Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

08 mars 2022

Caroline Bédard - cbedard@lexismedia.ca

Les femmes de plus en plus représentées en politique municipale

Trois mairesses inspirantes dans la MRC de Montcalm

Mairesses de la MRC de Montcalm

©gracieuseté

Véronique Venne, mairesse de Sainte-Marie-Salomé, Ghislaine Pomerleau, mairesse de Saint-Liguori et Josyane Forest, mairesse de Saint-Jacques.

Il fut un temps où être à la tête d’un conseil municipal était un dossier strictement masculin. C’est en 1953 où nous avons pu assister à l’élection d’une première mairesse au Québec. Plus précisément, dans la municipalité de Portage-du-Fort, Mme Elsie Gibbons a été élue à l’âge de 50 ans. Elle a occupé son poste de mairesse sans interruption jusqu’en 1971 et réélue en 1975 pour quitter ses fonctions en 1977. Elle a également été préfète du comté de Pontiac de 1959 à 1961. Mme Gibbons est une pionnière dans l’histoire de la politique municipale au Québec.

Lors des dernières élections municipales, on s’aperçoit que plusieurs villes ou municipalités ont maintenant une femme à la tête de leur conseil municipal. Plus près de nous, dans la MRC de Montcalm, c’est trois mairesses inspirantes qui dirigent les municipalités de Sainte-Marie-Salomé, Saint-Liguori et Saint-Jacques.

Véronique Venne, mairesse de Sainte-Marie-Salomé

Être mairesse en 2022, selon Mme Venne, c’est être à proximité des gens, d’avoir une écoute attentive, d’avoir un leadership collaboratif et d’être bienveillante envers sa communauté. Celle-ci a d’ailleurs l’impression que son mandat est de tenir la ficelle qui va aller d’un bout du village à l’autre. « Nous avons un mandat de tisser des liens », précise Véronique Venne qui est mairesse de Sainte-Marie-Salomé depuis 2013. Parmi les difficultés pour une femme d’être mairesse, est sans doute d’acquérir une certaine crédibilité surtout pour les plus jeunes d’expérience. « Une fois que c’est fait, je me rends compte de plus en plus que ce sont les actions qui parlent plus que les paroles. Avec le temps, les gens finissent à nous connaître par ce que nous avons fait », ajoute Mme Venne. Cependant, pour acquérir cette crédibilité, une femme doit travailler plus fort qu’un homme en début de mandat. « Pour une femme, on veut tellement être sûr que les gens nous prennent au sérieux qu’on se dit oui je peux faire des erreurs mais non il ne faut pas », mentionne Mme Venne. Mais dans les faits, les femmes en demandent beaucoup plus envers elle-même que ce que la profession en demande.

Heureusement, les temps ont changé et changeront encore. Mme Venne voit la différence entre son premier mandat versus son troisième qui est en cours. Pour celle-ci c’est toujours de mise d’avoir une journée de la femme en 2022 pour continuer à faire évoluer les choses et par le fait même, dans la politique municipale. « C’est comme si on avait brisé l’espèce de secret qui entourait la vie de maire et maintenant on est en train de casser ce moule. Nous sommes en train de dire que c’est accessible et qu’une femme est capable d’effectuer ce travail », conclut Véronique Venne.      

Ghislaine Pomerleau, mairesse de Saint-Liguori

Être mairesse à Saint-Liguori, c’est d’avoir du plaisir pour Mme Pomerleau. « Je trouve qu’à Saint-Liguori, nous avons de bons citoyens. Les gens sont fins et sympathiques. Nous avons une belle paroisse », mentionne celle-ci. Mme Pomerleau partage son temps entre la mairie et sa petite compagnie d’inspection agricole avec son neveu. L’important dans ce travail est d’être bien entouré professionnellement. « J’ai une très belle équipe ici. J’ai un directeur général exceptionnel qui a un poste essentiel à la municipalité. C’est important car la mairesse travaille main dans la main avec le dg », précise Mme Pomerleau. Celle-ci remarque une très grande différence entre un maire et une mairesse. Par exemple, quand elle reçoit un entrepreneur, celui-ci va s’adresser pratiquement toujours aux hommes en premier. Alors pour contrer le tout, elle décide de poser une question clé pour détourner l’attention. Une des qualités majeures que doit avoir une mairesse est l’humilité.

