François Legault en visite à Saint-Lin


Publié le 20 avril 2017

François Legault a donné une conférence le 19 avril 2017 devant la Chambre de commerce et d'industrie de Montcalm.

©TC Media - Geneviève Quessy

AFFAIRES. Les membres de la Chambre de commerce et d'industrie de la MRC de Montcalm ont eu l'occasion de s'entretenir avec François Legault à l'occasion d'un diner conférence, le 19 avril dernier, à Saint-Lin.

Le député de L'Assomption et chef de la Coalition Avenir Québec a d'abord salué la présence de nombreuses connaissances parmi la foule. «Je ne m'ennuie pas du PQ, mais c'est vrai que j'ai la nostalgie du comté de Rousseau,» a dit celui qui a été député de Rousseau pendant près de dix ans, de 1998 à 2009.

Je suis peut-être orgueilleux, mais je n'accepte pas qu'on arrive 10e sur dix provinces en terme de revenu disponible par habitants. Il me semble qu'on peut faire mieux.

François Legault

François Legault a partagé sa vision de l'économie aux gens d'affaires, qui lui ont fait part de certaines de leurs préoccupations en retour.

Selon le chef de la CAQ, il est urgent de redresser l'économie du Québec. «Je suis peut-être orgueilleux, mais je n'accepte pas qu'on arrive 10e sur dix provinces en terme de revenu disponible par habitants. Il me semble qu'on peut faire mieux.»

Redistribuer l'argent des surplus dégagés par l'état lui semble être une des premières solutions à envisager. «Je n'ai aucun problème à prendre cet argent et à le remettre dans les poches des familles, au lieu de mettre ça dans le Fonds des générations comme le gouvernement libéral a choisi de le faire.»

Pour lui, il est évident qu'augmenter le pouvoir d'achat des familles aurait des répercussions directes sur l'économie. «Les autres partis nous accusent d'être de droite parce qu'on veut baisser les impôts, mais moi j'écoute les familles et elles me disent qu'elles n'arrivent pas. Les frais de garde augmentent, les tarifs d'électricité, les taxes scolaires et pendant ce temps-là les salaires ne suivent pas.»

Par ailleurs, il pense qu'il faut cesser de mettre l'indépendance au centre de toutes les discussions politiques, ce qui ne l'empêche pas de vouloir défendre les valeurs québécoises et la langue française. «Au risque de me faire taxer de raciste par certains extrémistes du multiculturalisme j'ose rappeler que le Québec a toujours été accueillant envers les nouveaux arrivants. Cependant, nous avons aussi le devoir de protéger notre langue et nos valeurs et ce n'est pas exagéré de demander aux gens qui viennent s'établir ici de le faire avec nous.»