Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

21 juillet 2021

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@lexismedia.ca

Jade Tremblay-Mainville : La pandémie n’a pas eu raison de ses ambitions

Démystifier l’adoption

Jade Tremblay-Mainville

©Photo Marie-Christine Gaudreau

Jade Tremblay-Mainville a dû repenser son projet de fin d’études pour l’adapter à la réalité de la pandémie.

En février 2020, le Journal L’Express Montcalm vous présentait Jade Tremblay-Mainville. Cette étudiante du Collège Esther-Blondin, alors en 4e secondaire, travaillait déjà à l’élaboration de son projet de fin d’études. La jeune fille d’origine chinoise entendait se rendre dans son pays natal afin de reconstituer son histoire, de la naissance à son adoption qui l’a mené au Québec.

Jade désirait plus que tout faire la lumière sur les raisons qui ont poussé sa mère biologique à l’abandonner. Ultimement, elle espérait pouvoir l’identifier et la rencontrer lors de son voyage. Quelques semaines plus tard, une pandémie mondiale est venue brouiller les cartes. « En avril/mai 2020, je me suis dit qu’il allait falloir que je me trouve une autre idée, je ne pouvais pas partir en voyage », raconte Jade Tremblay-Mainville. Comme bien d’autres régions du monde, le Québec était alors sur pause, les frontières étaient fermées et nous prenions conscience de la sévérité de la situation.

À ce moment-là, la jeune fille espérait tout de même un rétablissement de la situation au courant de l’année scolaire suivante. Les mois ont filé, les vaccins sont timidement arrivés, mais pas assez rapidement pour permettre à Jade de mener à bien son projet initial.

Résilience et adaptation

Plutôt que de tirer un trait sur ses ambitions, la finissante s’est retroussée les manches afin d’adapter son projet personnel, une évaluation importante par laquelle tous les élèves du Collège Esther-Blondin doivent absolument passer pour graduer de leurs études secondaires.

« Ces démarches ont été vraiment bénéfiques pour moi. Ça m’a fait grandir et j’ai pu rencontrer de très belles personnes », témoigne Jade. Plutôt que de voyager à bord d’un avion, à la conquête de ses origines, l’étudiante a appris à voyager à travers les personnes et leur histoire. « Ça m’a permis d’entrer en contact avec les gens et d’aller chercher en eux ce qu’ils avaient à m’offrir pour m’aider à cheminer », reconnaît-elle.

Jade Tremblay-Mainville

©Photo gracieuseté

L’année dernière, Jade avait pu rencontrer la délégation chinoise au Québec afin d’obtenir du soutien dans ses démarches.

Démystifier et sensibiliser

Dans le projet qu’elle a présenté à ses pairs, Jade Tremblay-Mainville a pris soin de documenter le processus d’adoption, de mettre en lumière les sentiments qui peuvent être ressentis par les personnes adoptées et d’inviter les gens à être sensibles au sujet. Bien sûr, elle s’est également exprimée sur le processus de recherche des origines. « J’ai parlé de chaque étape, de la recherche aux retrouvailles, en expliquant les démarches que j’avais entreprises. »

Au fil de la réalisation de son travail de fin d’études, Jade a été amenée à s’informer et à s’exprimer sur le phénomène d’adoption massive en Chine, la politique de l’enfant unique et les raisons qui ont fait en sorte que les filles soient plus sujettes à être touchées par l’adoption.

Diversifier les points de vue

Dans le but d’enrichir sa recherche, Jade a réalisé des entrevues auprès de différentes personnes touchées par l’adoption. « Ça m’a aidé à comprendre qu’on peut avoir vécu la même situation sans pour autant l’avoir vécu de la même manière. » Jade a notamment présenté des reportages avec de jeunes personnes adoptées de son âge qu’elle avait eu la chance de rencontrer une première fois lors d’un voyage fait avec ses parents lors de l’adoption de son plus jeune frère. Elle a également relevé le témoignage d’un enseignant du Collège afin d’obtenir le point de vue d’un adulte plus âgé qu’elle, qui pourrait ainsi représenter la réalité de l’adoption au cœur d’une génération différente et avec une plus grande rétroaction. Enfin, les recherches de Jade l’ont mené à la rencontre d'une jeune femme, d’origine chinoise également, résident à Pékin et ayant vécu son enfance à Charlevoix avec sa famille adoptive. « Avec elle, j’ai découvert un point de vue plus historique. Elle est partie étudier à Pékin pour comprendre les déplacements géographiques des populations. »

Après coup, Jade Tremblay-Mainville réalise que la démarche qu’elle a été forcée d’effectuer pour adapter son projet lui a permis de se construire un précieux bagage qui lui sera fort utile lors du tant attendu voyage. Parce qu’il n’est pas question pour elle d’abandonner. Elle se rendra en Chine lorsque la pandémie sera derrière nous pour de bon. Entre temps, elle entamera ses études collégiales à l’automne dans le but d’étudier en médecine par la suite. Celle qui se passionne pour le voyage, les rencontres et les découvertes espère ultimement devenir médecin sans frontière. « Rencontrer des gens pour se découvrir, je crois que c’est ce qui fait grandir une personne encore plus. C’est pour ça que je veux faire ce projet, pour me sentir complète. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média