Avec les nouveaux maires masculins des autres municipalités arrivés lors des dernières élections, on remarque un vent de fraîcheur qui pourrait attirer de futures mairesses. Les façons de penser commencent à changer peu à peu. Aujourd’hui, il y a beaucoup plus d’outils pour faire le saut en politique municipale pour une femme. Il faut mettre en place des choses car l’avancement en tant que femme est encore fragile. Il faut solidifier les bases.  « Je me revois en 2013 quand je suis arrivée à la mairie avec certains machos alentour de la table. Je ne les trouvais pas drôle du tout. Je passais pour une espèce de frustrée, une personne qui n’a pas le sourire facile ou pour un air bête. Et moi je me disais, quand la blague est irrespectueuse, elle n’est pas drôle. Alors moi je ne ris pas », précise Mme Pomerleau. Il faut que les femmes puissent imposer leurs limites pour avancer. Mme Pomerleau prône le respect dans toutes les facettes de sa vie. Et c’est pour cette raison qu’il faut continuer de parler de la place des femmes dans tous les domaines afin que le respect puisse s’installer entre les hommes et les femmes. Mme Pomerleau est à son troisième mandat.

Josyane Forest, mairesse de Saint-Jacques

Pour la mairesse de Saint-Jacques, il faut être capable de répondre à nos citoyens, il faut se préparer beaucoup car Saint-Jacques a grossi avec le temps. Après avoir été mairesse élue lors d’une partielle en milieu de mandat, elle est maintenant dans son deuxième mandat, élue lors des dernières élections. « Notre parc industriel, nous l’avons travaillé fort. C’est maintenant mon job à temps plein parce que c’est aussi les soirs et c’est aussi les fins de semaine. C’est un choix car j’ai décidé de le faire à temps plein », ajoute Mme Forest. Être mairesse pour celle-ci c’est beaucoup d’écoute à la population. C’est de donner énormément d’informations et d’explications aux citoyens. « Nous sommes comme la première ligne pour le citoyen, c’est ce qui fait que d’être à temps plein c’est important », mentionne Josyane Forest.

Présentement à Saint-Jacques Mme Forest est la seule voix féminine, donc il serait important pour celle-ci d’avoir plus de femmes, plus d’autochtone, plus de mères monoparentales, etc., parce que ce sont des voix différentes et des expériences différentes qui représentent l’ensemble de la population. Être une femme mairesse c’est de travailler en double car il faut être bien préparé. Il faut vendre sa salade quand on arrive dans des dossiers comme la voirie ou la sécurité incendie. Il faut prendre le temps de bien connaître son dossier. « On dirait que la culture, les loisirs, les sports sont des dossiers plus féminins pour les membres masculins d’un conseil. Mais la tendance est au changement », précise Mme Forest. Pour celle-ci, il y a encore beaucoup de travail à faire de ce côté, ce n’est pas encore gagné ! En 2022, il faut toujours promouvoir la parité dans nos municipalités. « Nous n’avons pas le choix car nous ne l’avons pas. Si on ne prône pas la parité, les dames dans leurs cuisines n’entendront pas et si elles n’entendent pas, elles ne se présenteront pas. Ce n’est pas juste de se présenter comme conseillère, c’est aussi d’assister aux séances du conseil ou de participer dans une activité citoyenne. Si elles n’entendent pas les mots promouvoir la parité et elles n’entendent que le conseil municipal, elles ne se sentiront pas appelées », ajoute Mme Forest.

En résumé, pour nos mairesses, la nouvelle génération sera beaucoup plus ouverte à la parité ou au multiculturaliste car c’est une autre façon de penser. La journée de la femme n’est pas juste pour les femmes mais aussi pour les hommes. C’est important que les hommes sachent que nous avons besoin d’eux et vice versa. La journée de la femme c’est aussi une façon de démontrer l’évolution de celle-ci dans la société !

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média