Sections

La vaccination dans Lanaudière, encore place à amélioration

Publié le 13 avril 2017

Dr Muriel Lafarge, directrice de santé publique de Lanaudière.

©Photo TC Media - Caroline Morneau

SANTÉ. Environ 90 % des bambins lanaudois de deux ans avaient reçu tous leurs vaccins, en 2015, soit une amélioration considérable depuis 2008. Sur cet aspect, la région présente des chiffres encourageants, selon la directrice de santé publique, Dr Muriel Lafarge, mais elle estime qu'il reste du chemin à parcourir.

À l'approche de la Semaine mondiale de la vaccination, qui s'amorce le 22 avril, L'Action dresse un bref portrait de la situation sur le territoire.

« On se donne toujours comme objectif d'atteindre 90 % comme taux global pour la vaccination, donc on peut dire que Lanaudière se positionne bien chez les enfants, comparativement d'autres régions du Québec. Par contre, on n'atteint pas du tout les objectifs chez les adolescents et les adultes », souligne-t-elle, en entretien avec L'Action.

En effet, seulement 66 % des adolescents lanaudois présentaient un carnet de vaccination complet en 2015 et à peine 55 % des personnes de 60 ans et plus étaient vaccinées contre la grippe.

« On fait des campagnes de sensibilisation pour la vaccination auprès des jeunes et des adultes, on essaie de fournir le plus d'information possible, mais on ne pense pas, par ces méthodes, atteindre les gens qui ont déjà une idéologie anti-vaccin bien ancrée», fait valoir Dr Lafarge.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, plus de 100 000 enfants meurent chaque année de la rougeole, et l'Amérique du Nord ne serait pas à l'abri prochainement d'une première grande épidémie de cette maladie depuis un demi-siècle.

Il y a deux ans, près de Joliette, plus de 150 personnes au sein de la communauté anti-vaccin la Mission de l'Esprit-Saint avaient contracté la rougeole. La Direction de santé publique de Lanaudière, toutefois, ne craint pas nécessairement une nouvelle éclosion, dans les prochaines années.

« C'était un cas isolé et nous l'avons contrôlé au mieux de nos capacités en confinant le groupe en question, rappelle Dr Lafarge. Et une fois qu'on a contracté la rougeole, on ne peut plus la ravoir par la suite. »

Plan régional en santé publique

Outre les données sur la vaccination, la Direction de santé publique de Lanaudière souligne, lors d'un point de presse tenu le 13 avril, qu'encore 22 % des habitants de la région sont fumeurs et que 21 % d'entre eux sont des buveurs excessifs. Environ 34 % des Lanaudois ne feraient pas suffisamment d'exercice et 59 % présenteraient un surplus de poids.

« Il y a une amélioration des habitudes de vie des Lanaudois en général, mais il reste du travail à faire. On veut rappeler aux gens que la santé publique est omniprésente et que nous développons des actions concrètes pour encourager les bonnes habitudes de vie. »

Dr Muriel Lafarge évoque notamment la mise en place d'un plan d'action régional tiré du Programme national de santé publique 2015-2025 du gouvernement du Québec.

« Afin d'adapter ce plan à Lanaudière, on a identifié des enjeux propres à notre territoire, tels que la pauvreté, les difficultés au niveau de la lecture, le transport difficile, un accès plus limité aux services de santé ou encore la communication au sens large qui doit être améliorée. »

Des partenariats avec des organismes, les milieux scolaires, les MRC et les municipalités, ajoute-t-elle, sont notamment formés afin d'encourager un mode de vie sain. Comme exemples concrets, elle évoque l'interdiction de fumer dans les parcs à Sainte-Marceline ou encore le développement des pistes cyclables à Joliette, des initiatives qui ont été supportées par la Direction de santé publique

« On aide les acteurs qui ont un impact sur la santé à faire les bons choix. »