Sections

Le procès de l'ex-maire de Saint-Roch-de-l'Achigan est reporté

Georges Locas est accusé de grossière indécence et d'agression sexuelle envers une mineure


Publié le 19 mai 2017

L'ex-maire de Saint-Roch-de-l'Achigan, Georges Locas, accusé de crimes sexuels, au palais de justice de Joliette le 18 mai 2017.

©Photo TC Media - Geneviève Geoffroy

JUSTICE. Le procès de l'ex-maire de Saint-Roch-de-l'Achigan, Georges Locas, qui devait avoir lieu jeudi et vendredi au palais de justice de Joliette,  a finalement été remis en décembre pour une raison hors du contrôle des parties.

La poursuite et la défense étaient en effet prêtes à commencer le procès jeudi matin. Les témoins de la poursuite étaient présents et l'accusé, Georges Locas aussi. Or, le dossier d'un autre accusé s'est étiré en longueur, obligeant le juge à remettre complètement le procès.

Georges Locas, 64 ans, s'en serait pris à une jeune victime d'âge mineur qui avait entre 11 ans et 13 ans au moment des faits allégués, lesquels se seraient déroulés il y a plus de 30 ans. Il est accusé d'agression sexuelle et de grossière indécence à l'endroit de cette victime.

Les événements se seraient déroulés à Saint-Roch-de-l'Achigan sur une période de deux ans, soit entre janvier 1983 et janvier 1985.

Georges Locas avait été arrêté en avril 2016 en lien avec ces crimes sexuels qu'il aurait commis. Il était alors encore maire de Saint-Roch-de-l'Achigan.

Il avait été relâché sous de sévères conditions, dont l'interdiction de se trouver en compagnie de personnes mineures sauf en compagnie d'adultes responsables et au courant des accusations portées contre lui.

Georges Locas a par la suite remis sa démission à titre de maire en novembre 2016.