Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

17 février 2022

Communiqué L'Action - infolanaudiere@lexismedia.ca

Le Centre du patrimoine vivant de Lanaudière se souvient

Contributions et réalisations

CPVL

©Photo gracieuseté - L'Express Montcalm

Clémence Gagné-Venne, Yves Lambert et Jacques Larochelle à la Grande fête du chant traditionnel de Lanaudière en 2012 lors d'un hommage à Mme Gagné-Venne, une chanteuse exceptionnelle.

En décembre 2016, le Centre du patrimoine vivant de Lanaudière (CPVL) a dû cesser ses activités, faute d’un soutien financier qui aurait permis la sauvegarde de l'organisme dédié à mettre en valeur et à transmettre la richesse et l’importance culturelle des traditions de Lanaudière.

Aujourd’hui, l’organisme souhaite souligner le travail des citoyens qui ont permis la réalisation de ses grands projets.

Fondé en 2008 à Saint-Côme, le Centre du patrimoine vivant de Lanaudière avait pour mission de mettre en valeur, de faire connaître et d'assurer la transmission des facettes actives de son patrimoine vivant, notamment la chanson traditionnelle. En misant sur des activités fédératrices et porteuses, le CPVL se voulait un vecteur principal de démocratisation des traditions québécoises, en mettant en valeur le patrimoine vivant et en le rendant accessible à l'ensemble de la population.

Au fil des années, de nombreuses initiatives ont été réalisées afin de partager et d’immortaliser des savoir-faire ancestraux, grâce à un travail de visibilité du patrimoine vivant. Parmi ces initiatives, mentionnons :

Publicité

Défiler pour continuer

La création de l'album Saint-Côme peut vous en chanter

La continuité de la Grande fête du chant traditionnel de Lanaudière

La conception de l'atelier « Avez-vous le patrimoine vivant ? »

La réalisation du documentaire Le Chemin des savoirs, escale à Saint-Côme

La mise sur pied du projet Transmission

La production d'une série de courts métrages baptisés Le chant du monde

La réussite de La Caravane Trad

Le CPVL a déposé l'intégralité de ses archives auprès de l'organisme Archives Lanaudière, dont la mission est de préserver les fonds et les collections d’archives historiques de la région de Lanaudière et de ses habitants. Cette action a permis au CPVL de laisser une trace tangible de ses activités et de la documentation réalisée auprès de plusieurs porteurs de traditions pour les générations actuelles et futures. Certains porteurs sont désormais décédés, mais survivront au temps grâce à ce travail.

Cet imposant travail identitaire régional n'aurait pas été possible sans le soutien indéfectible des décideurs locaux, de plusieurs intervenants du milieu ainsi que de la population ayant à cœur la transmission, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine vivant de la région.

L'importance du patrimoine vivant dans une politique culturelle intégrée

« Aujourd'hui, la sauvegarde et le développement durable des traditions vivantes au Québec sont grandement menacés, faute de ressources financières adéquates pour offrir aux organismes, comme le CPVL, les moyens de réaliser leur mission. Le patrimoine immatériel est pourtant conçu comme un vecteur d’action culturelle et de transmission, il ne doit pas seulement représenter un acte de commémoration historique ou symbolique. Le soutien au fonctionnement des organismes dédiés au patrimoine vivant est donc essentiel. Cette réalité a même été soulevée dans le document Recommandations pour l’élaboration d’une stratégie nationale pour le patrimoine immatériel (ou vivant) au Québec (2021), réalisé par le Conseil québécois du patrimoine vivant (CQPV). Le Plan d’action gouvernemental en culture 2018-2023 confirme cet état de fait. En 2021, si la valeur patrimoniale d’une pratique ou d’un savoir-faire traditionnel est officiellement reconnue, il convient désormais d’agir pour en assurer la pérennité. La Loi sur le patrimoine culturel, entrée en vigueur en 2012, a incorporé le patrimoine immatériel comme composante essentielle du patrimoine culturel des Québécois. Elle s’est inspirée pour cela de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, qui vise la pérennité des pratiques et des savoirs transmis de génération en génération grâce, notamment, à des changements dans les politiques publiques nationales », expliquent les acteurs du CPVL par voie de communiqué.

Ils souhaitent conscientiser la population, ainsi que les instances gouvernementales, à l'importance du patrimoine immatériel dans une politique culturelle intégrée. « La sauvegarde et le développement durable des traditions vivantes au Québec sont menacés. Œuvrons ensemble et faisons entendre nos voix pour les préserver. Aussi longtemps que notre patrimoine est vivant, il est la garantie qu’une communauté est culturellement distincte et respectée, tant dans le présent que dans l’avenir. »

Pour visionner une rétrospective du CPVL cliquer ici

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média