Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

01 avril 2022

Caroline Bédard - cbedard@lexismedia.ca

Marche à Sainte-Julienne pour sauver la forêt du prolongement de la 25

Samedi le 2 avril à 13h

Marche en forêt de Saint-Julienne

©gracieuseté

Le groupe « Sauvons la forêt du prolongement de la 25 ! » invite la population à une marche à Sainte-Julienne le samedi 2 avril, 13h.

Le groupe « Sauvons la forêt du prolongement de la 25 ! » invite la population à une marche en forêt, à Sainte-Julienne, le samedi 2 avril à 13h, pour profiter de la beauté du bois entourant la piste cyclable, et pour le sauver de la menace de destruction que fait peser sur lui le prolongement prévu de l’autoroute 25. Le départ se fera devant le bureau de poste de Sainte-Julienne, situé au 1406, QC-125.

C’est en septembre 2020 que le projet du gouvernement du Québec de prolonger l’autoroute 25, à partir de Saint-Esprit jusqu’à Rawdon a été annoncé par le ministre des Transports, M. François Bonnardel, accompagné du député de Rousseau, M. Louis-Charles Thouin. Le tracé d’une largeur de quatre voies, proposé par le ministère des Transport du Québec, rogne d’abord sept kilomètres de la municipalité de Saint-Esprit jusqu’au rang du Cordon à Sainte-Julienne. Ensuite, il vient rejoindre, dans la municipalité elle-même, la future voie de contournement qui traversera la forêt de la piste cyclable sur deux kilomètres, à partir du rang du Cordon jusqu’à la Halte Verdure. Les arbres devront être rasés pour laisser passer la route nationale et la voie de contournement. Pour une destruction totale de neuf kilomètres de forêt et de terres agricoles. On parle de débuter les travaux dans la forêt au printemps 2022. Un autre tronçon pourrait voir le jour dans le futur, plus haut, à gauche de la 125, jusqu’à Rawdon.

Conséquences

En plus de s’attaquer à 208 millions de pieds carrés d’arbres, qui fournissent oxygène et captation du carbone à la population, la route détruira l’habitat de nombreuse espèces animales et végétales qui y vivent, dont certaines sont en voie de disparition, comme l’ail des bois et l’érable noir. Si la route est construite, les animaux seront mis à risque par le passage rapide des véhicules, et certains d’entre eux , les chevreuils par exemple, qui essaieront de traverser la voie, deviendront un danger pour les automobiles. À cela s’ajoutent les autres retombées sur la santé et la sécurité de la population. D’abord, la route devrait passer derrière les cours de récréation d’une école primaire et d’un service de garde. Des développements domiciliaires sont également présents de chaque côté de cette forêt, les domaines Lac Dufour, Lac Lemenn, Lac Sainte-Julienne et Daviau. Bruit et pollution remplaceront l’oxygène et la captation du CO2 pour leurs résidents. Sans compter que cette forêt est utilisée par les amateurs de nature, grâce à sa piste cyclable et ses nombreux sentiers de randonnée.

Le groupe « Sauvons la forêt du prolongement de la 25 ! » invite la population à venir à marcher en grand nombre le 2 avril pour éviter qu’à cause de la circulation de plus en plus dense qu’amènera cette route, Sainte-Julienne ne devienne une ville où il ne fait plus bon vivre, une ville où on « n’habite plus son bonheur » car il sera parti ailleurs.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média