Dévoilement d'un monument commémoratif au parc Acadien

Toute l'histoire des Acadiens à Saint-Liguori

Publié le 19 novembre 2012

Texte et photos de Gilles Dubé

Il y a deux ans, le Festival de la Nouvelle-Acadie inaugurait un espace commémoratif, à l'angle de la rue Principale et de la rue Richard à Saint-Liguori, pour ne jamais oublier le déportement du peuple acadien. Dimanche dernier, les organisateurs du festival ont invité les médias et plusieurs personnalités et citoyens à découvrir un magnifique monument commémoratif de l'artiste Cajetan Larochelle. Plusieurs personnes ont participé à rendre le projet à terme, entre autres les municipalités, Évangéline Richard, présidente du Festival.

Le Bateau-Ancre représente toute l'histoire du peuple acadien.

Au premier coup d'œil, on aperçoit une reproduction d'un ancien bateau à voile. Paré de bleu, de blanc et de rouge, une étoile dorée, aux couleurs papales. Dans la partie bleue, il rappelle les embarcations qui servirent au déportement tout comme leur retour vers le Québec. Il révèle une ancre gigantesque surmontée d'une croix, rappelant les origines catholiques. « Le terrain en forme de pointe, comme celle de l'étoile, reçoit le soleil et le mouvement de l'astre comme l'inspiration encourageante d'une espérance possible », explique l'auteur de la pièce, M. Larochelle.

Détails de la sculpture

Le gouvernail rappelle les longs périples que ce soit depuis les régions de Poitou et de Charente en 1604, ou le déportement vers la Nouvelle-Angleterre. Celui-ci se change en versoir à charrue, de tout temps les Acadiens sont passés maîtres pour transformer des marais en terres arables (arboiteaux). Le bateau se transforme en croix, car les Acadiens, condamnés à un éternel exode, s'identifièrent au Christ. Le socle en forme d'étoile représente la vierge Marie, tout comme sur le drapeau des Acadiens. Les trois mâts surmontés d'une étoile jaune, tout comme le drapeau, représentent les origines françaises et la vénération de la Vierge Marie.

Un rituel de passage

Au printemps les élèves du primaire sont invités à hisser les voiles en nommant un acadien fondateur en parcourant les vagues-sillons, l'inverse à l'automne. Bref, une gigantesque ancre domine le parc Acadien. La neige peut bien recouvrir les sillons des labours, la glace, les vagues de la Ouareau, l'ancre n'en continue pas moins de témoigner, en toutes saisons de la fidélité acadienne au Christ.