Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

14 avril 2021

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

La mission communautaire, humaine et environnementale d’Annie Robin

Prendre soin de l’humain

Jardin Humani-Terre

©Photo gracieuseté – Julie Léveillé Photographe - L'Express Montcalm

L’organisme Jardin Humani-Terre se veut inclusif, ouvert et accessible à tous.

Depuis une vingtaine d’années, Annie Robin consacre une grande partie de sa vie à la ferme éducative écologique Panier Nature. Son projet permet de conscientiser des groupes au respect de l’environnement, à favoriser la santé et préserver le patrimoine. Étant donné que l’initiative demandait de plus en plus de temps, l’organisme à but non lucratif, Jardin Humani-Terre a vu le jour, il y a trois ans, à Saint-Lin-Laurentides. 

©Photo gracieuseté – Julie Léveillé Photographe - L'Express Montcalm

Toute personne ayant un intérêt peut tenter l’expérience, et ce, tout au long de l’année dans un environnement naturel et écologique.

©Photo gracieuseté – Julie Léveillé Photographe - L'Express Montcalm

Différentes activités sont offertes et amènent les participants à échanger, apprendre, développer des habiletés sociales et de travail.

C’est le 30 août 2018 que Jardin Humani-Terre a pris son envol. Depuis sa création, des partenariats se sont créés avec des municipalités, des institutions, des organismes…

« C’est un organisme communautaire qui favorise la socialisation, l’intégration et la réinsertion professionnelle à toute personne par des activités écologiques et naturelles. On prend soin de l’humain et de la terre. », souligne la cofondatrice et directrice, Annie Robin.  

Pour sensibiliser la société et l’éduquer à la fois sur son empreinte environnementale, Mme Robin offre des cours, ateliers, conférences et des activités dans la communauté. Panier Nature et aujourd’hui Jardin Humani-Terre ont permis à des participants bénévoles d’échanger, de briser l’isolement et d’apprendre en prenant part à des activités agrotouristiques et d’aménagement des jardins.  

Respect de l’environnement  

Jardin Humani-Terre utilise la permaculture et souhaite partager avec les groupes un milieu de vie écoresponsable. Par ailleurs, l’organisme crée plusieurs produits conçus à la main; des tisanes, du miel, des vinaigres aromatiques, etc.  

« C’est tout fait à la ferme. Les plantes sont produites et transformées à la ferme. On a aussi un centre du jardin où on vend des plants au mois de mai soit des plantes médicinales ou potagères. », explique Mme Robin. Les produits sont également vendus grâce à leur boutique et se retrouvent dans des marchés, ainsi que divers points de vente.  

Un organisme inclusif  

Comme le mentionne la cofondatrice, Jardin Humani-Terre travaille avec toute personne autant avec des enfants, jeunes, adultes, personnes ayant des limitations… Les activités sont adaptées en fonction des groupes et des individus qui manifestent leurs intérêts.  

Présentement, l’organisme invite les jeunes âgés entre 15 et 30 ans qui ne sont pas à l’emploi ni aux études à prendre part au projet « Semer son avenir ». Grâce au programme Jeunes en Mouvement vers l’Emploi (JME), l’organisme a reçu une subvention qui offre l’opportunité à des personnes intéressées de réaliser un stage de deux à six semaines.

Celles-ci vont se joindre à un groupe et seront appelées à développer de nouvelles compétences, en plus de relever des défis à leur mesure. Les stagiaires pourront aménager les jardins, travailler dans la serre, récolter les produits, ainsi que les plantes. Ils vont découvrir les équipements, les installations et les différentes tâches connexes aux plantes.

Avant tout, Annie Robin indique que Jardin Humani-Terre est en harmonie avec la nature.

« On travaille dans le sens de la nature et on fait de la permaculture. C’est une façon de jardiner qui respecte la nature et les écosystèmes. On fait la même chose avec l’humain. On respecte la diversité des groupes et on la valorise aussi. », détaille-t-elle. On retrouve une serre sur place, une cuisine certifiée au niveau du MAPAQ et un atelier de menuiserie.

Habituellement, l’organisme accueille des camps de jour et de grands groupes. Cependant, cette année avec la pandémie, le nombre de participants par groupe est limité à trois et les mesures sanitaires sont respectées. Les stagiaires pourront aménager les jardins, travailler dans la serre, récolter les produits, ainsi que les plantes. Ils vont découvrir les équipements, les installations et les différentes tâches connexes aux plantes.

L’organisme est ouvert et désire transmettre des connaissances aux personnes qui ont le souhait de s’impliquer. Les objectifs de l’organisme sont multiples et amènent les participants à développer des habiletés de travail et sociales, favoriser les échanges intergénérationnels et interculturels, favoriser, puis soutenir le développement durable par la permaculture.

Ancré dans son milieu 

Par sa mission, Jardin Humani-Terre créé des collaborations avec d’autres organismes sur le territoire, tels que le Centre d’action bénévole de Montcalm, le Carrefour jeunesse-emploi de Montcalm, la Ville de Saint-Lin-Laurentides, le Centre de Femmes, les CPE, etc.

Lorsque des groupes intègrent les jardins collectifs, une équipe est présente pour les accompagner. Les activités sont regroupées en cinq catégories telles que la production agricole, la transformation de tous les végétaux, la mise en marché, l’animation et l’aspect de la bureautique.

