Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

16 septembre 2020

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

La chasse à la propriété est ouverte dans Lanaudière

Un secteur convoité par les acheteurs

Maison

©Depositphotos - L'Express Montcalm

Les acheteurs délaissent le centre-ville de Montréal et priorisent les banlieues et les chalets dans Lanaudière.

En ces temps pandémiques, le marché immobilier continue de prospérer pour ceux qui désirent vendre leur propriété. Ainsi, peu de demeures sont disponibles, les prix sont en hausse, on assiste à de la surenchère et les acheteurs doivent faire preuve de patience pour obtenir une propriété.

À l’avis de Renaud Thibault, courtier immobilier chez RE/MAX d’ICI, le marché n’est présentement pas évident pour les vendeurs, les acheteurs, les courtiers et les agences, puisqu’il y a des offres d’achat simultanément. «C’est un marché difficile, mais fort intéressant. C’est la première fois en 35 ans que je suis dans cette industrie et que je vis ça», constate-t-il.

Plusieurs facteurs expliquent cette hausse des propriétés. Évidemment, la pandémie liée à la COVID-19 a influencé le marché immobilier. Vers la mi-mars, les agences ont été fermées et tranquillement, les ventes ont repris par la suite.

Le télétravail s’est aussi avéré un facteur important, créant ainsi un nouveau marché. Cette façon de travailler vient avec un rythme de vie différent, permettant d’économiser du temps, de réduire son stress et d’utiliser moins sa voiture pour les déplacements reliés au travail.

« Maintenant qu’une personne n’a plus besoin de payer un gros loyer, elle va s’en aller en région. Elle va aller dans Lanaudière […] Celle-ci se dit que tant qu’à payer un loyer à 1 000$ au centre-ville, elle peut acheter une maison dans Lanaudière. Ça sera beaucoup plus abordable. Il y aura une meilleure qualité de vie familiale aussi», met en lumière le courtier immobilier du Groupe Sutton Synergie inc., Robert Bouchard.

Les personnes âgées ont également vu l’opportunité de choisir une résidence spécialisée et de délaisser leur condo, afin d’obtenir un bon prix.

L'influence de la 2ème vague 

Envisageant la seconde vague liée à la COVID-19, des acheteurs ont priorisé l’option de la banlieue pour avoir un terrain et un grand espace. Les taux d’intérêt sont aussi un attrait pour les acheteurs, puisqu’ils sont actuellement bas.

Éventuellement, Renaud Thibault prévoit que le marché immobilier se stabilisera après la période de l’automne. Mais pour le moment, le marché a la cote. Une maison s’est vendue dernièrement à Repentigny à 379000$, alors qu’elle aurait pu se vendre en bas de 300000$ l’an dernier.

Comme l’observe M. Thibault, le marché se déplace actuellement vers le secteur La Plaine de Terrebonne, Saint-Lin-Laurentides, Saint-Esprit, Saint-Roch-de-l’Achigan... « Les prix que l’on voit à Repentigny, Terrebonne ou Mascouche; il y a des gens qui ne sont pu capables de l’assumer. Les salaires n’ont pas augmenté en conséquence. Ils vont se déplacer vers la prochaine couronne pour payer un prix un peu plus raisonnable en fonction de leurs capacités», exprime-t-il.

Dès qu’une nouvelle propriété est affichée, les délais sont très courts. En quelques jours, les visites s’accumulent et les promesses d’achat aussi. Le fait que les gens restent au Québec les influence à vouloir déménager.

Pour les vendeurs, le processus de vente s’accélère, alors que les acheteurs ont une pression avec les promesses d’achat. Plusieurs doivent faire différentes offres sur des propriétés, augmentant le stress de trouver ce qu’ils souhaitent.

Secteurs en développement 

Du côté de Montcalm, plusieurs municipalités accueillent des projets immobiliers. «À Saint-Lin-Laurentides, ça se développe à une vitesse incroyable. Saint-Roch-de-l’Achigan, ça se développe aussi. Plus on s’en va vers Joliette, que ça soit à Saint-Esprit, Sainte-Julienne ou Rawdon, le son de cloche de tous nos collègues dans ces régions est le même. Il y a un engouement pour les chalets. Tout se vend», fait savoir Renaud Thibault.

