Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

26 Septembre 2018

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Richard Evanko souhaite privatiser les institutions

Parti Conservateur du Québec 

Richard Evanko souhaite privatiser les institutions

©Photo tirée de Facebook - L'Express Montcalm

Le candidat du Parti Conservateur du Québec croit qu’une solution autre qu’une voie de contournement pourrait être envisagée pour Saint-Lin-Laurentides.

Si plusieurs électeurs sont surpris de constater que le Parti Conservateur du Québec rejoint la course électorale, le candidat Richard Evanko considère faire différent des autres partis. Il estime présenter des solutions aux problématiques récurrentes de Rousseau et des régions. 

 

M. Evanko explique que son parti a pour mission d’intervenir et d’aider sa population, mais il lui laisse l’opportunité de se responsabiliser, tout en s’assurant de lui apporter les moyens nécessaires. Qualifié principalement comme nationaliste et de la droite économique, le parti souhaite redonner le pouvoir au Québec, puis mettre en évidence les valeurs de la province, tout en respectant les droits et libertés de chacun. Il tend à privatiser la gestion des institutions et celle des gestionnaires.   

Des idées concrètes 

Au niveau des travaux sur les routes, le parti soutient que celui-ci devrait être responsable de présenter un plan d’aménagement. À son avis, la voie de contournement à Saint-Lin-Laurentides n’est pas la solution et ne sera pas réalisable en raison des coûts élevés. L’objectif est avant tout de s’assurer de la fluidité de la route et vérifier le temps d’attente pour les lumières aux intersections. 

L’option la moins dispendieuse selon le candidat serait de sécuriser la route 158 en créant un demi muret en séparant les deux côtés.  

Du côté de l’éducation, M. Evanko a déjà enseigné et juge qu’il connaît bien la réalité du système. Le parti privatiserait la gestion des écoles et les parents auraient la possibilité de choisir l’école de quartier de leurs enfants. 

Enfin, le candidat explique s’opposer à l’augmentation du salaire minimum, puisqu’il y aurait une hausse du taux d’inflation à prévoir et des conséquences pour les commerçants n’ayant pas les moyens de payer leurs employés.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média