Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

11 mai 2022

Jason Joly - jjoly@lexismedia.ca

La CSN veut travailler pour raviver la flamme chez les syndiqués

Mouvement syndical

Patricia Rivest et Caroline Senneville

©Jason Joly - L'Express Montcalm

La présidente du Conseil central de Lanaudière – CSN, Patricia Rivest, et la présidente de la CSN, Caroline Senneville, étaient présentes au 66e congrès du syndicat.

La CSN a présenté son 66e congrès devant une foule de membres le 10 mai. Sous le thème « Portons l’avenir, soyons le changement », l’organisation tenait à s’attaquer au problème d’apathie et de désintéressement syndical, une tendance en hausse selon les constats de la présidente du Conseil central de Lanaudière - CSN, Patricia Rivest, et de la présidente de la CSN, Caroline Senneville.

Lors de son congrès, l’instance syndicale s’est concentrée sur son histoire et sur le rôle des femmes dans la lutte pour l’équité salariale. « On se rend compte que les avancées du passé ont été possibles avec le travail acharné de personnes syndiquées. Il faut en prendre bonne note si l'on veut renverser la tendance actuelle qui accentue les inégalités entre les plus riches et le reste de la société », indique Mme Rivest.

Toutefois, au cours de cette rencontre, la CSN souhaitait présenter un problème croissant au sein des groupes syndicaux, soit le manque de motivation à participer aux mouvements. Patricia Rivest ne cache pas que de travailler en mode virtuel durant la pandémie a eu des conséquences sur le sentiment d’implication des travailleurs. « Ç’a été un bon défi de devoir mobiliser nos syndiqués même si nous étions derrière un écran », reconnait-elle. Pour changer la donne, le syndicat tient à mettre en marche plus d’actions sur le terrain comme des lignes de piquetage, des soirées syndicales ou des assemblées. « Il faut être présent et parler aux gens », déclare Caroline Senneville.

Trois années mouvementées

Publicité

Défiler pour continuer

Les deux autres objectifs de ce congrès étaient de résumer les actions prises par le Conseil central de Lanaudière – CSN durant les trois dernières années et de mettre sur la table les engagements pour celles à venir. Patricia Rivest reconnait que plusieurs luttes syndicales importantes et grèves générales illimitées ont eu lieu dans la région. Elle donne comme exemples le conflit qui a touché les Industries Mailhot à Saint-Jacques, mais aussi celui de la COOP Lanaudière, qui est toujours en grève depuis plus de sept mois. Les négociations du secteur public et des centres de la petite enfance sont également deux dossiers qui ont marqué les dernières années.

Pour l’avenir, Mme Senneville dévoile que la CSN compte faire une grande campagne de mobilisation en lien avec la pénurie de main-d’œuvre. « Certains nous disent que la pénurie de main-d’œuvre nous donne un rapport de force pour les salaires. Ce n’est pas faux, mais pour ceux qui tiennent le fort avec des effectifs réduits, c’est très difficile », explique la présidente. Cette dernière ajoute que bien que l’organisation syndicale ne fasse pas de politique partisane, « une campagne électorale est un moment idéal pour mettre de l’avant les enjeux qui nous touchent ». De plus, l’organisation envisage de déposer, le 30 octobre 2022, de nouvelles demandes pour le secteur public au gouvernement. En conclusion, Patricia Rivest mentionne que le Conseil prévoit continuer à lutter contre la pénurie de main-d’œuvre et la surcharge de travail : « Le syndicalisme est encore important! »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média