Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

20 août 2019

Marie-Christine Gaudreau - mcgaudreau@lexismedia.ca

De l’amour de la terre à votre assiette

La Suisse Normande

La Suisse Normande

©Photo Marie-Christine Gaudreau

Fabienne Mathieu et Frédéric Guitel se sont associés à trois de leurs cinq enfants il y a quatre ans.

FROMAGE. Malgré ce que l’on pourrait croire, Fabienne Mathieu et Frédéric Guitel n’ont pas amené leur savoir-faire fromager de l’autre continent. Elle, Suisse, et lui, Français de Normandie, sont venus s’établir au Québec pour l’amour de la terre. C’est le hasard des choses qui les a menés à faire l’acquisition d’une ferme laitière à Saint-Roch-Ouest. Ce sont des années plus tard et un troupeau de chèvres en plus, que les Mathieu-Guitel se lancent dans l’aventure du fromage.  

Aujourd’hui distribués dans plus de 700 points de vente à travers le Canada, les fromages signés La Suisse Normande n’ont plus besoin de présentation. Fille et fils d’agriculteurs, à l’époque, il allait de soi pour le jeune de couple qu’il allait vivre de l’agriculture. C’est en 1988 que la jeune famille s’établit à Saint-Roch-Ouest sur la ferme actuelle. C’est seulement en 1995 toutefois que la production de fromage s’amorce dans le but d’exploiter de façon autonome le lait produit par leur troupeau de biquettes.

 

« Nous étions tout petit au départ, nous ne vendions qu’à la boutique sur la ferme. Puis, nous avons construit l’entreprise à petits pas, allant de restaurants en boutiques pour parler de nos produits », raconte Fabienne Mathieu. En 2000, la fromagerie La Suisse Normande est propulsée par son association au distributeur Plaisirs Gourmets. Si bien qu’en 2006, la fromagerie doit être reconstruite pour agrandir et moderniser l’espace de travail. Le couple se départit également de son troupeau de vaches au début des années 2000 afin de concentrer ses activités sur la fromagerie qui semble vouloir prendre son envol. Il poursuit la production de fromage à base de lait de vache en s’approvisionnant auprès de la Ferme L’Achigan, voisine de l’entreprise familiale.

 

La recette de l’excellence

 

Une dizaine de fromages conçus à partir de lait de chèvre et quatre variétés de fromages de lait de vache sont aujourd’hui fabriqués à la fromagerie. « Nous touchons à plusieurs gammes de fromages, allant de la pâte fraîche, à la pâte molle et la pâte ferme afin d’offrir un plateau de fromage élaboré à notre clientèle », affirme Mme Mathieu. Du côté du fromage de chèvre, le Sabot de Blanchette, fromage affiné à pâte molle, fait particulièrement fureur. Chez le fromage de vache, le Pizy demeure un incontournable. Il tient son nom du village suisse où Fabienne a grandi et a plus tard rencontré Frédéric.

 

Malgré l’expansion qu’a connue La Suisse Normande, la famille ne souhaite pas déroger de sa philosophie d’entreprise. Les Mathieu-Guitel font dans la transformation artisanale et estiment que leur succès repose sur l’art de bien maîtriser le procédé de transformation de chacun des produits qu’ils transforment. Au-delà de la fabrication du fromage, l’entreprise met son savoir-faire à profit de chacune des étapes qui mènent au résultat final.

 

« La qualité du lait, ça part dans les champs », mentionne la copropriétaire. La Suisse Normande accorde une importance particulière à l’alimentation de son troupeau de chèvres de 300 têtes. Sur les terres de la ferme, le grain et le foin nécessaires pour nourrir les biquettes sont cultivés. « Ce que mangent les chèvres a un impact direct sur la qualité du lait », poursuit Mme Mathieu. Avec les 600 litres approximatifs de lait de chèvre produits par jour, la famille Mathieu-Guitel et leur quelque dix 10 employés s’empressent de débuter la transformation sans tarder pour en conserver toute la fraîcheur. Ainsi, lait de chèvre et de vache inclus, ce sont entre 1000 et 1500 litres de lait par jour qui sont transformés à La Suisse Normande.

 

Dans la fromagerie, se met en branle jour après jour la valse de la pasteurisation, puis de l’ensemencement et de l’emprésurage, allant ensuite au moulage, au salage et à l’affinage où le fromage vieillira enfin entre une semaine à plusieurs mois selon la variété et le goût recherché.

 

Aujourd’hui, trois des cinq enfants des Mathieu-Guitel sont associés de La Suisse Normande. Magaly, Bénédicte et Thibault s’affairent à travailler la terre, faire l’élevage des chèvres et assurer la production d’un fromage de première qualité pour perpétuer la tradition.

 

 

Pour découvrir les produits ou pour trouver un point de vente, visitez le www.lasuissenormande.com

©Photo Marie-Christine Gaudreau

©Photo Marie-Christine Gaudreau

©Photo Marie-Christine Gaudreau

©Photo Marie-Christine Gaudreau

©Photo Marie-Christine Gaudreau

©Photo Marie-Christine Gaudreau

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média