Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

EMPLOIS LANAUDIERE

Retour

20 février 2020

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@lexismedia.ca

Travailler localement, un atout important à la qualité de vie

Luciole : Une entreprise à échelle humaine

Luciole

©Photo Marie-Christine Gaudreau

Luciole compte aujourd'hui sept employés, dont quatre sont des résidents de la MRC de Montcalm.

TECHNOLOGIE. Lors de l’implantation de son centre administratif à Saint-Esprit, Montcalm Télécom et Fibres Optiques, mieux connu sous le nom de Luciole, annonçait du même coup la création de vingt nouveaux emplois dans la région. À ce jour, l’équipe compte sept membres, dont plusieurs effectuent un retour professionnel dans la région, au profit de leur qualité de vie, après avoir longtemps pris d’assaut les routes pour gagner leur vie à l’extérieur de la MRC.

D’ici la fin de l’année, la dizaine d’employés supplémentaires nécessaires pour satisfaire aux besoins d’opération de l’entreprise auront joint les rangs de Luciole. Au gré du déploiement du réseau, l’organisme à but non lucratif (OBNL) cherche activement à recruter des personnes motivées pour franchir les derniers milles vers le lancement officiel du service. Offrir un accès Internet à haut débit à tous les foyers de la MRC de Montcalm, voilà le mandat que s’est donné Luciole il y de ça quelques années déjà. Aujourd’hui, l’entreprise se rapproche de plus en plus de l’ultime objectif.

 

Adhérant à une philosophie où le bien-être de l’employé figure au premier rang des éléments qui contribueront au succès de l’entreprise, le directeur général Sylvain Gélinas, s’évertue de créer un environnement de travail qui favorise la motivation des gens qui évoluent jour après jour entre les murs du 44, rue Grégoire. « De nos jours, le pire ennemi au travail, c’est la routine. Je me donne la mission de déstabiliser mes gens. De cette façon, il n’y a pas de routine et je les amène ailleurs », confie-t-il.

 

D’entrée de jeu, les postes de travail sont mobiles. Ils permettent aux employés d'alterner les positions assises et debout pour travailler, comme bon leur semblent. Une aire de repos munie de spacieux fauteuils peut également être utilisée comme poste de travail à la guise de l’employé. « Les personnes dédiées à la relation client ne sont pas condamnées à répondre au téléphone toute la journée », souligne M. Gélinas. Chez Luciole, on priorise plutôt une alternance dans les tâches à réaliser, toujours dans l’optique de garder les troupes motivées. Une des particularités de l’emploi est l’obligation pour tous de passer une à trois heures par semaine dans l’espace client, peu importe le poste, directeur général inclus.  Ce dernier est d’avis qu’il importe de prêcher par l’exemple : « on demande à nos gens de prêter une attention particulière aux clients, alors on leur prête une attention particulière! »

Luciole

©Photo Marie-Christine Gaudreau

Le mobilier de bureau dispose d'un système électrique afin de permettre aux employés de travailler assis ou debout.

Un employeur de choix à deux pas

Par le caractère unique de la dynamique installée dans les bureaux de Saint-Esprit, le directeur général est confiant de s’inscrire à titre d’employeur de choix dans la région. Avec quatre personnes à l’emploi issues de la communauté locale à son actif, M. Gélinas espère attirer d’autres gens de la MRC de Montcalm dans son équipe. « J’ai absorbé le coût d’une baisse de salaire importante pour venir chez Luciole et ça en valait le coup pour la qualité de vie », avoue d’entrée de jeu l’adjointe à la direction et directrice des ressources humaines, Chantal Foisy. Pour celle qui réside depuis toujours à Saint-Esprit, l’opportunité d’emploi chez Luciole était incontournable. Après avoir traversé le pont tous les matins depuis 23 ans pour travailler à Montréal, Mme Foisy savoure le précieux temps qu’elle épargne et peut maintenant investir auprès de sa famille. Elle souligne par ailleurs l’appel à se dépasser que lui procure le défi de Luciole, une entreprise en plein déploiement.

