Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

16 Juillet 2018

Geneviève Geoffroy - ggeoffroy@lexismedia.ca

La suite du procès du jeune accusé d’avoir fauché la vie d’une mère de famille en plein sommeil est reportée

La suite du procès du jeune accusé d’avoir fauché la vie d’une mère de famille en plein sommeil est reportée

©Photo L'Action - Archives

JUSTICE. Il faudra attendre avant d’entendre la défense qu’invoquera le jeune homme accusé d’avoir été saoul au volant de la voiture ayant fauché la vie d’une mère de famille de Saint-Alexis en octobre 2014. La suite de son procès été remise, lundi, pour des raisons hors du contrôle des parties.

Lire aussi: Début du procès du jeune homme accusé d'avoir causé la mort d'une mère de Saint-Alexis en plein sommeil

Lire aussi: Coincés sous au moins deux pieds de débris

Lire aussi: Mis en état d'arrestation pendant son transport en ambulance

Lire aussi: Une connaissance affirme ne pas avoir conduit la voiture de l'accusé le soir du drame

Lire aussi: Le véhicule n'aurait pas freiné juste avant l'impact avec la maison où une mère a été tuée

Lire aussi: Il a senti le coeur de sa femme arrêter de battre sous ses jambes

Lire aussi: Il demandait au juge de l'acquitter en plein cœur de son procès

Le procès d’Anthony Bélanger, 29 ans, pourrait reprendre dans la semaine du 17 décembre prochain, selon ce qui a été décidé en matinée, au palais de justice de Joliette, entre l’avocat de la poursuite, Me Éric Côté, et l’avocat de la défense, Me David Petranic.

Trois jours étaient initialement prévus pour permettre à la défense de présenter sa preuve, mais une situation extraordinaire, que nous ne pouvons divulguer en raison d’une ordonnance de la cour, a obligé les parties à remettre la suite du procès. Il s’agit d’une deuxième remise.

En décembre, plus d’un an se sera écoulé depuis que la Couronne a clos sa preuve contre Anthony Bélanger.

En septembre 2017, cinq jours d’audience ont été nécessaires à l’avocat de la poursuite pour tenter de prouver que le jeune homme de Sainte-Julienne est responsable du tragique évènement ayant coûté la vie à Rachelle Middleton, 36 ans.

Dans la nuit du 26 octobre 2014, la Kia Amantis 2004 d’Anthony Bélanger est entrée de plein fouet dans la résidence du rang de la Petite-Ligne où dormait la mère de trois enfants, défonçant les murs et sa chambre à coucher. Rachelle Middleton est décédée sur coup, alors que son mari, Joël Ricard, a subi des blessures dont certaines ont causé des séquelles permanentes.

Anthony Bélanger aurait été au volant de sa voiture avec plus du double de la limite permise d’alcool dans le sang. Il avait été arrêté pendant son transport en ambulance, tout juste après que les services d’urgence se soient rendus sur les lieux du drame.

Le jeune homme de Sainte-Julienne fait face à quatre graves accusations, dont deux de conduite avec les facultés affaiblies causant la mort et des blessures corporelles et deux pour avoir causé la mort et des blessures corporelles alors qu’il conduisait avec une alcoolémie supérieure à la limite permise par la loi.

Il faisait aussi face à deux accusations de conduite dangereuse causant la mort et des lésions corporelles, mais il a été acquitté de celles-ci en décembre 2017 après que son avocat ait présenté une requête en non-lieu réclamant que toutes les charges pesant contre lui soient abandonnées, faute de preuve suffisante.

Le juge Jean Roy, qui préside le procès d’Anthony Bélanger, avait jugé, tel que le plaidait la défense, qu’il n’y avait aucune preuve, ou aucun début de preuve, qu’il avait conduit dangereusement sa voiture la nuit du drame.

Il avait toutefois retenu les autres accusations et ordonné que le procès se poursuive puisque divers éléments militaient, selon lui, en faveur de leur maintien, tel que requis à cette étape du procès.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média