Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

11 février 2020

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@lexismedia.ca

Le sirop coule à flots dans les forêts lanaudoises

Potentiel acéricole lanaudois 2019

érable

©Photo Depositphotos

Les forêts lanaudoises comptent environ 21 millions d'entailles à haut potentiel d'exploitation à court terme.

ÉRABLES. Les producteurs et productrices acéricoles de Lanaudière dévoilaient le 6 février dernier la conclusion du rapport de l’estimation de la cartographie du potentiel acéricole de la région au Club de golf Montcalm à Saint-Liguori. L’étude réalisée par RF Biotiques révèle que 1273 km² de terres privées et publiques démontrent un potentiel d’exploitation à court terme. Ces érablières répertoriées contiennent environ 21 millions d’entailles. Dans la MRC de Montcalm seulement, on dénombre 11 288 hectares de terres exploitables à court terme, soit 8,9% du potentiel lanaudois.

« Le but de l’étude est de savoir d’où l’on vient pour mieux choisir où l’on va », a déclaré le président des Producteurs et productrices acéricoles de Lanaudière, Guy Breault. Avec la croissance soutenue des marchés pour les produits de l’érable, cet outil se révèle être un guide précieux pour orienter les promoteurs potentiels sur les secteurs à explorer pour la mise sur pied de projets d’agrandissement ou d’implantation d’érablières sous exploitation. En effet, les Producteurs et productrices acéricoles du Québec sont sollicités année après année pour augmenter leur volume de livraison via les volets croissance ou agrandissement. De nouvelles entreprises acéricoles voient le jour chaque année notamment grâce aux émissions de nouveaux contingents alloués par l’intermédiaire des volets démarrage ou relève. 

 

Dans une proportion de 33%, les érablières identifiées possèdent un potentiel immédiat avec plus de 180 entailles à l’hectare, seuil minimal de potentiel économiquement exploitable. Près de 10 000 hectares supplémentaires abritent de jeunes érablières qui seront exploitables à moyen terme, d’ici 10 à 20 ans. Avec ses données en main, les producteurs se voient mieux outillés pour s’assoir à la table de négociation avec les autres partenaires de l’industrie, notamment les papetiers, et discuter aménagement de la forêt. « Cette ressource forestière bien jardinée demeurera inépuisable », a précisé M. Breault.

Serge Beaulieu, Jean-Sébastien Malo, Guy Breault

©Photo Marie-Christine Gaudreau

Serge Beaulieu, président des Producteurs et productrices acéricoles du Québec, en compagnie de l’ingénieur forestier auteur de l’étude, Jean-Sébastien Malo, et de Guy Breault, président des Producteurs et productrices acéricoles de Lanaudière.

Un portrait diversifié

Dans l’ensemble des MRC de la région de Lanaudière, l’ingénieur forestier Jean-Sébastien Malo a identifié des territoires habités par l’érable. En tête de liste, on retrouve la Matawinie avec 88 985 hectares de terres affichant un potentiel d’exploitation à court terme. Une part importante de ces hectares se situent sur le Territoire non organisé, à Saint-Donat et à Chertsey. Suit la MRC D’Autray avec 14,4% du potentiel principalement dans les municipalités de Mandeville, Saint-Gabriel-de-Brandon et Saint-Didace. Montcalm vient au troisième rang et dispose d’un potentiel accru à Saint-Calixte, Sainte-Julienne et Saint-Lin-Laurentides. Les MRC de Joliette, Les Moulins et L’Assomption les quelque 7% restant avec des terres parées à l’exploitation à court terme, notamment à Sainte-Mélanie, Saint-Thomas, Saint-Ambroise, Mascouche, Terrebonne, L’Assomption et L’Épiphanie.

 

Chaque année, l’industrie génère 800 M$ en production acéricole à travers le Québec, dont 6,1 M$ sont produits dans la région de Lanaudière.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média