Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

25 septembre 2019

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@lexismedia.ca

La sécurité publique inquiète toujours

Conseil municipal de Saint-Lin-Laurentides

Police

©Photo archives

La séance de septembre a encore une fois suscité des interventions sur le thème de la sécurité à Saint-Lin-Laurentides.

MUNICIPAL. Vitesse dans les rues résidentielles, vols et introductions par effraction sont les mots qui courraient sur les lèvres des citoyens présents à la séance ordinaire de septembre du conseil municipal de la Ville de Saint-Lin-Laurentides. La sécurité publique inquiète encore la communauté qui exhorte la Ville à accroître la surveillance, notamment dans les domaines.

Le maire Patrick Massé a tenu à assurer aux citoyens que des communications régulières avec la Sûreté du Québec étaient faites à ce sujet. Il a par ailleurs prié les victimes de vols et d’introductions à rapporter les événements à la SQ afin de démontrer la nécessité d’une présence accrue des policiers.

 

Il s’est voulu rassurant en soulignant que plusieurs arrestations avaient récemment été faites dans ce dossier. Selon les informations détenues par la SQ, les délits commis à Saint-Lin-Laurentides seraient l’œuvre des mêmes auteurs qui sévissaient à Saint-Calixte et à l’Épiphanie.

 

Présenté un peu plus tôt cet été, le projet d’embauche d’une firme de sécurité privée pour mieux contrôler les délits commis sur le territoire est toujours dans l’air. M. Massé a confirmé être en pourparlers avec deux entreprises à ce sujet. Toutefois, si aucune entente n’a été conclue à ce jour, c’est que la possibilité d’avoir des cadets de la Sûreté du Québec sur le territoire toute l’année plane. «Si on ne peut pas avoir de cadets à l’année par la Sûreté du Québec, on veut absolument avoir quelqu’un qui régisse sur notre territoire», a toutefois précisé M. Massé.

 

Malgré que la situation ne soit pas encore parfaite, le maire remarque une amélioration en termes de présence policière dans la dernière année. «Cette année, le comité de sécurité publique de la MRC de Montcalm a exigé que la priorité numéro 1 sur le territoire soit la présence de la Sûreté du Québec», a-t-il affirmé.

 

Loisirs, voirie et urbanisme

Trois employés étudiants estivaux ont vu leur contrat d’embauche prolongé afin de poursuivre l’entretien des parcs et des plateaux sportifs cet automne. En route vers la saison froide, la Ville de Saint-Lin-Laurentides en est déjà à la planification de son Marché de Noël 2019. Un budget de dépense de 20 000$ a été autorisé à la directrice des communications pour la planification de cet événement.

 

Par ailleurs, pour l’enlèvement de la neige et l’épandage de sable en milieu rural, l’entreprise de déneigement, Pelletier excavation inc., voit son contrat renouvelé pour les années 2019 à 2023. À la suite de la période d’appels d’offres, la firme Nordikeau s’est quant à elle vu octroyer les contrats d’entretien, d’exploitation et d’échantillonnage industriel de l’usine de traitement d’eau potable et de l’usine de traitement des eaux usées. Moyennant respectivement les sommes des 47 900$ et 42 000$.

 

Relativement à ces deux dernières installations, la Ville a déposé deux demandes d’aide financière dans le cadre du programme FIMEAU. La première vise la construction de la nouvelle usine de traitement d’eau potable qui se trouvera sur la 12e avenue. La seconde prévoit la modernisation des étangs aérés qui nécessitent plusieurs ajustements depuis le début de l’été. Déjà, des membranes ont été remplacées et plusieurs diffuseurs ont aussi été changés. Les travaux découlant de cette subvention serviront à assurer la conformité des installations, mais aussi à atteindre la capacité nécessaire pour accueillir les futures industries qui s’installeront à Saint-Lin.

 

Sur le plan de l’urbanisme, deux personnes ont été mandatées à temps plein afin de traiter les plaintes et d’intervenir auprès des citoyens qui contreviennent aux règlements. « Depuis leur entrée en poste, nous avons nettoyé plus de 800 cas », indique Patrick Massé. Pour les cas plus problématiques, les dossiers seront remis aux avocats de la Ville après l’émission d’un avis, puis d’une amende sans résultat de se confondre au règlement.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média