« On est capable d’avoir des gens qui ont des limitations. On a travaillé beaucoup avec des personnes qui ont une déficience intellectuelle, qui sont autistes ou même qui ont un handicap physique. On trouvait pour eux une place, afin qu’ils puissent participer au projet…Ce qu’on vise c’est de mettre les participants en situation de réussite. », confie la directrice.

L’organisme a découlé du projet Panier Nature.

« J’étais toute seule là-dedans pour gérer Panier Nature. C’était trop. Principalement, Panier Nature ce sont juste des cours et des ateliers sur la transformation artisanale des végétaux…Ce sont vraiment les gens du milieu qui m’ont dit que je ne pouvais fermer ça. On va s’organiser et on va créer un organisme. On va engager des gens, puis on va t’aider. », se rappelle-t-elle.

Ne s’attendant pas à connaître un tel succès, Mme Robin est heureuse des retombées de Jardin Humani-Terre. Avec le temps, un conseil d’administration a été mis sur pied et plus d’employés ont été engagé pour répondre à cette mission.

Jardin Humani-Terre

©Photo gracieuseté – Julie Léveillé Photographe - L'Express Montcalm

Les participants mettent la main à la pâte et se retrouvent dans les jardins collectifs éducatifs écologiques. Ils sont aussi appelés à prendre part aux activités d’agrotourismes.

Faire la différence dans la communauté

Ce qui touche particulièrement Annie Robin, c’est de constater les forces de l’organisme et les retombées sur les participants.

« Les gens trouvent ou retrouvent leurs intérêts, leurs habiletés et leurs aptitudes. Il y a parfois des gens qui sont plus dépressifs, qui ont perdu confiance en eux. Ici, ils retrouvent réellement une valorisation personnelle. », fait-elle part.

Dès la mise en place de ce projet, Mme Robin avait en tête de mettre l’accent sur la valorisation personnelle. Avant de se plonger dans Panier Nature et Jardin Humani-Terre, la passionnée était intervenante communautaire et avait l’habitude de venir en aide à des personnes plus marginalisées et vulnérables.

Le contact avec les organismes de son milieu s’est fait naturellement dès le début de Jardin Humani-Terre. Elle est propriétaire du terrain et une partie de celui-ci est destinée à l’organisme.

Entre-temps, Annie Robin continue de consacrer son temps à Panier Nature en offrant des cours virtuels axés sur la transformation des végétaux. Elle en donne également avec l’Association Forestière sur le même sujet. Également, l’organisme est très impliqué avec la Ville de Saint-Lin-Laurentides, notamment lors de la Journée verte.

À l’avis de Mme Robin, les groupes ressentent les bienfaits de travailler avec la nature. Il y a un sentiment d’appartenance qui se crée avec l’environnement.

« On veut vraiment favoriser le développement durable. C’est l’un de nos objectifs qui fait partie de la mission. On veut développer une meilleure connaissance de l’environnement et de la biodiversité, puis notre pouvoir d’agir en appliquant des solutions concrètes aux problèmes environnementaux. », appuie-t-elle.

Le fait d’être dans les jardins amène aussi un sentiment de bien-être pour les groupes. Une étudiante à la maîtrise dans le programme d’ergothérapie à l’Université de Trois-Rivières a d’ailleurs réalisé un essai critique sur les ressources communautaires en milieu agricole en étudiant l’organisme.

Porter le projet plus loin

L’une des filles à Annie Robin étudie présentement en droit international et relations internationales. Elle aimerait poursuivre le travail entamé et l’amener à un autre niveau. Son autre fille étudie en médication spécialisée et veut prendre en charge le volet intervention.

« Sur le terrain, on retrouve un champ cultivable de vingt arpents. On aimerait pouvoir l’aménager en champ de permaculture pour faire des paniers bios et faire encore plus de produits transformés. », indique-t-elle.

Également, une forêt de quarante arpents fait partie du paysage. Les responsables ont commencé à aménager les sentiers qui se veulent éducatifs et artistiques.

Par ailleurs, la directrice ajoute qu’une vieille grange s’est effondrée il y a plusieurs années. Tranquillement, le bois est récupéré. L’objectif est de pouvoir la reconstruire pour faire un atelier de transformation, une boutique, un atelier de transfert de connaissances, etc.

Jusqu’à présent, plusieurs jardins collectifs sont implantés sur le territoire montcalmois, dont avec Jardin Humani-Terre, le Centre de Femme Montcalm, l’Association Carrefour Famille Montcalm, le CPE au Royaume des Bouts de Choux, la Ville de Saint-Lin-Laurentides et l’un avec un HLM familial.

Pour plus d’information concernant Jardin Humani-Terre, on visite le https://jardinhumani-terre.ca/ L’organisme a aussi une page Facebook. On peut également composer le 450 439-3654.  

Les objectifs liés à la mission:

  • Favoriser la socialisation
  • Favoriser l’intégration et l’inclusion
  • Favoriser la réinsertion sociale et/ou professionnelle
  • Favoriser le développement durable

Services:

  • Accompagnement individuel
  • Accompagnement collectif (groupe)

Activités:

  • Diversifiées et offertes toute l’année
  • Activités offertes dans un contexte agricole évoluant autour des :
  • Jardins de production
  • Jardins collectifs
  • Jardins pédagogiques
  • Activités agrotouristiques 
Jardin Humani-Terre

©Photo gracieuseté – Julie Léveillé Photographe - L'Express Montcalm

Dans le cadre du programme Jeunes en mouvement vers l’emploi, Jardin Humani-Terre est à la recherche de personnes âgées de 15 à 30 ans, sans emploi, ni aux études. L’organisme offre de deux à six semaines de stage.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média