Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

04 décembre 2019

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@lexismedia.ca

ESAdanse s’illustre au Défilé du Père Noël de Montréal

École secondaire de l’Achigan

ESAdanse

©Photo gracieuseté

Au total, 35 étudiantes de la concentration ESAdanse se sont rendues à Montréal pour participer au Défilé du Père Noël le 23 novembre dernier.

DANSE. Le 23 novembre dernier était jour du traditionnel Défilé du Père Noël de Montréal. Pour une première fois cette année, l’École secondaire de l’Achigan représentait fièrement Montcalm dans les rangs de la parade. En effet, deux groupes de la concentration ESAdanse ont performé dans la métropole devant plus de 200 000 spectateurs, en plus d’être diffusés sur les ondes de TVA. Une expérience inoubliable.

Les étudiantes de Saint-Roch-de-l’Achigan se sont donc illustrées en deux tableaux. Un premier groupe de quinze fées violettes ont enchainé les pas de danse, puis vingt soldats ont tenu le rythme tout au long du parcours. L’enseignante de danse Marie Lou Parent avait envie de faire vivre cette expérience à ses élèves. Il faut dire que pour plusieurs des membres de la concentration, l’univers des défilés était connu. Mme Parent a l’habitude de prendre part au défilé de Montcalm avec ses élèves lorsque celui-ci se tient à Saint-Lin-Laurentides, comme ce fut le cas l’année dernière.

 

Elle entreprend donc les démarches au printemps afin de tenter de tailler une place à son école au sein du cortège montréalais. « Il y a eu tout un processus de changements et d’adaptation. Il faut dire qu’on a eu la musique deux – trois semaines avant pour chorégraphier. Ça a été un gros défi pour mes jeunes », reconnaît l’enseignante.

Publicité

Défiler pour continuer

 

Outre les costumes et la musique, ESAdanse avait carte blanche sur le mouvement. Les équipes ont mis les bouchées doubles pour mettre en place et apprendre les chorégraphies qu’elles livreraient en spectacle. « Une parade, ça avance, ça recule, c’est un défi technique. Il faut que ça se déplace, mais il faut aussi que tu sois capable de ne pas te déplacer. Les jeunes doivent beaucoup s’adapter dans la dynamique », remarque Marie Lou Parent. Son expérience avec le défilé de Saint-Lin lui a néanmoins permis d’identifier rapidement les enchainements à privilégier pour ce type de présentation.

ESAdanse

©Photo gracieuseté

Ce fut une expérience enrichissante pour les jeunes artistes qui sont déjà impatients de revivre l'expérience l'an prochain.

Expérience professionnelle

Aux yeux de l’enseignante, l’expérience à Montréal en fut une des plus enrichissantes. L’ampleur de l’événement et de la visibilité qu’il procure n’a rien d’égal dans le secteur. De plus, les jeunes ont en quelque sorte vécu une expérience professionnelle en étant pris en charge dès leur arrivée au Centre-ville. Une fois les artistes passés au maquillage et à l’habillage, l’enseignante de danse se remémore avec humour de leur incertitude devant l’extravagance des costumes.

 

Tout compte fait, la délégation de ESAdanse a adoré son expérience. À peine revenues, les participantes parlaient déjà de recommencer l’an prochain. Malgré certains défis tels que la difficulté à entendre la musique camouflée par le bruit environnant et la nécessité d’adapter constamment son pas de danse à la cadence de la parade, les jeunes artistes en ressortent avec beaucoup de fierté témoigne Mme Parent. « Ils s’en font beaucoup reparler à cause de la télé et des réseaux sociaux, je pense que ça leur fait un petit velours! », s’exclame-t-elle.

©Photo gracieuseté

©Photo gracieuseté

©Photo gracieuseté

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média