Sections

Employeurs et étudiants sortent gagnants de Desjardins- Jeunes au travail


Publié le 7 septembre 2017

Joel Landry (à droite) de la Caisse Desjardins de Montcalm, accompagne les jeunes participants du programme d’emploi estival Desjardins- Jeunes au travail 2017.

©Photo: TC Media - Donald Brouillette

EMPLOI. Pour une 19e année, le programme d’emploi estival parrainé par le Carrefour jeunesse-emploi de Montcalm « Desjardins-Jeunes au travail » a livré la marchandise et les participants, tant employeurs, étudiants que partenaires financiers, se sont rassemblés à Saint-Liguori le 6 septembre, pour célébrer leur réussite.

Avec un taux de maintien en emploi de 97 % des trente jeunes participants âgés entre 15 et 18 ans, oeuvrant dans plus d’une vingtaine d’entreprises et municipalités cet été, les responsables du programme ont toutes les raisons de se réjouir.

Rappelons que quatre caisses Desjardins du territoire de Montcalm (Montcalm, Saint-Roch-de-L’Achigan, Nouvelle-Acadie et Kildare) versent tout près de 40 000 $ à ce programme, pour couvrir près de la moitié du salaire des jeunes travailleurs et compenser les employeurs pour le temps investi dans la relève. Un effort financier qui se renouvelle à chaque année sans hésitation de la part des dirigeants des caisses, affirme Joel Landry, directeur général de la Caisse Desjardins de Montcalm.

Outre ce solide appui financier indéfectible, le succès du programme s’appuie aussi sur un processus rigoureux d’accompagnement et d’intégration des étudiants qui font leur entrée sur le marché du travail, expliquent Cindy Sigman et Josiane Beaudoin, conseillères au CJE de Montcalm. D’ailleurs, d’année en année le programme suscite un grand nombre d’inscriptions de la part des étudiants: 150 en 2017, dont 132 ont reçu une formation et 116 rencontrés en entrevue. Quant au nombre d’emplois disponibles, une trentaine annuellement, il est déterminé par le montant de la subvention versée au programme.

Si on retrouve un certain nombre d’emplois dans des commerces et entreprises, on constate à l’énoncé des postes occupés que les municipalités du territoire en accaparent une bonne partie. Il serait plus facile pour les municipalités de prévoir leurs besoins estivaux en main-d’œuvre et elles offrent aussi une plus grande variété de postes, précise Cindy Sigman.

Le directeur général du CJE de Montcalm, Jean Pilotte, voit pour sa part dans Desjardins- Jeunes au travail « la preuve de l’efficacité des partenariats stratégiques pour l’atteinte de la réussite des jeunes ». Le directeur général annonce aussi « qu’on est à déployer le concept de grappe éducative avec divers partenaires, un concept unique au Québec qui se retrouve dans Montcalm » et concluait en incitant les jeunes à poursuivre leurs qualifications dans une société où les connaissances dominent. « Cela vous permettra de choisir au lieu d’être choisi », a-t-il lancé aux jeunes présents.