Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

05 novembre 2019

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@lexismedia.ca

Un nouveau souffle pour Parents-Secours

La pancarte rouge fait son retour dans les rues de Saint-Lin-Laurentides

Isabelle Bouchard

©Photo Marie-Christine Gaudreau

Isabelle Bouchard a pris les rênes de Parents-Secours à Saint-Lin-Laurentides en mai dernier afin de donner une nouvelle vie au mouvement dans le secteur.

SÉCURITÉ. Après plus de 15 ans d’absence, la pancarte rouge signée Parents-Secours a fait son retour dans les rues de la Ville de Saint-Lin-Laurentides en mai dernier. Dans une volonté de savoir les jeunes et les aînés de la communauté en sécurité dans les rues, Isabelle Bouchard a choisi de s’investir dans le projet pour donner un second souffle au mouvement.

Depuis le retour de Parents-Secours, on recense 18 affiches réparties sur des maisons de la Ville. Ce n’est qu’un début assure toutefois la maman d’un garçon de 12 ans. Avec six écoles primaires sur le territoire, la responsable du comité estimait qu’il y avait un réel besoin pour ce service, particulièrement dans les domaines et dans le secteur des lacs où il n’y a pas de commerces à proximité vers lesquels les jeunes ou les aînés puissent se tourner en cas de soucis. « Il y a beaucoup d’enfants à Saint-Lin et c’est un besoin pour moi d’aider et de savoir les gens en sécurité. Je me suis dit que si je ne le faisais pas, personne ne le ferait », a-t-elle exprimé. Les parents de Mme Bouchard ont eux-mêmes été Parents-Secours et son frère a eu recours à l’aide d’un foyer Parents-Secours durant son enfance.

 

Pour être Parents-Secours, nul besoin d’être à la maison en tout temps. Quiconque veut le faire, peut donner de son temps à titre de Parents-Secours lorsqu’il est disponible, à condition de répondre aux exigences de l’organisme. Les bénévoles doivent en effet être exempts de dossier criminel pour s’impliquer dans l’organisme. Leur demeure doit également être accessible et sécuritaire pour recevoir les gens. Vérifications faites, chaque bénévole reçoit une affiche portant un numéro unique. L’année de renouvellement est aussi indiquée puisque l’absence d’empêchement doit être validée tous les deux ans.  

 

Bien que les bénévoles puissent gérer eux-mêmes leur temps d’implication, ils se doivent de retirer leur pancarte en tout temps lorsqu’ils ne sont pas disponibles pour porter assistance dans l’immédiat. « On enseigne aux enfants que si l’affiche est sur une maison, c’est qu’il y a quelqu’un présent pour les aider », précise Mme Bouchard.

Parents-Secours

©Photo gracieuseté - Facebook Parent-Secours

Il s'agit de la plus grande vague de renouveau du programme Parents-Secours depuis plus de 15 ans.

Intervention

Pour le moment, les foyers Parents-Secours de Saint-Lin-Laurentides n’ont pas été appelés à porter assistance à aucun enfant ou aîné de la communauté. Isabelle Bouchard croit toutefois que la disponibilité du service puisse changer l’issue tragique d’une situation pour certaines personnes. Elle fait d’ailleurs remarquer que le nouveau regain d’intérêt pour Parents-Secours coïncide avec des événements malheureux impliquant des enfants tels que la disparition du jeune Ariel Jeffrey Kouakou ou le cas de maltraitance de la fillette de Granby. Cette pensée suffit à justifier l’existence et l’importance d’un tel programme aux yeux de la responsable. À l’échelle nationale, il s’agit de la plus grande vague de relance du mouvement depuis sa chute dans les années 90.

 

Durant leurs interventions, les Parents-Secours consentent à agir en tant qu’adultes responsables dans les cas d’urgence. Ils demeurent d’ordinaires citoyens bénévoles et aucune qualification n’est requise. Le temps d’intervention devrait se limiter à 30 minutes. Une fois qu’ils ont abrité l’enfant ou l’aîné en difficulté, les bénévoles contactent les parents ou les services d’urgences, selon la situation. « La sécurité des Parents-Secours et de leur famille est primordiale. Le bénévole n’est donc pas tenu d’ouvrir la porte à une personne qui réclame de l’aide s’il craint pour sa sécurité. Il peut porter assistance à la personne en lui répondant à travers une fenêtre par exemple pour lui proposer d’appeler de l’aide », indique Isabelle Bouchard. Chaque intervention doit ensuite être rapportée au comité local Parents-Secours.

 

En faire plus pour la sécurité

Pour Isabelle Bouchard, la sécurité est une priorité au sens large du thème. L’aventure Parents-Secours n’est pour elle qu’une porte d’entrée vers la mise en place de nouvelles initiatives et activités de sensibilisation sur le thème de la sécurité. Outre le recrutement de bénévoles, l’enseignement par rapport au programme et la sollicitation de dons pour assurer la pérennité l’organisme lors des événements de la Ville, Mme Bouchard espère entre autres mettre en place des activités de sécurité à vélo et lors des déplacements à pieds. « Ce sont des activités que j’aimerais créer pour rendre les déplacements des enfants dans les rues le plus sécuritaires possible », insiste-t-elle. Dans les prochains mois, Isabelle Bouchard entamera la tournée des écoles pour éduquer les jeunes en lien avec les services des foyers refuges. La Sûreté du Québec entend joindre sa voix à Parents-Secours pour ces visites de sensibilisation à la sécurité dans les rues. Lentement mais sûrement, on assiste à une éclosion de solidarité et d’entraide à Saint-Lin-Laurentides.

Enfant blessé

©Photo Depositphotos

Les foyers-refuges accueillent les jeunes et les aînés afin de leur porter assistance lorsqu'une situation d'urgence survient.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média