Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

23 mars 2021

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Le député de Rousseau serait dans la mire de l’UPAC

Le premier ministre du Québec commente la situation

Louis-Charles Thouin

©Photo gracieuseté - L'Express Montcalm

Le député de Rousseau, Louis-Charles Thouin, fait l’objet d’une enquête de la commissaire à l’éthique et à la déontologie à l’Assemblée nationale.

Des informations ont été dévoilées aujourd’hui par le Bureau d’enquête de Québecor indiquant que le député de Rousseau, adjoint parlementaire de la ministre responsable de l’Administration gouvernementale et présidente du Conseil du trésor et président du caucus des députés de Lanaudière, Louis-Charles Thouin, aurait été en conflit d’intérêts, alors qu’il était maire de Saint-Calixte et préfet de la MRC de Montcalm.

Le Bureau d’enquête a mis la main sur des documents et des courriels, puis a réalisé des entrevues qui ont permis de mettre en lumière plusieurs situations dans lesquelles le député de Rousseau aurait été en conflit d’intérêts. D’ailleurs, l’Unité permanente anticorruption (UPAC) aurait amorcé une enquête sur le sujet.

M. Thouin fait aussi l’objet d’une enquête de la commissaire à l’éthique de l’Assemblée nationale, Ariane Mignolet. Celle-ci concerne la modification du schéma d’aménagement de la MRC de Montcalm.

Rappelons que le député caquiste a occupé le poste d’adjoint parlementaire de la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, alors que le dossier était à l’étude.  

Dans une plainte déposée, on lui reproche d’avoir tenté d’influencer Mme Laforest en faveur d’une modification du schéma d’aménagement de la MRC de Montcalm. Depuis plusieurs années, Louis-Charles Thouin, qui a occupé le rôle de préfet de la MRC de Montcalm, souhaitait aller de l’avant avec ce dossier.

Octroi de contrats

Soulignons que lorsqu’il était maire de Saint-Calixte, Louis-Charles Thouin a cofondé un organisme à but non lucratif, la SPCA Lanaudière Basses-Laurentides, avec sa conjointe. M. Thouin a par la suite mis fin au contrat de sa municipalité avec une entreprise de gestion animalière avant de confier ledit contrat à la SPCA en question. Puis, sa conjointe en est devenue la directrice.

Il a également entretenu des liens étroits avec un entrepreneur de Saint-Calixte. Il aurait favorisé ce dernier en votant en faveur du financement pour son entreprise et fait avancer une demande de zonage pour ce dernier.

Toujours selon l’enquête, il aurait également remis des subventions à des organisations où ses proches travaillaient. Par ailleurs, M. Thouin aurait été de l’avant avec la vente d’un terrain de la municipalité au Complexe Atlantide. Sa belle-fille, Roxanne Simpson, travaillait à ce moment pour l’entreprise.

À cette époque où il était maire de Saint-Calixte, M. Thouin ne s’est pas retiré du processus décisionnel. D’autres subventions ont été octroyées par la suite au Complexe Atlantide.

L’Express Montcalm a tenté de rejoindre le député à son bureau de circonscription. Sa directrice de bureau et conseillère politique a mentionné: « Pour le moment, nous ne faisons aucun commentaire. »

M. Thouin a cependant réagi un peu plus tard en faisant une publication sur les réseaux sociaux en date du 24 mars.

« Je remercie mon Premier ministre et son équipe, le whip en chef du gouvernement et son équipe, mon président de caucus ainsi que mes collègues ministres et députés pour leur confiance. La politique est un sport dangereux et les perceptions sont parfois bien trompeuses au grand plaisir des opposants d’hier et d’aujourd’hui. J’attendrai le rapport d’enquête de la commissaire à l’éthique avant de commenter davantage. Merci à vous tous qui avez été si nombreux à m’écrire pour me témoigner votre confiance et votre support. Vos bons mots me réconfortent beaucoup. Je serai toujours à votre service et fier de vous représenter, comme toujours, avec détermination, dignité et intégrité. », peut-on-lire.

Réaction du premier ministre

Questionné sur l’apparence de conflits d’intérêts touchant différents dossiers menés par l’actuel député de Rousseau, le premier ministre François Legault a indiqué en point de presse cet après-midi qu’il n’a jamais été au courant de gestes posés par son député de la CAQ qui ne respecteraient pas la loi ou les règles.

« Il y a des questions à se poser, comme la présence de l’UPAC dans le dossier. Ni M. Thouin ni moi n’étions au courant. Il faut vérifier si c’est vrai. », a souligné M. Legault.

Du côté de la SPCA, la situation a déjà été analysée et il n’y avait pas de conflits d’intérêts, fait savoir le premier ministre.

Concernant le dossier du schéma d’aménagement de la MRC de Montcalm, qui entraîne le dézonage de terres agricoles, notamment, M. Legault réitère que le sujet a déjà passé sous la loupe du gouvernement et qu’à ce moment-ci, rien ne porte à croire qu’il y aurait eu des démarches illégales.

Pour le gouvernement, Louis-Charles Thouin a donc toujours sa place au Conseil du Trésor en tant qu’adjoint parlementaire de la ministre responsable de l’Administration gouvernementale et présidente du Conseil du trésor, Sonia Lebel.

« Il faut savoir que le rôle de M. Thouin consiste à s’assurer que les organismes, dont les Villes, achètent davantage de produits québécois. », rappelle le premier ministre en guise de conclusion.

L’opposition réagit

Du côté de l’Assemblée nationale, lors de la période de questions, les députés de l’opposition officielle n’ont pas manqué de talonner le gouvernement à propos des agissements de Louis-Charles Thouin et des apparences de conflits d’intérêts liés aux dossiers mentionnés précédemment.

La chef libérale, Dominique Anglade, demande que Louis-Charles Thouin soit retiré du parti et de ses fonctions parlementaires le temps d’éclaircir la situation. Québec Solitaire et le Parti québécois abondent dans le même sens.

Le leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette, a rapidement pris la défense de son collègue de la CAQ soulignant que M. Thouin a toujours voulu servir sa communauté.

« Il faut favoriser l’implication des citoyens en politique, et ce, que ce soit au niveau municipal, provincial ou fédéral. Nous n’accepterons pas que des individus qui désirent s’impliquer dans la communauté fassent l’objet d’une campagne de salissage. »

M. Jolin-Barrette fait savoir que s’il y a bel et bien une enquête de l’UPAC en cours, le député de Rousseau n’a pas encore été contacté par les instances. En ce qui a trait à l’enquête de la commissaire à l’éthique, le leader parlementaire indique que M. Rousseau collabore pleinement à la démarche.

« À ce jour, Louis-Charles Thouin n’est accusé de rien. Il a toujours servi sa communauté afin de répondre à ses besoins. Depuis le début de son mandat, rien ne lui a été reproché. », termine M. Jolin-Barrette.

Texte réalisé avec la collaboration de Renée-Claude Doucet. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média