Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

15 mars 2021

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

La Maison Horeb accueillera des travailleurs étrangers

Transformation des locaux

Maison Horeb

©Photo gracieuseté – Nicholas Sheehy - L'Express Montcalm

Le troisième étage de la Maison Horeb de Saint-Jacques sera réaménagé pour accueillir 23 travailleurs étrangers.

Un nouveau projet est actuellement en préparation du côté de la Maison Horeb de Saint-Jacques. L’organisme accueillera bientôt des travailleurs étrangers en leur offrant un logement. La présidente du conseil d’administration, Martine Mercier, dévoile tous les détails des travaux de réaménagement sur le troisième étage de l’édifice.

©Photo gracieuseté – Nicholas Sheehy - L'Express Montcalm

Les travailleurs étrangers partageront des espaces communs.

©Photo gracieuseté – Martine Mercier - L'Express Montcalm

Quelques travailleurs étrangers vivront ensemble dans un même logement.

©Photo gracieuseté – Martine Mercier - L'Express Montcalm

Cette salle sera transformée pour la cuisine.

©Photo gracieuseté – Martine Mercier - L'Express Montcalm

Cette pièce servira de salle à manger.

Avec la pandémie, la Maison Horeb n’est pas en mesure de recevoir des groupes les fins de semaine. Ces derniers se réunissaient auparavant pour se ressourcer et socialiser. Une quarantaine de fins de semaine étaient occupées. Ainsi, les responsables de la Maison Horeb se sont penchés sur de nouvelles avenues.

Le troisième étage sera donc modifié pour y accueillir 23 travailleurs étrangers. L’étage sera transformé en logement où des travailleurs partageront un espace commun. On y retrouvera des chambres, cuisinières, réfrigérateurs et une buanderie. Le coût d’hébergement est établi à 10$ par jour.

Avec les différentes mesures liées à la COVID-19, il devient plus complexe pour certains producteurs agricoles d’accueillir les travailleurs étrangers. Le troisième étage de la Maison Horeb permettra de loger ces derniers et de leur permettre de travailler près de leur résidence. On retrouve quatre étages au sein de la Maison Horeb, dont une pour le Pavillon Louis-Cry.

« Le troisième étage est inutilisé actuellement. On voulait rentabiliser et on cherchait un créneau où on pouvait être utile également. », exprime Martine Mercier. 

En mode de fonctionnement 

« Nous allons probablement favoriser le plus grand nombre de travailleurs d’un même producteur. », fait-
savoir Mme Mercier. L’idée est de limiter le nombre de bulles de travailleurs étrangers. Quant à l’accessibilité des logements:« Ce sera ouvert du 15 avril au 15 novembre. C’est la demande qu’on nous a faite. », soutient la présidente du conseil d’administration.

Les responsables du projet souhaitent faire connaître ce dernier et répondre aux besoins du secteur. Avec les conditions sanitaires à respecter, plusieurs producteurs doivent investir pour adapter les lieux pour leur personnel.

Ce projet leur offre ainsi une solution alternative intéressante. Malgré les conditions plus complexes pour traverser la frontière, plusieurs travailleurs ont réussi à venir s’installer ici et à oeuvrer pour combler les besoins du milieu agricole.

S'adapter 

Cette année sera l’occasion de vérifier si le projet correspond aux attentes. Le conseil d’administration sera en mesure de se pencher sur la possibilité d’aménager le deuxième étage si les demandes sont là et de s’ajuster.

« L’idée c’est de maximiser le plus les espaces locatifs. Initialement, on pensait réaménager ça et offrir des espaces de bureau. Ce n’est pas ce qui est le plus populaire actuellement les espaces de bureau. Un coup qu’on a fait l’inventaire et avec le télétravail, on est un peu hors circuit. L’idée était probablement bonne à un certain temps, mais là ça ne correspond plus. », mentionne-t-elle.

L’organisme prévoit s’organiser en fonction des demandes reçues. Le deuxième étage pourrait aussi être réaménagé pour les travailleurs étrangers. Présentement, ce sont des salles qui occupent l’espace.

Comme l’explique Martine Mercier, rien n’empêche de recevoir des groupes après que les travailleurs repartent dans leurs pays. Cette possibilité permettrait de poursuivre poursuivre les activités des groupes de prières et de ressourcement de novembre à avril.

Support de la communauté 

C’est grâce aux dons, aux campagnes réalisées et à la Fondation que la Maison Horeb est capable de mettre sur pied un tel projet. L’objectif à long terme est que l’organisme soit rentable et que l’argent amassé par la Fondation
permette d’offrir des services supplémentaires.

Jusqu’à présent, la Maison Horeb a bénéficié des subventions salariales comme plusieurs autres organismes et entreprises. Ça nous a énormément aidé cette année pour passer à travers la crise et s’assurer de garder notre personnel. Nous composons avec le défi de rétention du personnel. », souligne-t-elle.

La Maison Horeb a également pu compter sur la générosité des partenaires et des personnes qui participent habituellement au tournoi de golf et à l’activité de vins et fromages.

« Il y a eu une très belle réception. Nous sommes allés chercher 50 % des dons habituellement amassés. Nous sommes assez satisfaits de cette première édition. Les gens continuent malgré tout de supporter la maison. », fait-elle part.

Les producteurs agricoles intéressés par le projet peuvent communiquer avec le vice-président de la Maison Horeb, Sylvain Michaud en téléphonant au 514 213-3301 ou par courriel au smichaud@mapppex.com. Ce dernier a la charge du programme et entretient des liens avec l’Union des producteurs agricoles, puis les producteurs locaux. Soulignons que présentement seul le Pavillon Louis-Cry continue d’offrir des services aux résidents.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média