Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

11 Juin 2018

Sarah Élisabeth Aubry - seaubry@lexismedia.ca

Sylvain Lippé réalise un projet abandonné à Madagascar

Lancement de l’album « Un banc quelque part »

©Photo gracieuseté - Sylvain Lippé - L'Express Montcalm

Avec son premier disque paru en 2009 « L’ondée »et ses chansons « Ma p’tite Annick » et « Les idées », Sylvain Lippé revient en force avec du nouveau matériel. Il s’inspire des chansons qu’il jouait avec Thüryn Mitchell au début des années 1990.

Sylvain Lippé est un amoureux de la musique et a commencé à pratiquer depuis 1993, l’année où il décide de se lancer et d’accorder une place importante à la chanson. À l’automne 2015, il prend contact avec le pianiste de jazz québécois, Thüryn Mitchell là où une merveilleuse aventure découle. Le projet, aller le rejoindre pour réaliser un album à Madagascar et reprendre l’idée d’un album abandonné. « Un banc quelque part » est le second album de Sylvain Lippé plongeant le public au sein d’un univers teinté de jazz présentant dix chansons nostalgiques.

De profession avocat à ses temps libres musicien, Sylvain Lippé découvre sa véritable passion en 1993. Animé et touché à la fois, l’artiste fréquente le bar La Chaconne qui rassemble à ce moment des poètes vers les années 1980. Inspiré par le poète Gilbert Langevin et par d’autres, il fait la rencontre de Gerry Boulet. Ce sont des rassemblements comme ceux-ci qui lui donne envie d’écrire et de se perfectionner davantage. « C’était caché un peu en moi. Je les ai rencontrés et je me suis dit que c’était possible aussi de mon côté », en convient l’auteur-compositeur-interprète. Il se met à la musique, suit des cours de toute sorte pendant plusieurs années et perfectionne son art en jouant de la guitare. Il se produit pour la première fois sur scène au Bistro d’Autrefois en 1993 où il interprète deux chansons lors d’un spectacle-hommage à Serge Reggiani et monte un spectacle une année plus tard avec Thüryn Mitchell. C’est cet instant qui forge la complicité entre les deux artistes et qui les amènera à se retrouver pour poursuivre le travail entamé. C’est cette époque particulièrement qui les inspire et là où ils trouvent des idées de composition.

Sylvain Lippé avait déjà lancé un premier disque en 2009 intitulé « L’ondée » et plonge à nouveau dans le processus d’écriture. Ce dernier décrit « Un banc quelque part » comme des variétés de chansons originales. « Je lui ai dit est-ce que ça te tente de cristalliser un peu ce qu’on avait fait? », lance-t-il à son ami Thüryn Mitchell.  Avant de se rendre à Antananarivo à Madagascar, la sélection des morceaux musicaux avait déjà été faits, les partitions ont été montées et des ajustements ont été effectués au niveau du texte. Ils se donnent rendez-vous à Madagascar à l’automne 2016 pour commencer la démarche de création où ils enregistrent au Studio Libertalia accompagnés de plusieurs musiciens malgaches.

En 2009, M. Lippé s’était associé avec l’auteur-compositeur-interprète René Flageole pour travailler et peaufiner sa musique, alors pour son nouvel album il fait appel à M. Mitchell. Il considère que son nouvel album est plus axé sur le piano que celui de 2009 et que la plupart des morceaux sont nostalgiques. Cet aspect se reflète par son passé et qui il était lors de son passage dans la vingtaine, son environnement, le fait de faire partie d’une gang vers 17 ans et les tours d’auto lors de son enfance qui ont marqués sa vie. À travers les chansons souvenirs, il y a place au rythme et à différents styles passant de la country, à un shuffle entraînant, le tout dans une atmosphère mélodieuse.

Projets en vue

Sylvain Lippé affirme qu’il n’y aura pas de spectacles en vue. Il entamera des prestations à l’hiver prochain avec des musiciens et le pianiste Thüryn Mitchell . Au mois de juin, les deux compositeurs ayant collaboré à un « Un banc quelque part »se concentreront à tourner un vidéoclip pour la chanson « Dodge 67 ». D’ailleurs, il confie être à la recherche d’une Dodge 67 qui sera intégrée au vidéoclip. « Ça me donne envie de faire d’autres projets c’est sûr. Je dirais que je suis plus un gars de studio que de spectacle. Mais les albums se vendent plus grâce aux représentations que sur Internet », fait-il part. Il confesse avoir des périodes plus intensives pour se consacrer à son art. « J’aime beaucoup le travail de studio, le fait de recommencer à zéro et d’embaucher des musiciens », précise-t-il.

« Un banc quelque part »est maintenant disponible et comprend dix chansons originales issues d’un univers musical avec une balade jazz.

Pour en savoir davantage et avoir un aperçu des chansons, http://www.sylvainlippe.com/

Sylvain Lippé artiste

©Photo gracieuseté - Sylvain Lippé - L'Express Montcalm

L’auteur-compositeur-interprète est allé rejoindre son ami et pianiste, Thüryn Mitchell pour réaliser le nouvel album. Ils se sont rejoints à Antananarivo à Madagascar et ont enregistré les compositions au Studio Libertalia.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par