Tout quitter pour s’évader


Publié le 6 février 2017

David Rioux lors de son dernier voyage en Afrique du Sud.

©(Photo gracieuseté – David Rioux)

VOYAGE. De plus en plus de jeunes adultes de la génération Y sentent le besoin de voyager. Toutefois, rares sont ceux qui réalisent vraiment leur rêve, entre autres, en raison du travail. David Rioux, lui, a décidé de faire les choses autrement. Natif de Saint-Roch-de-l’Achigan, l’homme de 23 ans a décidé de tout quitter, pour se concentrer sur son voyage autour du monde.

David, qui oeuvre dans le domaine du journalisme sportif, a pris une décision déchirante pour réaliser son rêve, soit de quitter son emploi, du moins, de façon temporaire. « J’y pensais depuis longtemps à ce voyage. Je viens de finir mon bac à l’UQAM et je me disais qu’il était temps que je fasse le grand saut. J’ai laissé de côté mon emploi de rêve, pour en réaliser un autre », affirme-t-il.

Le voyageur croit que même en 2017, il existe encore une pression sociale, qui empêche plusieurs amateurs de voyage de faire comme lui. « Encore aujourd’hui, la société te demande d’entrer sur le marché du travail dès que tu sors de l’école, que tu fondes une famille et que t’achètes une maison. C’est sûr que je veux fonder une famille plus tard, mais pour l’instant, je souhaitais profiter de ma liberté pour réaliser ce voyage », croit-il.

Le passionné de voyage est également un amateur de sensation forte.
(Photo gracieuseté – David Rioux)

Le goût du voyage, David Rioux l’a dans le sang depuis sa tendre enfance. En fait, il était à peine âgé de trois mois lorsqu’il a pris l’avion pour la première fois. « Mes parents ont toujours voyagé. Ce sont mes voyages d’enfance et d’adolescence qui m’ont donné la piqûre », explique-t-il.

Avant de décider de faire un voyage autour du monde, David a auparavant réalisé un voyage de six semaines et demie en Afrique du Sud. « J’ai pris une session sabbatique à l’université pour pouvoir y aller. C’est un voyage qui m’a fait comprendre que j’étais fait pour voyager et pas seulement dans des pays où le confort règne », souligne-t-il.

Sa première destination sera d’ailleurs Singapour en Asie, où il passera les prochaines semaines. Outre l'Asie, le voyageur visitera l'Océanie, l'Afrique et l'Amérique du Sud. « Au cours de la prochaine année, j’ai prévu visiter au moins 10 ou 15 pays. Mon objectif, c’est de prendre mon temps pour visiter chaque pays et de ne pas avoir un horaire trop planifié. C’est le meilleur moyen pour découvrir un pays et du temps, j’en ai maintenant », note David.

Il ne cache pas que ce voyage sera dispendieux. Selon lui, il en coûtera environ de 12 000$ à 16 000$ pour réaliser son tour du monde au cours de la prochaine année. « Il y a des endroits où je vais travailler pour payer mes dépenses. Il existe des sites Web comme Workaway qui permet aux voyageurs de travailler quelques heures par jour. En échange, le voyageur est logé et nourri et plusieurs de ses activités sont payées. Je compte faire ça rendu en Nouvelle-Zélande », soutient David Rioux.

L’équipement que le voyageur amènera lors de son périple autour du monde.
(Photo gracieuseté – David Rioux)

Ce dernier s’inspire, entre autres, de blogueurs tels que Lydiane autour du monde et Guillaume sans destination. D’ailleurs, David avait créé une page Facebook pour son voyage en Afrique à l'automne 2015, intitulée Me and my backpack, où il y regroupe des photos et des souvenirs de voyage. « C’est vraiment impressionnant ce qu’ils font. Leurs blogues fonctionnent à plein régime et ont beaucoup de réactions sur les médias sociaux. Ils ont été une source d’inspiration pour moi. C’est sûr que j’aimerais, un jour, pouvoir dire que je vis grâce aux voyages. Ça prend toutefois beaucoup d’efforts pour se rendre à leur niveau », explique David.

Une première étape a été franchie en ce sens pour lui, alors qu’il s’est fait approcher par le blogue Nomad Junkies. Ayant de l’expérience dans le domaine des communications, David écrira ses péripéties de voyage dans ce blogue qui regroupe de nombreux backpackers et qui rejoint plus de 250 000 lecteurs.

« Ce sera une belle expérience pour moi d’écrire mes aventures de voyage pour Nomad Junkies. C’est sûr que ça va être un défi supplémentaire, particulièrement les journées où je serai au beau milieu de la jungle et que je tenterai de me trouver une connexion Wi-Fi potable », rigole-t-il.

David Rioux croit que ce voyage sera bénéfique pour lui et invite tous ceux qui souhaitent voyager, à ne pas hésiter. « Oui, il y a des coûts reliés aux voyages, mais la découverte de nouvelles cultures est tellement enrichissante, que c’est payant en fin de compte. Que tu aies 18 ans ou que tu en aies 60, il n’y a pas d’âge pour voyager. Il suffit d’économiser intelligemment, en coupant dans les dépenses inutiles », croit-il.

La principale difficulté que le voyageur connaîtra lors de son périple autour du monde sera d’être loin de sa famille. « Je sais que ma mère et mon père sont stressés de me voir partir seul avec mon backpack à l’autre bout du monde. Même si j’ai plusieurs proches qui viendront me rejoindre à différents moments de mon voyage, je vais quand même m’ennuyer de ma famille et de mes amis », conclut-il.

Vous pouvez suivre les aventures de David sur la page Facebook de « Me and my backpack » ou encore sur son compte Instagram au @meandmybackpack_worldtour. Il écrira également sur le blogue Nomad Junkies au www.nomadjunkies.com.