’opinion du Québec dans certains dossiers; comme, par exemple, dans l’annonce de seuils d’immigration irresponsables malgré les objections du gouvernement du Québec, comme dans le dossier de C-13, visant à moderniser la Loi sur les langues officielles, mais qui ne prévoit « rien » pour le Québec et qui se substitue à la Charte de la langue française, ou comme dans l’incompréhensible maintien du chemin Roxham, un accès inhumain pour des gens vulnérables et bien au-delà de la capacité du Québec de les franciser et d’en prendre soin », indique M. Thériault.

D’autre part, le député de Montcalm souligne que ce gouvernement est usé, et qu’on le remarque dans son manque de vigueur et d’intérêt pour sa propre gouvernance. « C’est une succession d’échecs : les dossiers d’immigration qui stagnent, la discrimination contre les étudiants africains francophones, la crise des passeports, les ratés de la machine gouvernementale fédérale à cause de laquelle 70 000 nouveaux retraités n’ont pu recevoir au moment prévu leur pension de vieillesse, les plongeant dans la précarité, et les échecs du Canada dans les deux COP sur les changements climatiques et la protection de la biodiversité, échecs qui demeureront tant que le Canada sera un paradis des pétrolières. » énumère-t-il.

Mais selon Luc Thériault, grâce au travail acharné du Bloc Québécois, tout n’est pas négatif! « Il faut parfois savoir mettre de côté la partisanerie, et au Bloc, nous savons y faire pour avancer les dossiers les plus importants, tout comme je l’ai fait avec C-7 et l’aide médicale à mourir. Avec le comité mixte, dont le rapport sortira en février prochain, j’ai fait un travail essentiel pour rendre cette loi conforme aux droits fondamentaux et au principe de l’autodétermination de la personne, reconnaissant à égale mesure la souffrance, la dignité et ultimement l'autonomie des gens. De plus, le Bloc a protégé les caisses de retraite des travailleurs en appuyant, et en faisant passer conjointement avec les autres partis, le projet de loi C-228. Nous avons aussi, dans le dossier du projet de loi C-21 sur l’interdiction des armes de type assaut, convoqué des rencontres supplémentaires pour entendre des experts et assurer un juste équilibre entre protection civile et droits des chasseurs. Et n’oublions pas que c’est à l’initiative du Bloc que la Chambre se penche sur les inconduites sexuelles dans le hockey. Parlez-moi d’un travail quotidien efficace! », a fait valoir le député de Montcalm.

Luc Thériault a, du même souffle, déploré une déconnexion entre les partis fédéraux et le Québec. « Alors que Statistique Canada prouve le déclin du français au travail, tous les partis ont battu notre projet de loi C-238 imposant la Charte de la langue française aux entreprises de compétence fédérale. Ils ont tous voté contre notre projet de loi C-237 limitant le pouvoir fédéral de dépenser et qui venait empêcher, une fois pour toutes, qu’Ottawa profite de son pouvoir de dépenser pour imposer ses vues dans des domaines qui sont la chasse gardée du Québec comme la santé. Tous ont également rejeté notre motion invitant à rompre les liens avec la monarchie britannique… Qu’il s’agisse de compromettre l’avenir du français, de dicter au Québec comment gérer les soins de santé ou de préserver la monarchie, les libéraux ne manquent pas d’appuis à Ottawa », a-t-il déploré.

« Transferts en santé, protection des aînés, du français, de la gestion de l’offre, et j’en passe! Des batailles, il y en aura. L’hiver sera rude, mais vous pouvez compter sur moi et sur mes collègues du Bloc, nous qui sommes tous pour le Québec, tous les jours et sans compromis », a conclu Luc Thériault.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média