Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

29 juillet 2020

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

La SQ fait le point sur les causes des collisions

Les comportements à risque au volant

Arrestation pour très grande vitesse, Sûreté du Québec.

©Photo : Sûreté du Québec.

La SQ présente différents comportements à risque pouvant être la cause de collisions.

Récemment, la Sûreté du Québec dévoilait que plusieurs collisions avec blessés sont survenues, notamment dans Lanaudière. Celles-ci ont eu lieu en pleine journée de beau temps.

La SQ informe les conducteurs des différents comportements à risque qui sont la cause de collisions. La première est la vitesse. Le fait de rouler à 10km/h de plus que la limite de vitesse permise augmente de quatre fois le risque d’être impliqué dans une collision.

Si chaque conducteur roulerait moins vite de 5 km/h sa vitesse moyenne, le nombre de blessures et de décès sur les routes diminueraient de 15%. Notons que la vitesse réduit le champ de vision, diminue le temps pour réagir lorsqu’on veut éviter un impact, limite la capacité à effectuer des manœuvres d’évitement, augmente les risques de dérapage et la distance d’arrêt.

Le non-port de la ceinture de sécurité constitue aussi une autre cause de collisions. Ainsi, si tous les occupants d’un véhicule s’attachaient, ce sont 30 décès et 75 blessés graves qui seraient évités chaque année. Si un véhicule roule à 90km/h, l’impact de la collision est la même que si la voiture avait fait une chute du haut d’un bâtiment de 10 étages. Quand un véhicule heurte un obstacle à une vitesse de 50 km/h, la pression s’exerçant sur les corps en mouvement en multiplie le poids par au moins 20.

Différentes distractions au volant influencent la conduite. On observe les textos au volant qui augmente le risque d’être impliqué dans une collision. Les conducteurs qui manipulent un cellulaire ou tout autre appareil électronique portatif peuvent recevoir des amendes allant de 300$ à 600$. Ils perdent aussi cinq points d’inaptitude et il y a une suspension immédiate du permis de conduire.

Avec les nouvelles règles du Code de la sécurité routière, il est interdit d’utiliser son cellulaire si ce dernier n’est pas fixé à l’auto à l’aide d’un support et que la tâche n’est pas liée à la conduite. Que ce soit pour parler, texter, trouver une chanson ou suivre son itinéraire, même à un feu rouge, l’utilisation du cellulaire est interdite.

La SQ met également en lumière les capacités affaiblies par l’alcool, les drogues ou la  combinaison des deux. Celles-ci augmentent la prise de risques, la difficulté à maintenir une vitesse constante et une trajectoire. À cela s’ajoute l’inattention, la capacité de jugement et la somnolence.

Rappelons que c’est tolérance zéro pour l’alcool/drogues pour les conducteurs de moins de 22 ans, les apprentis conducteurs et les titulaires d’un permis probatoire. Les policiers peuvent maintenant faire passer des tests de dépistage aux personnes soupçonnées de conduire avec les facultés affaiblies par la drogue avec la nouvelle réglementation sur la consommation de cannabis.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média