Les juniors : une relève de qualité chez H. Varin et fils

Jean
Jean Joubert
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La 3e génération a aussi mis l'épaule à la roue

À l'instar de leurs aînés, Céline (fille d'André) et Mario (fils d'Yvan) ont appris tôt les rouages de l'entreprise familiale. Durant leur adolescence, bien sûr, ils ont travaillé à l'entreprise de Sainte-Julienne. « J'ai commencé à peinturer des chaloupes avec ma grand-mère. C'était des chaloupes aux couleurs vert et rouge de marque Verchères. J'ai aussi travaillé sur les bases de trophées », se souvient Céline. Céline entreprend des études en administration, question de se familiariser avec la comptabilité. En plein cœur de l'adolescence, Céline donne un coup de main à son père, alors représentant et souvent sur la route et, se charge du bureau et des ventes. « J'ai fait des études pour venir travailler au sein de l'entreprise. Il n'y a jamais eu de doute dans mon esprit », raconte Céline Varin. Dès l'âge de 11 ans, Mario, lui, se lance aussi dans la peinture des fenêtres avec sa grand-mère et à 16 ans, il se voit offrir un emploi. « Un jour mon père m'a dit : « Si tu veux lâcher l'école, il y a une place pour toi à « shop » ». La décision a été facile à prendre, car j'aimais plus le travail que l'école », dit Mario en riant, en ajoutant que ce genre de proposition n'est peut-être plus à conseiller aujourd'hui.

Fait saillant

Tant pour Céline que pour Mario, l'arrivée des fenêtres de bois à battants marque un tournant dans l'entreprise lui permettant de prendre de l'expansion. « Mon père travaillait sur la construction et, après consultation avec ses frères, il revient au sein de l'entreprise pour ce nouveau projet », raconte Mario. La fenêtre de bois à manivelle fait époque et H. Varin et Fils relève ce nouveau défi. Toujours à l'affût de mieux servir sa clientèle, l'entreprise ajoute un revêtement de PVC à sa populaire fenêtre. « La clientèle demandait des fenêtres avec moins d'entretien. C'est à ce moment que nous avons recouvert les fenêtres extérieures de PVC », précise Céline. Par la suite, ce fut l'arrivée des fenêtres à guillotine et des fenêtres coulissantes en PVC qui ont pris une bonne part du marché.

Souvenirs

« Moi, mes meilleurs souvenirs ont été d'avoir eu le privilège de travailler avec ma grand-mère. Pour moi, ma grand-mère était un joyau », souligne Céline. Les souvenirs de Mario sont également reliés à Étiennette. « Les déjeuners que ma grand-mère descendait en bas chaque matin et en famille, assis sur un banc de scie, on mangeait ensemble, toute la famille. Des moments inoubliables », se remémore Mario.

Développement

À l'aube du 70e anniversaire de H.Varin et Fils, la direction de l'entreprise explore de nouveaux marchés, plus au Nord, afin de permettre la continuité de ce fleuron de Sainte-Julienne. L'entreprise introduira bientôt les produits en aluminium, toujours pour mieux servir sa clientèle.

Encore de la relève

Comme leurs prédécesseurs, une nouvelle génération de Varin est au service de l'entreprise. Danielanne, Maxime, Mathieu et Félix mettent leurs talents au service de l'entreprise. « C'est valorisant, on sait que l'entreprise existe depuis 70 ans, on essaie de perpétuer cet héritage », raconte Danielanne. « Il y a de la pression de nos parents, car nous devons en faire plus pour montrer l'exemple, mais dans l'ensemble, ça va bien », ajoute Maxim. Cependant, tous affirment avoir un sentiment de fierté de poursuivre l'œuvre des aînés. « On ne va peut-être pas passer notre carrière ici, mais ce serait agréable d'avoir une 6e ou 7e génération de Varin prendre la relève », conclut Danielanne.

Lieux géographiques: Sainte-Julienne, PVC, Verchères Étiennette Développement À

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires