Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

27 avril 2022

Caroline Bédard - cbedard@lexismedia.ca

Les demandes du Bloc ignorées dans le récent budget

Réaction de Luc Thériault, député de Montcalm

Luc Thériault

©Photo gracieuseté

Luc Thériault, député de Montcalm

Les attentes budgétaires du Bloc Québécois, recueilli à partir d’une vaste tournée et consultation d’organismes québécois de tous les secteurs économiques et sociaux, ont été ignorées dans le récent budget du gouvernement fédéral.

« M. Trudeau a décidé de faire à sa tête parce que le NPD a décidé d’y donner une « free game « , passé Go et réclamer 200$ ! Ce qui est un peu stratégiquement particulier je dirais parce que c’est une entente jusqu’en 2025. L’idée d’un gouvernement minoritaire quand les gens votent de cette manière-là, ça oblige à négocier à la carte, ça oblige à négocier avec l’ensemble des électeurs qui n’ont pas voté pour le gouvernement en place. Il faut tenir compte de ça dans ta façon de gouverner dans les projets de loi », mentionne Luc Thériault, député de Montcalm. « Les libéraux ont provoqué des élections parce qu’ils disaient vouloir les coudées franches pour préparer l’avenir. Ils ont signé un pacte avec le NPD pour s’en assurer jusqu’en 2025. Mais le résultat est un budget qui confirme une tendance centralisatrice, des empiétements, un soutien ferme au pétrole, et qui ne s’attaque pas aux problèmes des systèmes de santé, qui n’accélère pas la lutte aux changements climatiques et qui n’offre aucun répit à l’immense majorité de la population québécoise affectée par la hausse du coût de la vie. Finalement, il ne répond pas à quatre des cinq demandes inconditionnelles du Bloc Québécois. Nous voterons donc contre », ajoute Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois. Les cinq demandes inconditionnelles étaient :

  • Les transferts en santé
  • La situation financière des aînées
  • Faire face à la hausse du coût de la vie
  • La finance verte
  • Le logement autochtone

Selon M. Thériault, le gouvernement vient de passer à côté surtout avec cette crise sanitaire. « Nous avons un problème, 30 ans de sous financement en santé où le fédéral a pelleté dans la cour des provinces. On a coupé dans les transferts en santé. On s’attendait, compte tenu de la situation mondiale, qu’on fasse de la santé une réelle priorité », ajoute M. Thériault.

Dès la première vague, tous les intervenants et experts de la santé s’entendaient pour dire que le sous-financement chronique a fragilisé nos réseaux et ne savaient pas comment être capable de gérer cette crise. Et à noter, qu’à ce moment, il n’y avait pas encore de vaccins et aucun antiviral. Il n’y avait que des protections sanitaires. « Ottawa a annoncé qu’il n’y aura pas d’argent supplémentaire, mais qu’il veut exiger des comptes. Le Québec et les provinces demandaient des transferts sans condition; le budget impose des conditions sans transfert. C’est à la fois un rejet total des besoins exprimés par le Québec et les provinces en santé, en plus d’une fin de non-recevoir à la saine discussion également réclamée par les travailleurs de la santé de toutes les professions », déclare M. Thériault. D’un point de vue médical et économique, c’est une aberration d’entendre M. Trudeau dire qu’il va régler les transferts en santé après la pandémie.

Le Bloc Québécois déplore aussi le manque de mesures offrant un répit concret aux Québécois affectés par les impacts de l’inflation sur leur budget. « Le budget n’offre aucun renfort aux personnes aux personnes plus vulnérables, au premier chef les aînés dont le document suggère qu’ils n’ont besoin de rien de plus. Aucun renfort non plus pour les ménages à faible revenu ou les familles aux prises avec la hausse du prix du panier d’épicerie, du loyer ou de l’essence. Rien non plus pour les entreprises plus affectées, par exemple les agriculteurs », précise M. Thériault.

« C’est un budget qui ne répond tout simplement pas aux attentes que nous ont exprimées les Québécois. De plus, ce premier exercice financier sous l’entente libéraux et NPD ne témoigne d’aucune vision structurante. Il révèle finalement que cette coalition n’a pas d’ambition pour l’avenir ou pour le Québec, seulement pour ses deux signataires », conclut Luc Thériault, député de Montcalm.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média