Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

27 février 2022

Caroline Bédard - cbedard@lexismedia.ca

Peut-on se passer des 200 organismes communautaires autonomes dans Lanaudière ?

La grande mobilisation du 21 au 24 février dernier

Participants au vidéo du TROCL- journée de mobilisation

©Gracieuseté TROCL

Tous les participants à la vidéo de mobilisation sans Lanaudière.

Pour réclamer un financement à la mission reconnaissant leur rôle primordial dans la vie des milliers de citoyens et de citoyennes de Lanaudière, dans la protection du filet social de leurs communautés, des journées de mobilisation ont eu lieu dans différentes villes pour la campagne nationale « Engagez-vous pour le communautaire », organisées par la Table régionales des organismes communautaires autonomes de Lanaudière (TROCL). La région a voulu démontrer que nous n’avions pas les moyens de se passer ses organismes.

C’est sous la forme virtuelle et médiatique que cette campagne a été organisée. Plus de 120 personnes ont participé aux actions virtuelles lanaudoises de la TROCL, le 23 février dernier. La vidéo de mobilisation a été diffusée sur les pages Facebook des médias lanaudois et des organismes communautaires qui a été vus plus 5 000 fois en 24 heures. La TROCL compte sur 14 appuis dans le cadre de cette action de mobilisation en provenance des députés lanaudois, des maires et préfets, des syndicats et d’organisations régionales.

Comme la pandémie a mis en lumière le sous-financement chronique des organismes communautaires autonomes, ils ont été nombreux à exprimer la hausse des besoins et des demandes, la pénurie de bénévoles et de travailleurs et de travailleuses. Depuis deux ans, les organismes communautaires autonomes ont été en première ligne de cette pandémie et le sont encore aujourd’hui. Comme l’exprime un organisme communautaire :  « Cette année, nous avons eu plusieurs bris de services (fermetures) par manque de ressources. Le roulement des employés est de plus de 50% à cause du sous-financement qui ne permet pas des conditions de travail décentes pour nos travailleurs et travailleuses. L’équipe est épuisée de faire des remplacements. Nous offrons un service essentiel pour les personnes en crise de santé mentale, particulièrement en ces temps de pandémie ». Des témoignages comme celui-ci, la TROCL en a reçu plusieurs pour la préparation de cette journée de mobilisation.

460 millions de dollars pour les 4 000 organismes communautaires autonomes québécois

Voilà le montant que les organismes demandent pour pouvoir reprendre leur souffle et réaliser pleinement leur mission. Pas de fonds d’urgence avec des critères ne correspondant pas à a réalité des organismes, pas de financement par projets qui ne permet pas de consolider les équipes en place et la pleine réalisation des activités et des services, pas de saupoudrage par plans d’action sectoriels. La TROCL demande au gouvernement de cesser de louanger le travail des organismes et d’enfin, le reconnaître à sa juste valeur par un investissement majeur de financement à la mission globale, dès le prochain budget du Québec.

Malgré les exigences de leur quotidien, les organismes ont levé la main et se sont mobilisés pour faire reconnaître leur expertise, leur rôle social dans la société et l’importance du financement à la mission.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média