Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

22 juin 2020

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Après les robes de mariée, les blouses de protection

Un nouveau défi pour la designer saint-linoise Marie-Claude Poulin

Boutique Mariclod

©Photo tirée de Facebook – Marie-Claude Poulin - L'Express Montcalm

Les blouses de protection noires et blanches créées par Marie-Claude Poulin sont portées par les employés œuvrant dans des centres spécialisés et les cliniques.

Pour certains, la période du confinement liée à la COVID-19 s’est avérée une pause. Pour d’autres, comme la propriétaire de la Boutique Mariclod, située à Saint-Lin-Laurentides, il n’a pas été question de s’arrêter. La femme d’affaires Marie-Claude Poulin a uni ses forces avec celle d’une autre entrepreneure possédant également un commerce dans Montcalm pour se tourner vers la confection de blouses et de masques.

Toujours passionnée par la confection de robes de soirée et de mariée, la designer a dû adapter ses projets pendant la pan - démie. Marie-Claude Poulin a ainsi créé de nouveaux patrons et réalisé près de 600 chemises, alors que sa partenaire a consacré ses efforts sur la fabrication de masques servant aux hôpitaux de même qu’aux centres dentaires, spécialisés et médicaux.

Grâce aux réseaux sociaux, elles ont été en mesure de faire connaître leurs réalisations. « Je me disais s’il y en a qui cherche un point de vente pour des masques à Saint-Lin-Laurentides, il y en a un », exprime-t-elle. À cet égard, les personnes œuvrant dans les services essentiels ont pu s’en procurer.

Elle salue d’ailleurs l’initiative des couturières qui ont créé des masques fabriqués à la main et souhaite qu’on valorise davantage les métiers manuels. « Si on pouvait s’autosuffire dans tout, ça serait merveilleux », constate l’entrepreneure.

Mme Poulin consacre également une partie de son temps à la préparation d’une collection prêt-à-porter et souhaite éventuellement créer un site web pour afficher ses créations. 

Boutique Mariclod

©Photo tirée de Facebook – Marie-Claude Poulin - L'Express Montcalm

Les blouses de protection noires et blanches créées par Marie-Claude Poulin sont portées par les employés œuvrant dans des centres spécialisés et les cliniques.

Un mentor pour la relève 

« Mon plan pour les trois prochaines années serait d’être un mentor pour les jeunes qui s’en vont en couture», ajoute celle qui recevra des stagiaires dès septembre du Cégep Marie-Victorin. Marie-Claude Poulin espère voir de la relève dans le domaine de la couture et travaille déjà avec plusieurs jeunes mordus du métier. Son rêve consiste à former la relève, afin qu’elle se spécialise dans les robes de soirée et de mariée, même à l’extérieur du Québec.

L’industrie du mariage est une réelle passion pour la créatrice. Pour réussir à confectionner plus de robes de mariées en boutique, elle veut s’assurer d’avoir une équipe de relève pour y arriver. « Ce sont des projets à plus long terme et de longue haleine, mais il faut les mettre en place », fait-elle savoir.

Entourée d’employés, de sa mère et de sa fille, Mme Poulin peut compter sur de l’aide. Ayant réduit les heures d’ouverture de la boutique en ce moment, cette dernière peut se consacrer à ses projets. Avec le retour des rassemblements graduels, elle estime que certains n’annuleront pas leur mariage. L’entrepreneure est prête à se mettre au boulot. « Honnêtement avec toutes les robes que j’ai en boutique, je peux habiller une bonne gang de filles sans problème de dernière minute », précise-t-elle.

Boutique Mariclod

©Photo tirée de Facebook – Marie-Claude Poulin - L'Express Montcalm

Des blouses de protection sont encore disponibles à ce jour en inventaire.

La sécurité avant tout 

Attentive à tout ce qui se passe dans le monde, la propriétaire de la Boutique Mariclod ne prend pas la situation entourant la COVID-19 à la légère. Au contraire, elle considère important de continuer à appliquer les mesures de distanciation sociale et de miser sur le lavage des mains, en plus d’appliquer un protocole sévère dans son commerce, qui a rouvert ses portes en mai dernier. 

« On souhaite qu’il n’y ait pas de second confinement. Je crois que ça l’a fait évoluer la société », confie-t-elle face au positif et au négatif qui se dégagent de cette situation. C’est autour du 14 mars que la propriétaire a fermé sa boutique et se sentait moins à l’aise de poursuivre son travail avec tout ce qui se passait. Elle devait également se rendre à Chicago pour un spectacle de mode et l’évènement a été annulé.

À compter du mois de mars, Marie-Claude Poulin et quelques employés se sont retournés vers les formations en ligne. Ils en ont profité pour s’améliorer et peaufiner leurs connaissances dans l’industrie de la mode.

Par ailleurs, l’entrepreneure a modifié sa façon de travailler et celle de ses employés pour assurer la santé, puis la sécurité dans sa boutique. Elle désire avant tout que sa clientèle se sente bien. « Il faut s’entraider et se donner la main comme société pour avancer », fait-elle part.

S’il y a du positif à ressortir de cette période de crise pour Mme Poulin, c’est certainement l’entraide qui continue de régner entre les acteurs du milieu. La femme d’affaires considère avoir été très bien informée grâce à la Chambre de commerce et d’industrie de la MRC Montcalm, la SADC Achigan-Montcalm, tous les organismes du secteur, les caisses, etc.

« J’ai senti qu’il y avait de la solidarité entre nous et les commerces…On recevait des courriels de tout le monde et ça nous permettait de demeurer à l’affut », souligne-t-elle.

L'expérience de magasinage 

Par l’entremise de la pandémie, une grande partie s’est tournée vers le magasinage en ligne. Pour Marie-Claude Poulin, il serait dommage de perdre cette expérience. À ses yeux, il importe aussi d’encourager tout ce qui se fait au Québec en matière de vêtements.

Du côté de l’industrie des robes de mariées, la principale intéressée met en lumière qu’il n’y a pu rien de fait au Québec. « Dans le vêtement de robe de mariée et de robe de soirée, tous les manufacturiers ont fermé et tout est rendu en Orient. C’est triste. J’aimerais que ça redevienne un fleuron éventuellement », partage-t-elle.

Des blouses noires et blanches sont encore disponibles en inventaire. Pour connaître plus de détails, on téléphone au 514 212-3459.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média