Saint-Liguori reçoit 8,2 M$ pour implanter son système d’égout

Plus de 22,4 M$ consacrés à l’eau

Publié le 1 mai 2017

Les conseillers Jean Bourgeois, Claude Bélisle et Jean-Paul Richard entourent Lise Thériault, Ghislaine Pomerleau et Marc Miller, le 28 avril 2017 à la salle municipale de Saint-Liguori.

© (Photo TC Média Jean Joubert)

FINANCEMENT. La réalisation du projet d’assainissement des eaux au cœur du village à Saint-Liguori vient de recevoir un sérieux coup de pouce de plus de 8,2 M$.

La mairesse de Saint-Liguori Ghislaine Pomerleau (au centre) avec la vice-première ministre et ministre responsable de Lanaudière, Lise Thériault et le secrétaire parlementaire du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Marc Miller.
(Photo TC Média Jean Joubert)

Huit municipalités de Lanaudière ont partagé plus de 22 M$ afin d’améliorer les réseaux d’aqueduc et d’égout sur leur territoire.  À Saint-Liguori, l’heure était aux réjouissances, car ce projet  d’implanter un système d’égout au village ne date pas d’hier.  « Nous avons commencé à parler du projet, il y a environ 12 ans, se rappelle Jean Bourgeois, l’un des doyens à la table du conseil.  Je suis très heureux que voir que nous pourrons aller de l’avant. »  Pour la mairesse, Ghislaine Pomerleau, qui avait fait de ce projet l’une de ses priorités lors des dernières élections municipales, cette annonce jette un baume sur le travail effectué.  « Je suis très heureuse de cette annonce et je remercie les deux paliers de gouvernement, mais le travail n’est pas fini.  Maintenant, il faut mettre tout ça en branle », dit-elle.

Échéancier serré

Selon des documents disponibles lors de la conférence de presse, les travaux, qui consistent, notamment, à implanter un système d’égout, à collecter près de 200 résidences à ce système et construire des étangs aérés, devraient s’amorcer en août prochain pour prendre fin en mars 2018.   « C’est très serré comme échéancier, admet Mme Pomerleau, car la municipalité doit encore négocier et obtenir des autorisations de la Commission de la protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) et du ministère de l’Environnement pour démarrer les travaux, mais nous avons bon espoir d’amener le projet à terme dans les délais prévus.»   Saint-Liguori pourra compter sur le soutien de la vice-première ministre et ministre responsable de Lanaudière, Lise Thériault, dans ses démarches, d'ailleurs le cahier de charges est déjà bien rempli et on attend que le « ok » final pour lancer le projet.

Quatre fois le budget

Soulignons que cette annonce a été faite conjointement par la vice-première ministre et ministre responsable de Lanaudière, Lise Thériault et par le secrétaire parlementaire du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Marc Miller, lors d’une conférence de presse tenue à la salle municipale de Saint-Liguori et que cet argent provient d’une entente signée en 2016 entre le gouvernement fédéral et le gouvernement du Québec.  « Imaginez, le soutien financier est quatre fois le budget annuel de la municipalité, c’est donc dire l’importance de ce type de programme pour les régions », a indiqué Mme Thériault.

Ailleurs

Outre Saint-Liguori avec plus de 8,2 M$, Sainte-Élisabeth, avec un peu plus de 8,1 M$, accapare l’autre gros montant du soutien financier.  Saint-Ambroise de Kildare avec un peu plus de 1,2 M$ (deux projets) ; Saint-Gabriel de Brandon (1,5 M$) ; Saint-Félix-de-Valis (2,1 M$) ; Saint-Paul (781 975 $) et Saint-Thomas (433 260 $) sont les autres municipalités qui étaient sur l’heureuse liste.