Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

25 janvier 2019

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Comment la vie a-t-elle piégé Denis Levasseur ?

Denis Levasseur

©Photo gracieuseté - Denis Levasseur - L'Express Montcalm

Pour une première, le comédien et humoriste présentera sa conférence à la Salle Julie-Pothier le 31 janvier prochain. 

SPECTACLE. Si plusieurs ne connaissent pas son nom, son visage, lui, est bien ancré dans l’univers québécois. Depuis trente ans, Denis Levasseur piège des gens avec des caméras cachées un peu partout au Québec et même en France. Pour une première fois, il tente une nouvelle expérience en se livrant sur scène. Rendez-vous à la Salle Julie-Pothier à Saint-Jacques, le 31 janvier prochain. 

Dans le cadre d’une conférence, l’humoriste racontera toute sorte d’histoires divertissantes et en profitera pour partager son parcours de vie. Lui qui possède une formation d’acteur ne se serait jamais douté être où il est aujourd’hui. « Je me suis fait piéger dans ma propre vie », partage-t-il.   

Le comédien a toujours aimé baigner dans l’univers de l’humour et se décrit comme un comique inné. S’étant fait connaître grâce à l’émission « Surprise sur prise » et dans « Content comptant », il forge son expérience et fait sa place. Son cheminement ne s’arrête pas là, puisqu’il joue dans l’émission « Les Bougon – c’est aussi ça la vie » et « Ooops », fait des publicités, du théâtre et d’autres projets télévisuels. Ce qui marque le plus sa carrière ce sont les gags avec Juste pour Rire qui lui permettent de mener en bateau plus de 50 000 personnes grâce à plus de 2 000 gags. 

Denis Levasseur

©Photo gracieuseté - Denis Levasseur - L'Express Montcalm

Denis Levasseur en profitera pour raconter des anecdotes avec les gags Juste pour Rire au Québec et à « Surprise sur prise »en France.

Rendre un scénario crédible  

Pour piéger du monde, il ne faut pas de préparation selon M. Levasseur. L’idée est de suivre les indications et le plan établi par le réalisateur. « Je comprends vite ce qu’on s’attend de moi. Il faut avoir de l’assurance et s’assurer de ne pas regarder l’écran, puis de diriger ceux qui participent devant les caméras », précise-t-il. Ce qu’il faut aussi à son avis, c’est être un bon menteur et être le plus naturel possible. Pour qu’un piège fonctionne, les comédiens qui s’adressent à des personnes dans les endroits publics doivent leur partager cet univers.  

Le plus discret possible 

Réfléchissant à la possibilité de préparer et présenter une conférence pour parler de son métier, Denis Levasseur a convenu que le temps était approprié pour expliquer son parcours et l’univers des gags. Cette année, l’émission célèbre ses vingt ans et pour lui ça sera sa 18e année. Celle-ci perdure dans le temps et vient chercher le public à travers une centaine de pays.  

Mais la question est comment fait-il pour ne pas se faire reconnaître lorsqu’il s’adresse au public? M. Levasseur avance être le plus discret possible. Ce sont généralement les gens de l’extérieur du pays qui le reconnaissent le plus et qui lui demandent de prendre des « selfies. » 

Denis Levasseur

©Photo gracieuseté - Denis Levasseur

L’humoriste partagera comment la vie l’a piégé et qu’il n’a aucun hasard.

Denis Levasseur

©Photo gracieuseté - Denis Levasseur - L'Express Montcalm

Denis Levasseur a rejoint l’émission les gags Juste pour Rire il y a maintenant 18 ans. Celle-ci entamera sa 30ème année.

Les meilleurs gags 

Via le web, le comédien a partagé son top dix des meilleurs gags réalisés. Celui qu’il retient le plus, c’est celui qui en a surpris plus qu’un. Un petit garçon échappe son ballon, tend à le récupérer et voit Jésus apparaître, puis marcher sur l’eau. Il se remémore avoir porté une couronne tout en étant habillé comme ce dernier. Il y a aussi le gag où il interprète un policier. « C’est drôle de voir la réaction des gens. Ils n’osent pas contredire la police », exprime l’humoriste.  

Par moment, ce ne sont pas tous les scénarios où le public accroche. L’équipe a tenté de créer un concept qui n’a pas été concluant, mis à part pour un employé d’un zoo qui a mordu à l’hameçon.

L’idée était de mettre une bande sonore de bruit d’animaux et Denis Levasseur arrivait comme dompteur dans les toilettes du zoo où une queue d’animal dépassait d’une cabine. « Ce n’était tellement pas crédible que les gens décrochaient tout de suite », se souvient-il. Ce numéro n’a jamais été diffusé, mais l’équipe a eu un bon fou rire voyant la réaction inattendue d’un employé.   

Le cinéma, un rêve 

Celui qui n’a jamais manqué de travail au cours de sa carrière se considère chanceux. Même lorsqu’il n’avait pas de contrat, il s’est consacré à faire du standup pendant dix ans. De son point de vue, son premier amour est la caméra et la scène est un plus large créneau. L’apothéose de sa carrière serait de faire du film comique.  

« J’essaie toujours de faire des choses nouvelles et comiques à la fois », fait-il part. Recevant des commentaires d’un peu partout dans le monde, plusieurs le comparent à Mister Bean ou à Charlie Chaplin. « Ce qui me rend heureux c’est de pouvoir faire du bien aux gens et de les faire oublier le mal dans le monde. Il y a des valeurs sociales derrière ça », termine-t-il.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média