Une grande partie des gens vient s’établir vers Montcalm partant de la couronne sud pour avoir une propriété ou encore un chalet. « Il y a vraiment un exode des gens du sud et de la banlieue sud qui s’en viennent vers le nord et Montcalm», estime la courtière immobilière pour le Groupe Sutton Synergie inc, Manon Lafortune.

Création de rareté 

Les bords de l’eau sont aussi très populaires ces derniers temps souligne Mme Lafortune. Cette tendance amène les gens à déménager vers la campagne. Le télétravail contribue aussi à ce mouvement. « Dès qu’il y a une maison qui sort et que le produit est intéressant et à un juste prix, c’est là qu’il y a des surenchères», souligne-t-elle.

Un autre point intéressant selon cette dernière se trouve vers les prédictions économiques. Si les vendeurs pensaient que leur demeure perdrait de la valeur, ils ont accéléré le processus pour vendre rapidement.

« Je pense que les surenchères vont rester si on n’a pas tant de maisons à vendre et que si l’économie reste comme elle est là. Ça crée de la rareté », précise-t-elle.

C’est exactement ce que confirme Robert Bouchard. En quelques jours seulement, les propriétés se vendent et excèdent de beaucoup le prix demandé. Selon ce dernier, si plusieurs couples se séparent, certains doivent vendre absolument leur demeure en raison de pertes d’emplois ou de diminution des revenus.

Consignes sanitaires

Avec la pandémie, les courtiers immobiliers doivent s’assurer de suivre les consignes sanitaires émises par la Santé publique. Des documents doivent être remplis pour les personnes qui visitent des propriétés. Le port du masque est nécessaire, le lavage des mains, les couvre-chaussures et la distanciation sociale.

« Habituellement, le tout est bien orchestré », assure M. Bouchard.

L’option des visites virtuelles s’est développée pour faire découvrir les demeures aux acheteurs. « L’avantage avec les visites virtuelles, si les gens veulent vraiment se déplacer pour aller voir les propriétés, c’est parce qu’il y a un certain intérêt », soutient M. Bouchard.

Avant de regarder une propriété, les acheteurs doivent faire leurs devoirs et vérifier leurs dépenses. L’une des premières étapes c’est de pouvoir être préqualifiés.

Rebond des ventes 

L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) a indiqué que 5 356 ventes résidentielles ont été conclues au cours du mois de juillet 2020, représentant une hausse de 46% par rapport au même mois l’année dernière.

  • La prolongation du rebond s’explique par le rattrapage des transactions qui n’avaient pas pu se faire au début du printemps à cause des mesures visant à réduire la propagation du coronavirus.
  • La RMR de Montréal comprend l’île de Montréal avec un prix médian de 616 814$, à Laval 422 000$, la Rive-Nord 351 000$, la Rive-Sud 425 000$, Vaudreuil-Soulanges 420 000$ et Saint-Jean-sur-Richelieu 355 750$.
  • Les ventes sont également en hausse sur l’île de Montréal à +31%, à Laval +33%, la Rive-Nord +84%, la Rive-Sud +41% et à Vaudreuil-Soulanges +65$. Pour l’ensemble de la RMR de Montréal, la hausse des ventes s’établit à 46% en juillet 2020 par rapport au même mois l’an dernier.

Statistiques fournies par RE/MAX d’ICI uniquement pour le mois de juillet 2020 :

MRC de Montcalm

Inscriptions nouvelles        Inscriptions totales en vigueur     Ventes unifamiliales

2020 116                             2020 488                                     2020 122

2019  155                            2019  838                                     2019 91

Prix médian unifamiliales

2020 230 000$

2019 197 000$

MRC L’Assomption

Inscriptions nouvelles        Inscriptions totales en vigueur     Ventes unifamiliales

2020 190                            2020 415                                     2020 208

2019  150                            2019 745                                    2019 111

Prix médian unifamiliales     Prix médian appartements       Ventes d’appartements

2020 342 000$                    2020 206 500$                        2020 50

2019 294 250$                    2019 174 000$                        2019 27

MRC Les Moulins

Inscriptions nouvelles        Inscriptions totales en vigueur     Ventes unifamiliales  

2020 254                            2020 509                                     2020 305

2019  197                           2019 962                                     2019 151

Prix médian unifamiliales     Prix médian appartements        Ventes d’appartements

2020 350 000$                   2020 225 000$                          2020 75

2019 314 750$                    2019 187 500$                         2019 30

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média