Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

07 avril 2022

Caroline Bédard - cbedard@lexismedia.ca

Sommet public sur le financement de la santé demandé

Enjeu des transferts en santé

Luc Thériault, député de Montcalm

©gracieuseté

Luc Thériault, député de Montcalm et porte-parole en santé lors du point de presse tenu lundi dernier à Ottawa.

Tel que proposé par le Bloc Québécois, les fédérations médicales font front commun avec les grandes centrales syndicales en santé et services sociaux pour exiger la tenue d’un Sommet public sur le financement de la santé. Constatant le fort consensus autour de la question, le député de Montcalm, Luc Thériault, a à nouveau interpellé le gouvernement sur l’urgence d’agir afin que soient rehaussés les transferts en santé lors d’un point de presse lundi dernier à Ottawa.

L’enjeu d’une juste participation du fédéral en santé rallie les principales organisations professionnelles et syndicales du milieu de la santé québécois. Ainsi la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), l’Association des médecins hématologues et oncologues du Québec (AMHOQ) ainsi que la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Confédération des syndicats nationaux (CSN, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) et l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), demandent aussi qu’Ottawa rehausse inconditionnellement le Transfert canadien en matière de santé (TCS), de sorte que la contribution aux coûts des soins de santé passe de 22% à 35%, avec indexation annuelle de 6% par la suite.

« Le gouvernement de Justin Trudeau soit se rendre à l’évidence. Tous les acteurs du terrain se joignent aux premiers ministres du Québec, des provinces et des territoires pour exposer les difficultés liées au manque de soutien financier d’Ottawa envers nos réseaux de santé. La pandémie a exacerbé les besoins et les failles de nos systèmes avec lesquels le personnel de la santé doit composer au quotidien. L’entêtement du premier ministre sur cet enjeu crucial est aberrant ! Il est intenable tant au point de vue médical, qu’économique et humain. Il y a des drames humains qui vont se vivre, tant pour nos patients que pour le personnel de la santé », a mis en garde M. Thériault.

Insistant sur les graves répercussions de cette fragilisation des réseaux qui se feront ressentir sur plusieurs années, le porte-parole en santé a appelé à ce que soit ouverte sans délai, par le biais d’un Sommet public, une discussion constructive entre toutes les parties concernées. « Les Québécoises et le Québécois ont exprimé la nécessité d’investir davantage en santé. C’en est assez du financement ponctuel, à la petite semaine ! Le gouvernement fédéral doit convoquer un Sommet le plus rapidement possible et répondre à la demande unanime du Québec, des provinces et des partenaires des réseaux de santé : financer à sa juste mesure et sans condition les soins auxquels ont droit nos citoyens », a conclu Luc Thériault.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média