Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

15 février 2022

Jason Joly - jjoly@lexismedia.ca

Le retrait total du passeport vaccinal prévu le 14 mars

L’obligation du masque demeure

Christian Dubé

©archives

Plusieurs Québécois voient en le passeport vaccinal un outil de protection sécurisant selon le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé.

Comme c’est le cas pour les mesures sanitaires, l’obligation de présenter le passeport vaccinal sera elle aussi graduellement retirée de certains lieux. Cette nouvelle a été annoncée par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, lors d’un point de presse le 15 février. M. Dubé précise toutefois que le passeport pourrait réapparaitre si cela est nécessaire.

Les experts de la Santé publique ont donné leur aval à la décision de retirer petit à petit le passeport vaccinal dans certains espaces où il est présentement imposé. Ainsi, dès le 16 février, il ne sera plus nécessaire pour fréquenter les magasins à grande surface, soit ceux mesurant 1500 mètres carrés, les SQDC et les SAQ du Québec.

À partir du 21 février, le passeport ne sera plus requis pour accéder aux lieux de culte et aux cérémonies de funérailles. Finalement, en date du 14 mars, cette preuve ne sera plus exigée nulle part, incluant les restaurants, les bars, les salles de spectacles mais aussi les résidences pour personnes âgées, les CHSLD et autres établissements de santé. Malgré tout, le masque restera obligatoire dans les différents lieux. Le ministre de la Santé a également annoncé qu’une importante quantité d’antiviral Paxlovid est distribuée progressivement pour protéger les personnes à la santé plus fragile.

Christian Dubé tenait tout de même à souligner que le passeport vaccinal demeurera obligatoire après le 14 mars, selon les exigences du gouvernement fédéral, pour les voyages à bord de transport ferroviaire et aérien et lors de voyages à l'étranger. De plus, le ministre précise qu’en cas d’extrême nécessité, le gouvernement ne ferme pas la porte à imposer de nouveau le passeport. « Gardez-le sur votre téléphone », a d’ailleurs recommandé M. Dubé.

Un outil important

Malgré l’impatience de plusieurs Québécois en lien avec l’imposition du passeport vaccinal, Christian Dubé dit avoir remarqué l’avis inverse auprès d’une bonne partie de la population. « Beaucoup de Québécois apprécient le sentiment de protection du passeport vaccinal », a-t-il déclaré.

Il précise que, même si elle est jugée de moins en moins nécessaire actuellement, l’application a été « un outil important dans notre arsenal pendant la pandémie ». Durant ses 150 jours d’imposition, le passeport a non seulement permis un meilleur contrôle des voyages à l’étranger, mais M. Dubé ajoute qu’il a aussi été important dans la protection des personnes vaccinées et du réseau de la santé. Maintenant que près de 25 % de la population a contracté la Covid-19 et que la capacité du réseau s'améliore, cette mesure n'apparaît plus requise à ce stade-ci. « Il a permis d’éviter de retourner à un confinement généralisé », indique le ministre de la Santé. Ainsi, le passeport a aidé le gouvernement à atteindre ses objectifs, qui étaient de protéger les Québécois et le réseau de la santé tout en permettant un retour à une certaine normalité.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média