Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

15 août 2020

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

La tournée de manifestations se poursuit à Saint-Lin-Laurentides

L’urgence d’agir pour la négociation en santé et services sociaux

Manifestation

©Photo archives - L'Express Montcalm

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du CISSS de Lanaudière CSN a manifesté devant le Centre d’hébergement Saint-Antoine-de-Padoue le 12 août, à Saint-Lin-Laurentides. La manifestation appuie la négociation du secteur public.

Dans le cadre d’une tournée dans Lanaudière, le Syndicat des travailleuses et travailleurs du CISSS Lanaudière – CSN s’est réuni avec les employés du centre d’hébergement Saint-Antoine-de-Padoue, à Saint-Lin-Laurentides, le 12 août pour manifester. L’objectif, se faire entendre et faire résonner leurs messages dans le secteur.

Comme le fait savoir le président intermédiaire du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CISSS de Lanaudière – CSN, les enjeux vont au-delà du salaire. Les buts convoités sont de rendre les conditions meilleures et de redonner du pouvoir aux gestionnaires.

« Cela fait partie d’un grand cahier de négociations de 200 demandes qu’on avait pour le secteur de la santé. Ça l’air ambitieux, mais ce sont des solutions et pas que des demandes salariales », indique Simon Deschênes.

Perte de confiance

Selon M. Deschênes, le discours des anges gardiens durant la période de la Covid-19 s’est éteint. Il estime qu’il y a un double discours avec les négociateurs une fois assis autour de la table. Plusieurs centrales syndicales commencent à discuter entre elles pour faire face à l’impasse.

Publicité

Défiler pour continuer

Avec la tournée organisée dans Lanaudière, le syndicat rencontre des gens dans les centres pour connaître leur réalité. Ce dernier souhaite sensibiliser la population et ce mouvement s’étend à l’ensemble du Québec. Du côté de Lanaudière, le syndicat s’est arrêté dans une bonne partie des centres dans le sud de Lanaudière et le nord.

« C’est encore à suivre. On a quelques dates jusqu’au mois de septembre pour que l'on continue à se promener. À la fin de l’été, on va avoir fait tout le tour des centres d’hébergement et les CLCS. On réserve d’autres activités pour eux », exprime-t-il.

Prêt pour la rentrée

La centrale de la CSN se prépare en vue de septembre pour reprendre les négociations. Cette dernière craint le projet de loi 61 et ses impacts. « Les travailleurs sont très amers de ça et savent très bien ce qu’il pourrait advenir avec une loi aussi dictatoriale »avance le président intermédiaire.

Tous les syndicats se penchent actuellement sur des stratégies à adopter et un plan à définir. Des actions significatives en plus grand nombre sont à prévoir autour de la période de la rentrée.

« Disons qu’il y a un plan de match qui se prépare. Les technologies sont mises de l’avant plus que jamais. La COVID n’aura pas eu que du négatif. Je crois qu’elle a forcé toutes les vieilles méthodes à se moderniser dans cette démarche forcée par la COVID. On a réalisé qu’on avait un plus large pouvoir », poursuit-il.

Grande mobilisation

Au sein de son propre syndicat, Simon Deschênes estime ressentir un grand appui des membres. Ce processus s’explique notamment par la création de capsules vidéos ajoutées sur le web.

On y retrouve beaucoup d’information utile. « J’ai eu la chance de sortir des capsules vidéos qui ont été vues par 150 000 personnes et plus. Je me dis dans ce temps-là qu’on a une portée sous-estimée », observe-t-il.

Pour sa part, Simon Deschênes espère pouvoir rejoindre l’opinion publique par les manifestations et faire entendre les messages de mobilisation. Il souhaite que le gouvernement puisse revoir ses stratégies. « Je répète qu’on ne sera pas seul à travers cette bataille-là dans Lanaudière. On a notre grande famille CSN. On est quand même 90 000 dans la CSN en santé. Ça fait une bonne gang si on s’y met tous ensemble », souligne-t-il.

Plusieurs points devront être revus d’ici quelques semaines. On veut aborder entre autres l’équité salariale, trouver des solutions et réorganiser le réseau.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média