Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

10 mars 2022

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Le variant BA.2 représente plus de 7 % des cas au Québec

Situation actuelle de la pandémie

Dr. Luc Boileau

©Photo gracieuseté

Le directeur national de la Santé publique, Dr Luc Boileau.

Lors d’un point de presse le 10 mars, le directeur national de la Santé publique, Dr Luc Boileau, a déclaré que la situation actuelle de la pandémie permet d’être optimiste. « De meilleurs jours s’en viennent au Québec, même si les difficultés vécues ailleurs dans le monde assombrissent ce retour à une vie normale. »

Actuellement, moins de 1200 lits sont occupés par des patients Covid. « Et au-delà de 50 % de ces patients sont venus à l’hôpital pour d'autres raisons. »

Dr Boileau a affirmé que tous les indicateurs sont actuellement en baisse.

L’assouplissement des mesures sanitaires n’a pas à ce jour engendré une augmentation des cas et des hospitalisations.

« Dans deux jours, les Québécois pourront reprendre une vie à peu près normale. La majorité des mesures vont prendre fin à l’exception du port du masque. Toutefois, il y a des milliers de cas par jour, le virus reste présent et il faut demeurer prudent. Il faut penser aux gens plus vulnérables, ceux qui sont immunosupprimés, les aînés et ceux qui souffrent de maladies chroniques. »

Pour le Dr Luc Boileau, il s’agit maintenant de la responsabilité de tout un chacun de faire en sorte que la levée des mesures se déroule bien. « C’est une question de respect pour autrui et de civisme. Il faut continuer de se laver les mains, surveiller ses symptômes et porter le masque dans les lieux qui l’exigent. »

Si la situation continue de s’améliorer, d’autres assouplissements pourraient être devancés.

Le directeur a déclaré que le variant BA.2 est présent au Canada et dans plus de 7 % des cas de Covid-19 au Québec. « C’est un virus qui s’apparente à l’Omicron, mais il est plus contagieux. ll se transmet plus rapidement et plus facilement. Les durées d’incubation sont plus courtes. Il ne faut pas penser qu’il n’y a plus de virus qui circule. Il est toujours là et il fait ses dégâts tous les jours. »

Le contexte favorable permet à la Santé publique d’ajuster les règles d’isolement pour les cas contacts qui partagent le même domicile qu’une personne atteinte de la Covid-19.

À partir du 12 mars, les personnes adéquatement vaccinées qui résident avec une personne atteinte de la Covid-19 pourront poursuivre leurs activités tant qu’ils ne développement pas de symptômes. Toutefois, elles devront prendre des mesures pour protéger les autres telles que surveiller leurs symptômes, porter le masque et éviter les sorties où on doit retirer le couvre-visage. « On reste prudent pour les autres. Les gens non vaccinés doivent continuer de s’isoler à la maison. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média