 

À l’heure où un changement de carrière s’imposait, Maryse Beauregard s’est lancée à l’aveuglette dans la vague Luciole en intégrant un poste de représentante aux ventes. Elle a immédiatement adhéré aux valeurs de l’entreprise qui l’appelle à faire preuve de polyvalence et à accueillir le changement jour après jour.  Elle aussi résidente de Saint-Esprit, elle apprécie la proximité et le caractère motivant de l’emploi.

 

De son côté, Nicolas Houde a toujours démontré de l’intérêt pour l’implication locale. Celui dont le père a longtemps assuré la direction de l’école primaire de Saint-Esprit avait également un sentiment d’appartenance particulier à la région. Faute de trouver chaussure à son pied à l’époque, il s’est éloigné plusieurs années pour gagner sa vie. C’est l’automne dernier qu’il fait le grand saut en aménageant à Saint-Esprit et en décrochant un poste en comptabilité au sein de l’entreprise. « Ma qualité de vie a été multipliée », s’exclame M. Houde qui peut désormais se rendre au travail à pieds. Il salue aussi l’influence qu’il peut se permettre d’avoir sur le changement au sein de l’entreprise.

 

Après avoir vécu à Paris la première partie de sa vie, Soliman Mourad s’envole pour Montréal il y a sept ans. Quatre ans plus tard, le vent le mène vers une vie calme et rangée à Saint-Liguori. Tout y semble parfait, jusqu’au moment où ce dernier réalise qu’il n’y a pas de réseau Internet performant disponible. Dès lors, il entend parler du projet Luciole qui se profile à l’horizon. « Je me suis tout de suite dit que j’allais m’impliquer dans ce projet lorsque l’opportunité viendrait », indique-t-il. Chose qu’il n’a pas manqué de faire en posant sa candidature l’été dernier pour un poste au service à la clientèle. En se rendant au travail chaque matin, M. Mourad a le sentiment de contribuer au développement de sa communauté. Dès le départ, l’idée d’accueillir de nouveaux défis au quotidien l’a charmé. « Sylvain est très dynamique et il fait avancer les choses rapidement », se réjouit l’employé. 

 

Luciole dispose de trois portes d’entrée. Le premier tiers de l’équipe sera dédié à la relation client. Le deuxième relèvera du domaine technique, on entend ici les techniciens et administrateurs de réseau. Finalement le dernier tiers sera composé du personnel administratif et comprends une diversité de secteurs tels que le développement des affaires, la commercialisation, la comptabilité, etc.

 

 

Service de proximité

 

Au-delà des services technologiques, Luciole propose à sa clientèle un service de proximité, un service de relation client hors pair, assure-t-on.  D’ailleurs, la qualité commune à tous les employés chez Luciole est la compassion. « Étant donné que c’est ce qui nous distingue, on choisit les gens pour ça », précise M. Gélinas. Au-delà des compétences techniques, il primait pour le directeur que son équipe soit animée de la volonté d’aider les clients. La présence de Luciole au cœur de la MRC lui permet de se démarquer des grandes entreprises par son accessibilité et ses services personnalisés.

 

Dans un contexte où la population se fait vieillissante, Sylvain Gélinas assure que le personnel de Luciole est présent pour expliquer aux gens comment fonctionnent les services. « Dans certains cas, on va aller chez les gens. En bas, ce n’est pas une boutique, c’est un espace client. On veut inviter les clients à venir ici, c’est leur endroit », partage M. Gélinas. En tout temps sur les heures d’ouverture, les clients et clients potentiels sont les bienvenus pour voir, comprendre et essayer le service. L’entreprise entend également offrir des formations gratuites à ses clients, une fois le service officiellement déployé. On pourra notamment y apprendre comment bien gérer ses réseaux sociaux ou encore comment se protéger contre les fraudes sur Internet.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média