Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

EMPLOIS LANAUDIERE

Retour

23 février 2020

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@lexismedia.ca

Vivre de l’agriculture douze mois par année

La vocation des Bastien

ferme bastien

©Photo gracieuseté

Sylvie et Pierre Bastien ont fondé la ferme en 1984. Ils avaient cinq serres à l'époque.

AGRICULTURE. Depuis 1984, la famille Bastien se voue à l’agriculture sur sa terre du rang de la Rivière Nord à Saint-Lin-Laurentides. Dès la première année, Sylvie et Pierre Bastien construisent cinq serres où ils produisent des concombres anglais. Trente-cinq ans plus tard, la Ferme Bastien compte 30 serres où grandissent année après année plus de 1000 variétés de semis, boutures et plants de fruits et légumes. Les producteurs cultivent également plusieurs variétés de légumes sur leur terre. Pour les Bastien, l’agriculture n’a rien d’un travail saisonnier. Les activités tenues sur la ferme les gardent occupés douze mois par année.

Au fil des ans, les Bastien se sont éloignés de la production de concombres anglais afin de se tourner vers la culture horticole à l’intérieur de leurs serres. C’est en réponse à la demande du marché que le couple a fait ce choix. À l’abri du froid, la production en serre débute en février chaque année. Aux côtés de leurs enfants Élyse et Jérémie et de la conjointe de ce dernier, Natasha, Pierre et Sylvie donnent le coup d’envoi à la production. On met d’abord en terre les plantes tropicales et exotiques qui demanderont plus de temps à se développer. Graduellement jusqu’en avril, les 30 serres se garnissent en vue de voir fleurir une panoplie de fleurs et de plantes colorées. Dès le mois de mars, des employés se greffent à la famille Bastien pour veiller au bon entretien des plantes et des serres. Cinq travailleurs étrangers débarquent sur la Ferme Bastien chaque année. Au moment où la vente commence, davantage de personnel se greffe à l’équipe. La famille Bastien fait appel à plusieurs étudiants et stagiaires pour combler les besoins d’opération.

fleurs

©Photo gracieuseté

La Ferme Bastion réalise notamment des contrats pour plusieurs villes et municipalités chaque année.

La saison des fleurs

On se prépare rapidement à la plus grosse période de l’année, le printemps. En avril, les pépinières et les centres du jardin viennent visiter la ferme afin de prendre connaissance de la production en vue de passer leurs commandes. Aussitôt que la température le permet, certaines plantes et fleurs sortent de leur nid pour se faire caresser par les rayons du soleil. Le mois de mai approche, la vente est sur le point de débuter. Les clients pourront bientôt venir choisir les fleurs qui enjoliveront leur demeure. En plus de la vente aux particuliers et aux pépinières, la famille Bastien vend une partie de sa production de fleurs et de plants de fruits et légumes au Marché Central. La Ferme Bastien décroche chaque année une dizaine de contrats d’aménagement pour des villes et municipalités. Parallèlement à la vente des produits de serre, on débute la production en champs aux mois de mai et juin. Les Bastien produisent sur leur terre des brocolis, des choux-fleurs colorés, une quinzaine de variétés de courges et des citrouilles.

En juin, la production en serre tire déjà à sa fin. C’est le moment de livrer la marchandise aux villes et municipalités et de terminer la vente des produits restants. Sitôt la saison des fleurs terminée, on se prépare déjà à la saison suivante. Les Bastien ont l’habitude de se rendre en Ontario, aux jardins d’essai, dans le but de voir les nouveautés qui s’offrent à eux pour l’an prochain. L’heure est également aux bilans. « On regarde ce qui a bien et moins bien fonctionné en vue de la préparation des achats pour l’année suivante », indique la gestionnaire administrative, Natasha Kisiel. Les Bastien affirment être à l’écoute de leur clientèle. Ils renouvèlent donc leur inventaire en fonction des demandes qui leur sont soumises. En ce qui concerne les plants de fruits et légumes, ils avouent en tenir un inventaire assez impressionnant. « Nous vendons plusieurs plants de légumes exotiques pour notre clientèle du Marché central à Montréal », soutient Élyse Bastien. Le fondateur de la ferme, Pierre Bastien, assure le transport de nuit vers le marché montréalais. Le déménagement imminent de l’institution qui a pignon sur rue suer le boulevard de l’Acadie depuis de nombreuses années et qui accueille chaque année plus de 10 millions de visiteurs inquiète les Bastien qui espèrent que leur clientèle suivra.

 

Entre septembre et novembre, c’est la saison des récoltes. « On coupe du brocoli dans le champ jusqu’à la mi-novembre. Certaines années, on se rend jusqu’au début du mois de décembre », explique Élyse Bastien. Vient ensuite la période calme de l’année. « Nous avons décembre et janvier où il n’y a pas de production, ni de récolte », mentionne Jérémie Bastien. Cependant, les Bastien ne sont pas pour autant en vacances. « On pense que les agriculteurs sont en congé l’hiver, mais c’est souvent là qu’on fait du rattrapage », s’exclame Natasha. L’équipe profite de cette accalmie pour mettre de l’ordre à la ferme. Lorsqu’il y a nécessité de construire de nouveaux bâtiments, c’est à ce moment-là qu’on le fait. Les membres de la famille en profitent aussi pour suivre des formations et parfaire leurs connaissances.

Ferme bastien

©Photo gracieuseté

Les enfants des Bastien, Élyse et Jérémie, ont repris l'entreprise familiale la saison dernière.

Transfert d’entreprise

La saison 2019 en aura été une de transition pour la Ferme Bastien, alors que l’entreprise est passée entre les mains de la relève. Élyse, Jérémie et Natasha prennent les rênes afin d’assurer la pérennité du projet mis au monde par Pierre et Sylvie. C’est le cœur nourri d’ambitions et la tête pleine de projets que la relève prend d’assaut le nouveau défi. Au printemps, les clients sont de plus en plus nombreux à apporter leur pot afin de faire préparer leur plantation sur demande. La jeune équipe envisage de mettre en place une journée porte ouverte au printemps afin d’initier les familles de la région au jardinage.  

ferme bastien, fraise

©Photo gracieuseté

La Ferme Bastien compte 30 serres où sont produits semis, boutures et plants de fruits et légumes.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média