Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

29 Juin 2018

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

La bibliothèque de l’école Notre-Dame de Saint-Roch-de-l’Achigan mise en péril

Une pétition est lancée

Fermeture bibliothèque Saint-Roch-de-l'Achigan

©Depositphotos - L'Express Montcalm

Plusieurs enfants ont participé accompagner de leurs parents à une assemblée le 11 juin avec la direction pour faire valoir leurs prises de position au sujet de l’avenir de la bibliothèque de l’école Notre-Dame à Saint-Roch-de-l’Achigan.

La bibliothèque de l’école primaire Notre-Dame de Saint-Roch-de-l’Achigan pourrait fermer ses portes prochainement. La bibliothèque implantée depuis plusieurs années se verrait transformée en un local pour y enseigner l’anglais. Les bénévoles impliqués tentent de se faire entendre auprès de la direction et ne perdent pas espoir.

La bibliothèque d’une école primaire constitue un lieu d’apprentissage, de culture, de richesse et surtout de savoir. Elle sert principalement aux élèves pour consolider leurs acquis et forger leurs capacités de lecture, puis d’écriture.

Cet endroit est apprécié par les élèves qui soumettent fréquemment des demandes spéciales de lecture aux bénévoles engagés et dévoués. C’est l’occasion pour ces derniers de rester actifs et de faire une différence dans leur communauté.

Une décision qui ne fait pas l’unanimité

Il y a quelques semaines, la direction a annoncé des démarches pour transformer le local de la bibliothèque. La problématique rencontrée serait le manque d’espace. Malgré les nouveaux locaux mis à disposition depuis 2012 pour les maternelles, il y aurait plus de petits qui intégraient ceux-ci. Pour pallier à l’enjeu, la direction aurait mis de l’avant l’idée de fermer la bibliothèque qui partage pour le moment son local à côté de celui du service de garde afin d’installer un local supplément.

Les bénévoles investis ont été surpris d’apprendre cette nouvelle et ont entamé des démarches pour faire valoir leurs points de vue. « Ce n’est pas que nous qui sont déçus, mais aussi les élèves qui perdent leur bibliothèque », raconte l’une des bénévoles. Les personnes qui y travaillent depuis des années essaient de donner le goût aux jeunes de la fréquenter. « Ce sont les enfants qui sont pris en otage. On passe des heures à vérifier si on peut avoir des livres en particulier avec leurs demandes. On veut qu’ils puissent lire », partagent les bénévoles.

Une subvention dans l’oubli

La bibliothèque de l’école aurait reçu une subvention de 5 000$ par le service de garde pour se procurer de nouveaux livres qui en comptabilisent déjà près de 7 000. Le personnel bénévole croit qu’il devrait y avoir des solutions possibles à envisager avant d’en arriver à un tel résultat. Le local qui prendrait la place servirait à accueillir une enseignante d’anglais. Pour leur part, les bénévoles ont soulevé plusieurs alternatives envisageables lors d’une rencontre le 11 juin réunissant une quarantaine d’acteurs concernée par ce dossier. Les solutions apportées consisteraient soit à partager le local avec l’enseignante d’anglais, que celle-ci se déplace dans les classes pour donner ses cours avec un chariot, la salle des enseignants pourrait contenir des livres et pourrait être utile lorsque les professeurs ne s’y rendent pas, que les bénévoles se promènent de classe en classe, afin que les élèves empruntent des livres ou encore les livres pourraientêtre transférés à la bibliothèque municipale. Les possibilités ont été prises en note par la direction qui est restée attentive aux propos rapportés.

De son côté selon le personnel bénévole, la direction cherche à trouver un terrain d’entente pour en venir à un compromis. Elle prend au sérieux les démarches, mais pour le moment aucune décision n’a été prise. Celle-ci sera transmise aux parents lors de la rentrée scolaire dès septembre. Avec le nombre grandissant d’enfants dans le secteur, la direction doit voir à l’ajout de locaux dans l’établissement scolaire. Plusieurs bénévoles restent positifs malgré la situation, alors que d’autres voient celle-ci avec un regard plus méfiant.

Une pétition pour sensibiliser

Afin de réagir et de propager l’information, une mère concernée avec l’aide d’une autre personne ont rédigé une pétition pour montrer leur positionnement. Pour l’instant, plus de 1 000 personnes ont démontré leur appui en signant la pétition sur Internet ou par version papier. « On n’a pas l’intention de lâcher », en conviennent les personnes impliquées.

Présentement, aucune date de rencontre n’a été fixée. « On est conscients que c’est la direction qui a le dernier mot. On fait tout ce qui est possible et en notre pouvoir », témoigne le personnel bénévole qui a été récompensé en 2017 par un prix de reconnaissance décerné par le comité de parents de la Commission scolaire des Samares pour l’environnement offert aux élèves et son dévouement.

Pour avoir accès à la pétition, consulter le lien suivant https://www.mesopinions.com/petition/social/fermeture-bibliotheque-ecole-primaire-dame-saint/44106

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média