Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

15 octobre 2020

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Quand l’entrepreneuriat, la technologie et l’innovation se rencontrent

Offre de services pour les sinistrés

Sinistar

©Photo tirée de Facebook - Sinistar - L'Express Montcalm

Sinistar permet aux victimes de sinistres d’avoir accès à un logement temporaire meublé et équipé, et ce, partout au Québec.

Après avoir complété ses études en droit, Alexia Leclerc œuvre mainte - nant comme avocate. Il y a quelques mois, joignant une équipe de jeunes entrepreneurs, elle participait au lan - cement d’une « start-up» en relocali - sation après-sinistre, Sinistar.

Toujours passionnée par le monde de la musique, la Lanaudoise n’a pas délais - sé son piano et son univers. Au contraire, elle continue de créer et lance du nouveau contenu sur différentes plateformes. Néanmoins, l’avocate se dit heureuse de maintenant travailler pour Sinistar, qui se fait connaître de plus en plus dans l’ensemble de la province.

L’entreprise se spécialise en relocalisation et permet aux sinistrés de trouver des logements temporaires pendant la reconstruction de leur demeure.

Le service est accessible, simple d’utilisation et ne requiert aucuns frais. Ressemblant à la mise au point d’un service à la Airbnb, l’entreprise se démarque grâce à son offre de service et répond à une problématique de société. Crée en 2015, Sinistar établit un pont avec les compagnies d’assurances.

Service clé en main 

L’entreprise trouve des logements, appar - tements, condos, maisons pour y accueillir les victimes de sinistres. Si plusieurs ont accès aux services d’un hôtel sur une plus longue période, Sinistar donne l’opportunité aux victimes d’avoir à leurs portées tout ce dont il leur faut.

« On offre des logements qui sont tous meublés et équipés de A à Z», explique Alexia Leclerc.

Ces endroits de relocalisation appartiennent à des particuliers. Ceux-ci deviennent des fournisseurs pour Sinistar. L’entreprise s’occupe de tous les détails avec les assurances.

« C’est nous qui faisons le lien entre l’assuré et la compagnie d’assurance.» Ce sont aussi les employés qui communiquent avec l’expert en sinistre.

Le président de la compagnie, Alexis Vertefeuille n’a que 24 ans. L’idée lui est venue lorsque son amie et sa famille ont été victimes d’un incendie et qu’ils devaient habiter à l’hôtel. Il s’est alors questionné sur les services, en étant stupéfait de réaliser qu’il y avait un manque au niveau des logements temporaires.

À ses yeux, il semble nécessaire d’aller de l’avant avec cette initiative. D’ailleurs, l’an dernier, M. Vertefeuille s’est mérité un prix pour la catégorie « Jeune entrepreneur de l’année (moins de 39 ans)», par la Chambre de commerce de Gatineau.

Pour Mme Leclerc, l’entrepreneur est toujours en mode solution et souhaite changer les choses positivement. « Ça ne stagne pas. Ça va toujours de l’avant. Il veut trouver des solutions pour améliorer les choses. Il est à la fine pointe de la technologie», détaille-t-elle. Ce qui contribue aussi au succès de la compagnie est le fait de trouver des solutions alternatives.

« Si un expert en sinistre nous disait qu’il avait besoin d’un logement un peu plus loin, même si nous n’avions pas de fournisseurs à ce moment, on s’arrangeait pour en trouver un», souligne-t-elle. Pour sa part, Mme Leclerc s’occupe des contrats, voit aux politiques de confidentialités et des conditions générales, veille à la gestion, etc.

Plateforme en ligne

L’équipe de Sinistar se penche actuellement à améliorer l’expérience web de sa clientèle. La plateforme permet à tout particulier possédant un logement de publier gratuitement une annonce en y indiquant tous les détails.

À cet égard, les fournisseurs gagnent un revenu supplémentaire, en faisant la différence dans la vie des sinistrés. Les partenaires ont accès aux contrats d’assurance.

L’entreprise fonctionne par un appel d’offres. Les partenaires peuvent afficher leur logement et les sinistrés choisissent ce qui leur convient le mieux. « C’est une économie de partage. »

C’est le fournisseur qui fixe le prix de séjour. À ce jour, la plateforme en ligne est accessible, mais n’est pas complétée. Éventuellement, l’équipe souhaite se concentrer à créer une application. Depuis l’été, l’entreprise connaît un beau succès. Cette croissance, Alexia Leclerc l’attribue du bouche-à-oreille.

« Je pense que c’est le fait que les gens vivaient une belle expérience et qu’ils partageaient des bons commentaires… Cela peut aussi être dû au service et à la flexibilité », soutient-elle en précisant que Sinistar est en voie de devenir partenaire officiel de compagnies d’assurance.

Partir un tel projet représente de grandes étapes.

« C’est un peu ça le défi. Tu prends des chances. », affirme-t-elle. Elle est fière de voir la relève en entrepreneuriat, puisque l’ensemble de l’équipe est jeune et est âgée en bas de 30 ans. Considérant l’expérience forte intéressante, Alexia Leclerc a eu une belle révélation cette année.

Par ailleurs, l’entreprise est toujours en mode solution et a d’autres idées en tête à développer, comme celles d’implanter des petites maisons sur un terrain d’un sinistré.

Pour en savoir davantage, on consulte le www.sinistar.ca. Pour publier une annonce d’un logement, on visite le https://app.sinistar.ca/ On retrouve Sinistar sur les réseaux sociaux soit sur Facebook au https://www.facebook.com/logementtemporairesinistar/ et sur Linkedin  au  https://www.linkedin.com/company/11093461/admin/

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média