Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

30 mars 2021

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Le député de Rousseau se retire du caucus de la CAQ

L’UPAC ouvre formellement une enquête policière

Louis-Charles Thouin

©Photo gracieuseté - L'Express Montcalm

Le temps d’avoir les résultats d’enquêtes, le député de Rousseau, Louis-Charles Thouin se retire du caucus de la CAQ.

Le député de Rousseau, Louis-Charles Thouin, se retire du caucus de la Coalition avenir Québec (CAQ). Ce dernier est officiellement visé par une enquête de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) en raison de possibles conflits d’intérêts.

C’est aujourd’hui, le mardi 30 mars, que l’information a été révélée. Le temps de faire la lumière sur les allégations par le biais de l’enquête, M. Thouin a décidé de se retirer temporairement du caucus. Cette décision a été prise d’un commun accord avec le premier ministre François Legault.

« Bien que je considère n’avoir rien à me reprocher, par respect pour mes collègues, je ne veux pas être une distraction pour le gouvernement. J’ai donc choisi de me retirer le temps de faire la lumière sur les propos rapportés. Je réitère que je me suis toujours impliqué en politique avec intégrité et j’offre mon entière collaboration à la Commissaire à l’éthique et à la déontologie ainsi qu’aux autres instances. », a mentionné Louis-Charles Thouin par voie de communiqué.

Rappelons que la Commissaire à l’éthique de l’Assemblée nationale, Ariane Mignolet, a également ouvert une enquête portant sur le rôle qu’a joué Louis-Charles Thouin dans la modification du schéma d’aménagement de la MRC de Montcalm.

Désormais, le député de Rousseau cessera d’exercer ses fonctions à titre d’adjoint parlementaire du Conseil du trésor. M. Thouin siégera comme député indépendant.

Possibles conflits d’intérêts

Les allégations qui visent M. Thouin concernent le fait qu’il aurait été en conflit d’intérêts dans différents dossiers alors qu’il était maire de Saint-Calixte et préfet de la MRC de Montcalm.

La semaine dernière, le Bureau d’enquête de Québecor indiquait avoir eu accès à des documents, des courriels et des entrevues qui ont permis de mettre en lumière plusieurs situations d’apparence conflictuelles.

Le premier ministre nuance

Questionné sur l’apparence de conflits d’intérêts touchant différents dossiers menés par l’actuel député de Rousseau, le premier ministre François Legault avait indiqué en point de presse le 23 mars qu’il n’avait jamais été au courant de gestes posés par son député de la CAQ qui ne respecteraient pas la loi ou les règles.

En point de presse aujourd’hui, M. Legault nuançait : « Les faits ne sont pas les mêmes que la semaine dernière. D’abord, nous parlions de dézonage (NDRL : en ce qui a trait au schéma d’aménagement de la MRC de Montcalm), maintenant, nous parlons de plusieurs possibles infractions. »

À l’Assemblée nationale, la CAQ a eu à faire face aux questions de l’opposition par rapport au lancement officiel de l’enquête de l’UPAC. Le leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette, a précisé : « Le député de Rousseau a décidé de se retirer du caucus. Il a fait un choix responsable afin de ne pas nuire au gouvernement, de ne pas attirer des distractions sur lui. Je crois que c’était la chose à faire. C’est tout à son honneur. »

Texte écrit avec la collaboration de Renée-Claude Doucet. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média