Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

18 Juillet 2018

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

La sécheresse inquiète certains agriculteurs

©Depositphotos - L'Express Montcalm

L’absence de pluie pourrait avoir des conséquences considérables pour les agriculteurs et leurs récoltes. Ces derniers devront pallier à cette problématique. Pour le moment rien n’est alarmant confirment les agriculteurs de Montcalm.

Si pour la plupart, l’arrivée du beau temps est synonyme de vacances et de plaisir, de soleil et d’activités estivales, d’autres ne l’entrevoient pas du même œil. C’est le cas des agriculteurs qui doivent composer avec la problématique de sècheresse qui sévit et qui pourrait commencer à avoir des répercussions considérables sur leurs récoltes.

Le climat est un élément décisif et a un impact direct sur les cultures. « Présentement avec la sècheresse, nous sommes dans une passe critique, voire dans une période charnière. Tout peut basculer du bon côté, autant pour les fruits que les céréales s’il y a une bonne quantité de pluie », reconnaît le directeur régional de La Financière agricole du Québec, Benoit Rioux.

Il y a eu plusieurs pertes, soit en raison du printemps qui a été froid retardant le fourrage. Du côté des semis, les conditions se sont avérées favorables, puisque le climat était relativement sec. Les pertes ont pu être observées au gel hivernal et à la sècheresse du printemps.

M. Rioux met aussi en lumière le manque, voire l’absence de cueilleurs pour récolter des fruits cette année. Lorsqu’il fait chaud, ces derniers murissent rapidement et s’il n’y a personne pour les ramasser, il y a des pertes engendrées.

De plus, dans des périodes de sècheresse, le manque de certains produits amène à la rareté, ce qui peut mener à une hausse de prix dans les régions productrices. La Financière agricole a pour rôle d’intervenir dans de telles situations pour protéger les producteurs qui sont assurés individuellement et collectivement. « S’il s’agit d’une cause liée au climat comme la sècheresse ou des fortes pluies, La Financière intervient », ajoute le directeur régional.    

Des agriculteurs affectés dans Montcalm

Pour Jocelyn Dugas en charge de la Ferme Lise Charbonneau Inc. à Saint-Roch-de-l’Achigan, la situation n’est pas simple. Les derniers sommiers ont été affectés par l’insolation, particulièrement pour ses récoltes de carottes. À son avis, il est encore tôt pour évaluer l’impact de cette problématique.

«C’est vraiment au fil de la saison qu’on va pouvoir constaté et récolter », souligne-t-il. L’irrigation est la solution pour pallier le manque d’eau. «Avoir un plant d’irrigation ça serait mieux, mais ça ne règle pas tous les problèmes, on ne peut le faire partout », en convient-il.

Pour sa part, le propriétaire de la ferme Milisun SENC, Michel Pichette, n’est pas encore affecté par la sècheresse qui persiste depuis quelques jours au Québec. « Je ne perdrai peut-être pas mes récoltes, mais il va y avoir des dommages dans les champs », partage-t-il. Parmi ceux-ci, il y aura le manque de feuillage pour compléter la croissance des fruits. Ne possédant pas de système d’irrigation, sa charge de travail reste la même. « Ce n’est pas la sècheresse que nous avons eue qui va couper mes rendements », spécifie M. Pichette.  

Pour d’autres, le manque de pluie qui menace les récoltes se fait sentir. « On souhaite qu’il puisse y avoir de la pluie d’ici une semaine. Sinon ça va commencer à être critique », avance Dominique Duval de la Ferme Lidom inc. à Saint-Lin-Laurentides. Prévoyant, il a installé son système d’irrigation afin de poursuivre sa production maraîchère requérant plus d’heures de travail. Toutefois, ce qui lui cause plus de problèmes cette année, c’est la mauvaise herbe.

Pour les clients qui sont assurés avec La Financière agricole, c’est de leur devoir d’aviser leur conseiller des dommages avant la récolte.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par