Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

10 décembre 2019

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@lexismedia.ca

Flora, l’étoile spiritoise des sports de combat

L’athlète de 11 ans participe aux championnats mondiaux de la WKC

Flora

©Photo archives

Il ne s'agit que d'une partie des nombreux honneurs que Flora s'est méritée lors des compétitions auxquelles elle a participé. .

KICKBOXING. À peine âgée de 11 ans, Flora Marie Mezzarobba cumule les honneurs en termes de sport de combat. Son plus récent accomplissement n’étant rien de moins qu’une participation remarquée aux Championnats mondiaux d’arts martiaux de la WKC au début du mois de novembre. La jeune fille de Saint-Esprit est repartie notamment avec le titre de vice-championne mondiale en kickboxing.

Partout où elle passe, Flora épate. Elle fait tourner les têtes par sa fougue et son talent qui ne semblent pas avoir de limite. En vérité, la jeune athlète cumule tellement de trophées et de médailles que l’espace manque pour les exposer. Depuis 2017, elle ajoute à sa collection des prix de plus en plus prestigieux dont le titre de championne canadienne light contact kickboxing et vice-championne canadienne en point fight de la WKU. En 2018, elle se rend au AKA Warriors CUP où elle remporte le titre de championne en pointfight, kickboxing et superclash.

Avec une vingtaine de compétitions annuellement, la jeune fille qui évolue dans un monde qui séduit davantage les garçons a quelques fois été confrontée à se retrouver seule dans sa catégorie. Toutefois, détrompez-vous, Flora refuse de recevoir sa médaille en un claquement de doigts. Si bien que lorsqu’elle se retrouve seule au combat, elle préfère intégrer la catégorie des garçons pour obtenir son prix de manière juste et méritée. « Je préfère avoir une deuxième place en me battant qu’une première place sans n’avoir rien fait », rapporte Flora Marie Mazzarobba. Il faut dire que la jeune fille fait la fierté de ses parents. S’il est parfois difficile pour la maman, Mélissa Mezzarobba, de voir sa fille recevoir les coups, ne se le cachons pas, certaines fois déloyaux, il n’en demeure pas moins qu’elle ressent beaucoup d’admiration pour la détermination et les réalisations sans cesse grandissantes de son aînée. « Au superclash, un garçon a abandonné avant même de se battre contre Flora après l’avoir vu en action », rapporte-t-elle les yeux brillants de fierté. Pour encourager sa fille, le papa de Flora à quant à lui adopter la veste de coach. Ce chemisier bien spécial aurait des vertus insoupçonnées pour récolter la victoire. Il le revêt chaque fois qu’il part en compétition avec Flora.

Flora Marie Mezzarobba

©Photo gracieuseté

Flora récolte le titre de vice-championne mondiale en kickboxing lors des championnats mondiaux de la WKC au mois de novembre.

Excellence

Mais ce n’est pas tout, la liste des titres remportés par l’athlète est encore longue. En 2018, elle participe aux Jeux Pan américains d’où elle ressort championne en kickboxing, point fight et light contact. Toujours en 2018, elle obtient les titres de championne canadienne en kickboxing de la WKU et de la WKC.

En route vers les mondiaux, Flora rafle plusieurs honneurs encore en 2019. Elle reçoit notamment le titre de championne provinciale et canadienne en kickboxing et en pointfight de la WKC. Elle se qualifie comme championne canadienne auprès de la WKU en kickboxing également.

C’est finalement en novembre dernier que Flora Marie Mezzarobba accède enfin aux mondiaux. Elle s’était pourtant qualifiée pour y participer les deux années précédentes. Dans des circonstances hors de contrôle, elle n’avait toutefois pas été en mesure de s’y rendre. Elle était bien au rendez-vous cette fois à Niagara Falls, New York. En plus de s’être mérité le titre de vice-championne mondiale en kickboxing après s’être inclinée de justesse face à son adversaire, cédant la victoire à l’Angleterre, elle repart avec une troisième place en point fight et en team fight kickboxing. « C’était une belle expérience, mais j’ai envie de me venger en y retournant l’an prochain », s’exclame Flora qui convoite inlassablement sa première place au monde.

Flora Marie Mezzarobba

©Photo Marie-Christine Gaudreau

Le jeune athlète a parfait son expérience en s'initiant à de nombreux styles de karaté depuis ses débuts à l'âge de 4 ans.

Parcours


À l’âge de 4 ans, Flora débute le kumité, une forme de Karaté Shotokan avec l’entraîneur Marcel Daigle à l’école primaire de Saint-Esprit. Voyant son potentiel se révéler à tous, ses parents l’amènent ensuite à Joliette pratiquer le Shorin-Ryu aux côtés de Patrick Lavallée. Deux ans plus tard, elle change encore une fois d’école pour suivre Nathalie Blais, une entraîneuse qu’elle a connue à Joliette et qui ouvre son école à Saint-Félix-de-Valois. Encore une fois, Flora change de style de karaté. « Elle a un cheminement particulier. Flora devrait être ceinture noire puisqu’elle pratique le karaté depuis très longtemps, mais elle est seulement ceinture mauve puisqu’elle a changé de style souvent. Ça lui a amené l’expérience qu’elle a acquise aujourd’hui », estime sa mère.

Elle termine enfin entre les mains du champion mondial de karaté Jonathan Doucet avec qui elle s’entraîne toujours aujourd’hui. Elle s’est entraînée sans relâche tout l’été à raison de 4 jours par semaine, deux heures par jour pour être fin prête pour les mondiaux. En plus de tout ça, Flora a commencé les entraînements de boxe en vue de poursuivre son parcours sportif à l’école secondaire Thérèse-Martin à Joliette en concentration boxe dès l’an prochain. Il n’y a pas à dire, la jeune athlète est avide de changements et de nouveaux défis. Une nouvelle corde s’ajoute encore à son arc. Flora n'a assurément pas terminé d'impressionner. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média