Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

07 février 2020

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@lexismedia.ca

Non au financement de l’état pour contester la loi 21

La CS English-Montreal renonce au financement d’Ottawa : le Bloc soulagé

Luc Thériault

©Photo gracieuseté

La Commission scolaire English-Montreal renonce au financement du gouvernement fédéral pour la contestation de la loi après que le geste eut été dénoncé par le Bloc Québécois.

LAÏCITÉ. Après avoir dénoncé le financement fédéral de la contestation judiciaire de la loi 21 par la Commission scolaire English-Montreal, et exigé de Justin Trudeau qu’il suspende ce financement, le Bloc Québécois se réjouit d’apprendre que la commission scolaire en question ait renoncé au financement qu’elle devait recevoir du Programme fédéral de contestation judiciaire pour l’aider à contester la loi sur la laïcité.

« Je crois qu’ils ont enfin suivi la voie de la raison et de la logique! La pression sociale et les pressions politiques du Bloc Québécois et de l’Assemblée nationale du Québec ont eu le dernier mot! » a exposé Luc Thériault, député de Montcalm.

 

La Commission scolaire English-Montréal (CSEM) est une institution d’éducation qui relève exclusivement du gouvernement du Québec et qui reçoit annuellement un budget de l’ordre de 350 millions de dollars, essentiellement à partir des taxes et des impôts des Québécois. Le gouvernement fédéral avait accordé, via son Programme de contestation judiciaire, un montant de 125 000 $ à la Commission scolaire dans le cadre de sa contestation judiciaire de la loi 21 contre le gouvernement du Québec.

 

« Le Bloc Québécois dénonçait vivement l’utilisation de l’argent des contribuables québécois pour financer la contestation d’une loi québécoise, appuyée par la majorité des Québécois. C’est tout à fait démocratique que les opposants à la loi 21 la contestent, s’ils le désirent. Mais pas avec notre argent. Il y a un vaste consensus au Québec : c’est à nous, les Québécois, de faire nos choix de société et nos débats. Le fédéral ne doit pas s’en mêler contre notre volonté », a conclu Luc Thériault.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média