Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

22 Août 2018

Geneviève Geoffroy - ggeoffroy@lexismedia.ca

Des centaines de travailleurs de la SAQ manifestent devant le bureau du premier ministre

Les négociations avec l’employeur bloquent toujours sur la question des horaires

Des centaines de travailleurs de la SAQ ont manifesté le 22 août 2018 devant le bureau du Premier ministre du Québec, à Montréal.

©Photo - gracieuseté

Des centaines de travailleurs de la SAQ ont manifesté le 22 août 2018 devant le bureau du Premier ministre du Québec, à Montréal.

GRÈVE. Des centaines de travailleurs de la Société des alcools du Québec (SAQ), dont deux cents de Lanaudière, ont manifesté aujourd’hui devant le bureau montréalais du premier ministre du Québec dans l’espoir de faire bouger les négociations avec leur employeur qui piétinent toujours sur la question des horaires de travail.

À l’aube du déclenchement de la campagne électorale, les quelque 5 500 travailleurs syndiqués de la SAQ ont ainsi déclenché une deuxième journée de grève en matinée.

Des travailleurs de Lanaudière, de Montréal, de Laval, des Laurentides et de la Montérégie se sont déplacés vers Montréal en autobus pour la manifestation. Ils voulaient non seulement se faire entendre par Philippe Couillard, mais aussi par les autres partis politiques. Une autre manifestation au aussi eu lieu à Québec, notamment.

Échue

La convention collective des travailleurs syndiqués de la SAQ est échue depuis un an et demi et, malgré quelque 50 séances de négociations, ils n’arrivent pas à s’entendre avec l’employeur sur la question des horaires de travail et de l’accessibilité à un poste permanent.

Lors du conseil général tenu en mai à Joliette, Katia Lelièvre, présidente du Syndicat des employé(e)s de magasin et de bureau de la SAQ, mentionnait que l’employeur demandait plus de flexibilité et de mobilité à ses employés, ce qui, selon elle, imposerait un recul important quant à la possibilité de concilier le travail avec la vie personnelle et aurait un impact négatif sur la stabilité d’emploi.

Elle soulignait aussi que la majorité, soit 70% des employés, avait un emploi à temps partiel et travaillait en moyenne peu d’heures par semaine, ce qui, selon elle, en faisait des emplois à statut précaire. Les employés à temps partiel devraient en moyenne attendre 12 ans avant de pouvoir obtenir une permanence, ce qu’il estime inacceptable.

Des succursales ouvertes

Face à cette mobilisation de ses employés, la SAQ a choisi d’ouvrir des succursales dans chacune des régions du Québec. Ces succursales étaient opérées par des cadres.

Dans Lanaudière, des succursales sont demeurées ouvertes à La Plaine, Terrebonne, Repentigny et aux Galeries Joliette, à Joliette.

Malgré la grève, plusieurs clients ont acheté de l’alcool à la succursale des Galeries Joliette, selon ce qu’a pu constater L’Action. Sur place, aucun employé n’était présent pour faire du piquetage.

« Tous étaient à la manifestation, indique Francine Ranger, présidente du Conseil central de Lanaudière-CSN. Nous, on essaie de demander aux gens de ne pas briser les lignes de piquetage. Ce n’est pas une grève sauvage dont il s’agit. »

Contactée par L’Action, la SAQ affirme vouloir en arriver à une entente « bénéfique » pour chacune des parties le plus tôt possible. Une rencontre de négociations doit avoir lieu demain, selon son porte-parole, Mathieu Gaudreault.

« Nos énergies sont là [NDLR à la table de négociations », dit-il.

Cette deuxième journée de grève survient après que les employés de la SAQ aient accordé, il y a quelques semaines, un mandat de grève de six jours à leur syndicat.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média