Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

28 avril 2021

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Gisèle DesRoches se prononce sur le jugement de loi 21 et le budget fédéral 2021

Candidate pour le Parti conservateur dans Montcalm

Gisèle DesRoches

©Photo gracieuseté – Chantale Baar - L'Express Montcalm

La candidate pour le Parti conservateur dans Montcalm, Gisèle DesRoches, réaffirme qu’un gouvernement dirigé par les conservateurs ne s’opposerait pas à la loi 21. Également, elle qualifie le budget fédéral 2021 d’électoraliste.

La candidate conservatrice dans Montcalm, Gisèle DesRoches, réagit au jugement concernant la Loi 21 et porte un regard sur le budget fédéral 2021.

Gisèle DesRoches affirme à nouveau qu’un gouvernement dirigé par les conservateurs d’Erin O’Toole ne contesterait pas la Loi 21. À cet égard, elle s’insurge que le gouvernement de Justin Trudeau finance des contestations judiciaires contre des lois votées par l’Assemblée nationale.

Mme DesRoches souligne que c’est l’argent des contribuables québécois qui est utilisé pour financer ces contestations judiciaires.

« Un gouvernement conservateur pourra mettre fin à ses attaques et ainsi s’assurer que les lois votées par l’Assemblée nationale soient respectées », appuie-t-elle.

À son avis, un gouvernement conservateur respecterait le droit du Québec de faire des lois dans ses champs de compétences comparativement au gouvernement Trudeau.

Budget fédéral 2021

La candidate de Montcalm qualifie le premier budget libéral d’électoraliste. Elle estime que les Québécois méritent un plan qui remettrait l’économie sur les rails. Selon Mme DesRoches, le budget fédéral 2021 sert à soutenir les priorités partisanes libérales et ajoute que le plus grand perdant est le Québec, puisqu’il n’aura plus d’argent en santé, en pleine troisième vague.

Son constat est que Justin Trudeau laisse tomber le Québec.

« En pleine troisième vague, il est inconcevable de ne pas prévoir d’argent supplémentaire en santé !  Nous allons léguer une dette immense à nos enfants. Sous Justin Trudeau, le Canada a connu le plus grand déficit par habitant et le taux de chômage le plus élevé du G-7, et ça continue », déclare-t-elle.

Gisèle DesRoches en convient que les libéraux n’ont pas augmenté les transferts en santé, alors qu’il s’agissait d’une demande récurrente de la part du Québec. Le nouveau programme de normes et standards pour les soins de longue durée ne respecte pas les champs de compétence de Québec et est d’avis que les fonds devraient être transférés sans condition.

Elle poursuit en exprimant que les libéraux n’ont pas assuré une compensation au Québec pour l’implantation d’un réseau de service de garde subventionné pancanadien et n’ont pas offert de compensation aux producteurs. L’attente est grande, puisque les producteurs agricoles de Montcalm attendent les compensations reliées aux ententes commerciales de l’AECG.

Par ailleurs, la candidate a continué en abordant que les libéraux n’ont pas protégé le français au Québec et qu’il n’y a pas de plan de retour à l’équilibre budgétaire, ni pour l’économie et ni pour soutenir la santé mentale.  

En terminant, le chef des conservateurs, Erin O’Toole, a abordé que le parti mettra en œuvre le Plan de rétablissement du Canada pour protéger l’économie canadienne. Celui-ci aidera à récupérer le million d’emplois perdus dans les secteurs les plus touchés de la pandémie, en plus de tendre la main aux femmes, puis aux jeunes qui souffrent le plus.

Erin O’Toole estime qu’une partie de la population est abandonnée par ce budget, c’est-à-dire les Québécois sans travail à la recherche d’emplois, les travailleurs dont le salaire a diminué à cause de la pandémie et les familles qui tentent de payer leurs factures ou tentent d’épargner pour les études postsecondaires de leurs enfants.

Le parcours de Gisèle DesRoches

Mme DesRoches s’est déjà présentée aux élections en 2015 et 2019 dans cette circonscription. Elle possède un baccalauréat en droit, une formation en gestion et elle vient de compléter deux attestations de l’Université Laval en développement durable, enjeux et trajectoires et en management responsable. Elle aspire défendre avec vigueur les préoccupations de sa circonscription à Ottawa.  

Avant de se lancer en politique, la candidate a travaillé comme conseillère en ressources humaines, spécialisée en gestion de la rémunération et en équité salariale. Elle compte plus de 20 ans d’expérience en services-conseils auprès d’entreprises et de clientèles variées.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média