Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

13 octobre 2021

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@lexismedia.ca

Un Spiritois en vedette dans la série Perdu dans la poussière

Quand les antiquités ont une histoire à raconter

Mario Tittley

©Photo gracieuseté

Paul Harvey et Armand Cellard de la série Perdu dans la poussière se sont rendus à Saint-Esprit afin de découvrir la collection de Mario Tittley.

Mario Tittley collectionne depuis toujours avec son cœur. Ce qui fait son unicité, c’est sans aucun doute l’histoire riche qui se cache derrière chacun des objets qu’il possède. Sa collection est sans contredis très variée. Jouets d’antan, bandes dessinées, vélos, autos, motos, jukebox, 45 tours, voilà quelques exemples de choses qu’on peut trouver chez M. Tittley. Sa passion pour le moins particulière a attiré l’œil de la production de Perdu dans la poussière.

Dans cette télésérie diffusée à Historia, Paul Harvey et Armand Cellard partagent une quête : mettre la main sur des objets anciens propres à la culture canadienne-française afin de mieux comprendre leur utilité, leur origine et leur valeur patrimoniale.

Le 19 octobre prochain, cette quête mènera les deux acolytes chez Mario Tittley à Saint-Esprit. Pour Paul Harvey, l’un des protagonistes de la série, aller à la rencontre de collectionneurs passionnés se compare à une véritable chasse au trésor. « C’est comme enfiler un scaphandre et entrer dans une épave. On ne sait jamais ce qu’on va trouver. »

De sa rencontre avec M. Tittley, il retire beaucoup… d’informations! « Je qualifierais plutôt Mario d’amateur de vieux objets que de collectionneur. Sa collection est très éclectique puisque tous les objets qu’il possède sont rattachés à une histoire personnelle », raconte M. Harvey. Le conteur en la personne de Mario s’est fait un réel plaisir de partager ses nombreuses histoires avec Paul et Armand lors de leur passage chez lui. 

Publicité

Défiler pour continuer

Cœur d’enfant

Cet attachement qu’il dégage envers son matériel, Mario Tittley le confirme lui-même. « Je suis un collectionneur de coup de cœur! », s’exclame-t-il. Les objets qu’il amasse correspondent la plupart du temps à de bons souvenirs de son enfance. Il possède par exemple une multitude de jouets qui ont marqué sa jeunesse. Il en conserve d’ailleurs plusieurs qui lui ont appartenu dès son plus jeune âge, mais en recherche également d’autres qu’il n’a pas eu la chance de posséder à l’époque.

Mario Tittley

©Photo gracieuseté

Mario Tittley possède une moto originale Indian 1942, de quoi faire baver d’envie tous les amateurs de motos anciennes.

Et pas question pour M. Tittley de se contenter de copies. Ce qu’il recherche, ce sont les originaux. « Par exemple, j’ai une collection de bandes dessinées de Michel Vaillant. Je pourrais aller dans une librairie et les commander toutes, mais ce n’est pas ça qui m’allume », explique-t-il. Celui qui se qualifie comme un éternel enfant peut passer plusieurs années à chercher l’exemplaire d’un numéro qu’il convoite. « Si la BD que je veux a été publiée pour la première fois en 1967, et bien je veux l’édition 1967, pas une autre », insiste-t-il.

Comme un film qui défile

Sans soucis, Mario Tittley affirme qu’il puisse passer un après-midi entier à ne parler que d’un seul et unique objet de sa collection. Absolument tout à une histoire chez Mario. « Lorsqu’il fait mauvais temps à l’extérieur, que je suis assis dans ma caverne à moi, je n’ai pas besoin de télé, je regarde ma collection et je vois l’histoire que chaque objet me raconte.

On en comprendra que la valeur monétaire des choses importe peu pour Mario. Ce sont toujours les souvenirs et les histoires qu’ils évoquent qui déterminent la valeur des biens pour le collectionneur de cœur.

Paul Harvey

©Photo gracieuseté

Paul Harvey est l’un des protagonistes de la télésérie Perdu dans la poussière. Il est collectionneur depuis son plus jeune âge.

Négociations difficiles

Dans ce contexte particulier, les deux férus d’histoire que sont Paul Harvey et Armand Cellard ont dû redoubler d’ardeur pour essayer de retirer quelque chose de leur visite chez Mario Tittley. Le principal intéressé le dit lui-même : ce qu’il a n’est pas à vendre.

« Nous avons réussi à sortir de chez lui avec 3 ou 4 affaires », révèle néanmoins Paul Harvey. Malgré que ce ne fut pas la journée la plus fructueuse pour les chercheurs de trésors, ces derniers gardent un bon souvenir de leur passage à Saint-Esprit. La pièce maitresse de la collection de Mario Tittley étant assurément la moto Indian 1942 dans son état 100% original. « C’est assez incroyable! Pour les amateurs de moto, c’est très rare de voir un modèle resté dans son état ancien. La plupart ont été modifiées au fil des ans », remarque M. Harvey.

Pour pénétrer dans l’univers du collectionneur Spiritois, rendez-vous le 19 octobre à 21h sur les ondes d’Historia.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média