Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

18 septembre 2018

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

L’implantation du futur étang des eaux usées suscite des inquiétudes

Saint-Liguori

Inquiétude projet à Saint-Liguori

©Photo gracieuseté –Roger Bisson - L'Express Montcalm

Le citoyen craint les conséquences de l’implantation d’un bassin en béton qui sera construit de l’autre côté de la rivière Ouareau à plus ou moins 100 mètres de sa propriété.

Alors que les travaux vont bon train pour l’installation du réseau d’égout à Saint-Liguori, un citoyen inquiet s’interroge des conséquences que ces infrastructures pourraient engendrer, notamment sur  la qualité de vie des citoyens du secteur. Cajetan Larochelle, écrivain et philosophe possédant un domaine à Saint-Liguori, partage sa vision du projet.  

 

M. Larochelle est fier de sa parcelle de terre situé près de la rivière Ouareau. Son épouse et lui qualifient l’endroit d’inspirant, rempli de beauté et de calme. C’est par cet aspect zen que l’auteur retrouve refuge pour écrire et puiser son inspiration. En 2016, M. Larochelle lançait son premier carnet « Compagnon de la terre », qu’il a composé au cœur du domaine.  

Le projet d’égout étant abordé depuis dix ans, la municipalité est fière d’enfin voir se concrétiser son installation.  La décision du conseil municipal a été rendue publique le 7 mai dernier. Pour sa part, Cajetan Larochelle et sa femme avancent ne pas avoir été informés à l’avance de la construction du bassin en béton de l’autre côté de la rivière Ouareau. Ce dernier sera disposé au 490 rang de l’Église, ancien commerce connu sous le nom de « Lapointe du sport ». 

Pourtant, toujours selon les dires de M. Larochelle, des citoyens d’une autre partie de la municipalité auraient été informés. « Résidant à trois kilomètres du cœur du village, on ne s’est pas du tout senti concerné par le projet des égouts du village », précise-t-il.  

C’est par une voisine que Cajetan Larochelle apprend la nouvelle le 24 mai et entreprend plusieurs démarches dans l’objectif d’avoir des réponses à ses questionnements. Il s’est tout à bord demandé si un autre emplacement pouvait permettre à la municipalité d’installer ce bassin.

En approfondissant ses recherches, il remarque que différentes municipalités au Québec ont entrepris de mettre des bassins éloignés de toute population, par exemple le long des autoroutes ou encore au sein des quartiers industriels.  

Cajetan Larochelle se demande aussi si sa famille et celle qui réside à proximité courent des risques pour leur santé. Il remet en question la nuisance sonore, étant donné que les pompes soufflantes occasionneront du bruit dans leur environnement constamment, puis que celui-ci sera amplifié en raison du bassin et de la rivière, en plus de l’impact visuel négatif. « En zone agricole, comme il existe beaucoup de territoires sans habitations, il serait assurément possible de situer le bassin de façon à ce que personne n’en subisse les impacts nocifs », commente-t-il. 

Selon l’écrivain, la limite de sa propriété se trouve à être à plus au moins 100 mètres du bassin. « Le site devrait se trouver à tout le moins à environ 250 mètres de tout citoyen et les pompes soufflantes devraient être souterraines », estime-t-il.  

Ses inquiétudes résident également au niveau des produits chimiques qui pourraient être rejetés dans l’atmosphère pour le processus de traitement. De son point de vue, il renchérit qu’en consultant le site du gouvernement canadien, s’il y a de forts vents provenant de l’Ouest, les émanations de gaz seraient une source nocive pour la santé des deux familles touchées. Toujours selon ce même site, il n’est pas assuré que tous les polluants et produits chimiques soient retirés de l’eau.  

Rappelons que lors du 4 octobre 2017, une séance d’information publique avait permis de commencer à parler plus sérieusement du projet. Le citoyen se remémore que la municipalité tentait de rassurer la population sur le choix du site pour y mettre un bassin aéré à parois verticales qui serait loin de la zone urbaine. 

Mesurant tous ces impacts, le citoyen ajoute que la baignade sera sans doute à risque et qu’il y aura une perte de la valeur de leur propriété et celle du voisin s’ils tentent de revendre, « Qui voudrait s’installer directement en face d’une station d’épuration des eaux usées?», partage l’écrivain. 

Citoyen inquiet Saint-Liguori

©Photo gracieuseté –Roger Bisson - L'Express Montcalm

L’écrivain avance ne pas avoir été informé par la municipalité de Saint-Liguori qu’un bassin serait installé près de sa demeure.

Le déroulement des travaux 

De son côté, la mairesse de Saint-Liguori, Guislaine Pomerleau, explique que le déroulement des travaux se déroule bien, et ce, malgré les inconvénients rencontrés pour la période de la rentrée scolaire. « Tous font preuve d’une bonne collaboration et de compréhension », rapporte-t-elle.  

Les parents peuvent aller chercher leurs enfants près du cimetière où un stationnement est mis à disposition. Deux employés sont présents avec un brigadier pour assurer la sécurité de tous. Questionnée sur la situation, Mme Pomerleau exprime savoir que deux citoyens remettent en question le projet. « Nous prenons très au sérieux les questionnements et les interventions des citoyens lorsqu’ils viennent nous consulter », reconnaît-elle. 

Pour l’instant, l’appel d’offres n’a pas été lancé pour le bassin, puisque les travaux débuteront en 2019 pour cette phase. La mairesse se dit ouverte à répondre à toutes questions et invitent les citoyens à se rendre à la séance du conseil municipal pour échanger sur des inquiétudes. « Des avocats sont présentement à l’étude du dossier, je ne peux m’avancer plus », souligne-t-elle.  

Citoyen inquiet à Saint-Liguori

©Photo gracieuseté –Roger Bisson - L'Express Montcalm

Cajetan Larochelle remet en question le teneur du projet et particulièrement les impacts nocifs pour sa famille et celle à proximité.

Un propriétaire d’une maison située à moins de 100 mètres du futur bassin a conclu une entente avec la municipalité. Déjà sondé sur les nuisances envisageables, la mairesse rassure en exprimant que tout sera fait selon les normes du ministère de l’Environnement, notamment pour préserver la rivière afin qu’elle reste belle et non-polluée. Des règles strictes sont mises en place pour agir de façon responsable. 

 Pour plus d’information sur les travaux et les avancements du réseau d’égout, consultez le www.saint-liguori.com   

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média